18/11/2017

Le chasseur de sourires

Le chasseur de sourires, A. Ferrer, EP EDITIONS, policier, roman graphiqueLe chasseur de sourires, A. Ferrer, EP EDITIONS, policier, roman graphiqueScénario : A. Ferrer
Dessin : A. Ferrer
Éditeur : Ep Éditions
120
pages
Date de sortie : 27/09/2017
Genre : roman graphique, policier

 

 

Présentation de l'éditeur

Pensez-vous connaître votre dentiste ? Les patients de Herbert F. Dunne, eux, en sont persuadés.

Ils le considèrent comme un excellent odontologiste, recommandable et attentionné. Un professionnel qui est aussi un véritable ami, selon son infirmière. Un invité idéal pour un barbecue dans le jardin, selon ses voisins. Un adorable époux dont elle ne se séparerait pour rien au monde malgré ses défauts, selon sa femme. Un client un peu tordu, selon cette prostituée qu'il appelle occasionnellement, mais à qui il ne fait rien de plus que l'attacher au fauteuil de consultation pour faire quelques photos...
Seule la timide Alice Edwards, nouvelle patiente dont le sourire est affublé d'un appareil dentaire, découvre la spirale des obsessions, drogues et violences dont le docteur Dunne tente de se racheter. à moins que tout ceci soit loin d'être la vérité ?

Le chasseur de sourires, A. Ferrer, EP EDITIONS, policier, roman graphique

Mon avis

Et si la BD se comparait au storyboard d'un film ? Voilà l'impression que j'ai eu en lisant « Le chasseur de sourires ». Des plans larges pour installer le décor, des détails qui nous situent dans le temps et une ambiance conviviale pour entamer la narration d'une légende urbaine, propre à la petite ville de Oceanside.

 

L'histoire se déroule dans les années soixantes. La guerre de Corée est encore encrée dans certaines mémoires, notamment celle du personnage principal qui fut un terrible « arracheur d'aveux » et la majeure partie des publicités sont des dessins mettant en valeur la qualité de tel ou tel produit. Pas d'acteur donc pour dire combien la machine à lessiver « machin-chose » fera votre linge en un temps record. Non, des dessins réalistes de monsieur et madame tout le monde... je suis sûre qu'en pensant « Sixteen et publicités » vous voyez déjà quelques images exprimant mon propos.

 

C'est donc sans aucune surprise que le dessin de « Le chasseur de sourires » s'apparente à ces illustrations. Tantôt des pin-up, tantôt de fière maîtresse de maison, des hommes aimant boire un coup entre amis : le tout dans un cadre aisé, avec maison, piscine et belle décapotable devant le garage (Hélas que ce soit un peu brouillon et gribouillé à mon goût). Herbert F. Dunne est ce genre d'homme. Odontologiste brillant, personne ne pourrait se douter que dans l'isolement de son cabinet médical, il abuse de ses patientes et se drogue au LCD pour planer au milieu de ses fantasmes BDSM.

Le chasseur de sourires, A. Ferrer, EP EDITIONS, policier, roman graphiqueLe chasseur de sourires, A. Ferrer, EP EDITIONS, policier, roman graphique

Tout aurait pu passer incognito s'il n'avait pas eu le coup de foudre pour une nouvelle patiente. Alice est une adolescente qui porte un appareil dentaire peu gracieux. Du moins pour le commun des mortels, car Herbert la trouve magnifique ainsi parée de telle sorte qu'elle envahit ses délires...

 

Une fois tous les protagonistes mis en place, allant du don Juan de l'école au père militaire violent, en passant par l'épouse dévouée et la prostituée soumise : reste à mettre l'intrigue. Un dangereux criminel s'en prend à des hommes assez violemment, allant jusqu'au meurtre de l'un d'entre eux. Pourquoi ?

 

Dans ce décor rétro, au dessin semblant être sorti tout droit d'un tiroir temporel et mis en couleur aux crayons, l'aventure avance et s’essouffle. Trop court peut-être, trop vite fini... bâclé peut-être ? J'ai envie de dire oui. Alors que l'auteur a soigneusement tout orchestré, l'histoire s'achève bien trop vite. À peine le temps de se demander où il nous emmène que la fin sonne déjà le glas.

 

C'est donc en restant sur ma fin que j'ai achevé ma lecture. Certes, il y a le début brillamment mis en scène, un milieu rebondissant qui sème le trouble et une fin, claire et précise... quoique... tel un film ou une série comme on en voit tant ces temps ci, on aurait pu espérer plus : plus de pages, plus de crimes, plus d'intrigues.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Le chasseur de sourires, A. Ferrer, EP EDITIONS, policier, roman graphique

Idée à creuser Mister Ferrer, non ?

ShayHlyn.

Le SUMOUPS du samedi

Retrouvez SUMOUPS sur son site:https://sumoupsmagazine.wordpress.com

SUMOUPS005.jpg

Écrit par DePa dans Sumoups | Commentaires (0) |  Facebook | |

17/11/2017

Léo Loden

cov.jpg1.jpgTome 25 _ Massilia aeterna

Scénario : Christophe Aleston et Loïc Nicoloff

Dessin : Serge Carrère

Editeur : Soleil

48 pages – cartonné

Parution : 18 octobre 2017

Humour

 

Présentation :

À Massilia, Léo Lodanum, le questeur privé, est là quand les centurions sèchent. Ala Vacumjtepus doute de son mari et les doutes ça s’éclaire. Léo doit mériter ses sesterces et faire la lumière sur cette affaire mais voilà, le faisceau de preuves va l’emmener bien plus loin qu’il ne croit. Magouilles politiques, maffieuses et courses de chars, nos héros auront fort à faire avant de sabrer l’amphore de la victoire.

3.jpg

En latin dans le texte : « Esse inquisitor quod cacahuètum degluttiat est : durum finire ! »
« Etre flic, c’est comme manger des cacahuètes : c’est dur d’arrêter »

4.jpg

Mon avis :

En plus de 25 ans d’existence et pour son 25ème album, la série Léo Loden s’offre un voyage dans le temps, ou plutôt un changement d’époque. Direction la période romaine et Massilia où la joyeuse de l’équipe de Léo officie dans son style habituel.

2.jpg

Difficile de ne pas faire de comparaison avec les albums d’Astérix (ici les filles sont quand même plus sexy!), d’autant plus qu’un nouvel opus vient de sortir à grand renfort médiatique. Les ficelles humoristiques sont les mêmes : jeux de mots à consonance antique, anachronismes de comparaison avec notre époque, sous-entendus historiques, … Exemple bien à propos en ces temps de commémoration de la Révolution russe de 1917 : la scène mythique de la poussette dans les escaliers du film d'Eisenstein, Cuirassé Potemkine, revue à la mode antique.  Si certains détails font sourire, l’intrigue reste d’un classicisme quasi-prévisible : une histoire d’adultère sur fond de meurtres impliquant les politicards locaux et leurs mafias. Le tout est saupoudré par l’humour imparable de l’oncle de Léo.

Une lecture plaisante.

5.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

vers l'ouest,zheng jianhe,deng zhihui,urban china,légende,conte,batailles

 

vers l'ouest,zheng jianhe,deng zhihui,urban china,légende,conte,batailles

 

vers l'ouest,zheng jianhe,deng zhihui,urban china,légende,conte,batailles

 

Skippy

La belle mort

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10Scénario : Mathieu Bablet
Dessin : Mathieu Bablet
Éditeur : Ankama
160 pages
Date de sortie :  septembre 2017 (réédition)
Genre : anticipation

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Entrez dans un monde où des insectes venus de l'espace infini sont maintenant les maîtres de la Terre. Découvrez ce one-shot post-apocalyptique signé Mathieu Bablet (Adrastée et Shangri-la).

A quoi bon résister ? Voilà ce que se répètent jour après jour Wayne, Jeremiah et Scham, uniques survivants de l'invasion dévastatrices d'insectes extra-terrestres. La fin de l'humanité a eu lieu. Cherchant un but, une destinée justifiant leur futile présence dans un monde en ruine, ils ne se doutent pas qu'ils font partie d'un plan bien plus vaste, de quelque chose qui les dépasse complètement et qui implique un autre survivant...

 

Mon avis

Surfant sur le succès de Shangri-la sorti l'an dernier, les éditions Ankama rééditent le premier album de Mathieu Bablet, La belle Mort, paru initialement en 2011.

Récit d'anticipation post apocalyptique, cet album au rythme lent et poétique nous propose une incursion métaphorique sur une planète détruite et en proie à une colonie d'insectes venus de l'espace. Le sujet pourrait prêter à rire, mais Mathieu Bablet engage dans son récit une vraie réflexion sur la survie de l'espèce humaine. Trois personnages errent dans une ville en décomposition sans autre but que de survivre. Et quand ils rencontrent un autre survivant, l'instinct primaire prend souvent le dessus sur le bon sens. Sommes-nous irrémédiablement condamnés à redevenir des bêtes ? En creusant un peu, on peut voir dans cette errance un message plus subtile. L'Homme ne serait-il que de passage sur terre, locataire provisoire d'une planète qu'il aurait été incapable d'entretenir et de préserver ?

On pourrait sans doute trouver tout un tas d'autres métaphores dans cette histoire où finalement il ne se passe pas grand chose. Mais on s'intéresse davantage à cette ville en décrépitude dans la quelle on se sent littéralement aspiré. Personnage à part entière, elle semble vivante, peut-être endormie ou sous le contrôle d'une puissance invisible. Elle est à la fois fascinante par les décors grandioses, et terriblement anxiogène par cette absence d'humain, ce silence assourdissant et cette présence grandissante d'insectes.

Le final est surprenant, déroutant, et nous ramène à nos questions existentielles du début.

Ayant lu cet album après Shangri-la, j'avoue avoir eu un peu plus de mal à accrocher à cet univers. Néanmoins, l'album reste plaisant à lire, chacun pouvant s'y projeter selon ses propres sensibilités et mener ses propres réflexions sur l'existence.

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10

Les décors urbains de Mathieu Bablet forcent l'admiration. Quel travail ! On imagine le travail monacal du dessinateur qui, avec une précision chirurgicale, entasse des immeubles dans des perspectives ahurissantes, dessine des intérieurs où pas un détail ne manque. C'est proprement hallucinant et vertigineux. En revanche, les personnages laissent vraiment à désirer. Ils sont laids, pas expressifs et sans relief. C'était le défaut relevé sur Shangri-la, mais là, c'est pire.

La belle mort reste un album atypique dans le genre, qui a permis de révéler un auteur complet et talentueux. A découvrir, mais à lire avant Shangri-la.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10

 

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10

 

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10