30/08/2016

Wunderwaffen T9 : le visiteur du soir

sans-titre.pngPlancheA_283163.jpgScénariste : Richard D Nolane

Dessinateur : Maza

Éditeur : Paquet

48 pages

Sortie : le 22 juin 2016

Genre : Aviation

 

Avis de l'éditeur :

Aiguillonnés par Churchill et De Gaulle, les Américains prennent enfin conscience que ce qui se passe en Antarctique pourrait modifier le cours de la guerre. Un étrange jeu sinstalle entre le Visiteur naufragé des étoiles et Himmler. Leurs sorts semblent désormais liés, si larme alien Thor ne voyage pas dans le temps pour faire échec au débarquement de 1944 et changer lHistoire, le Visiteur restera prisonnier de la glace et ne sera jamais découvert par les nazis qui perdront la guerre. 

Mon avis :

Après l'échec surprise du débarquement allié, le 6 juin 1944, les armes volantes spéciales des nazis déciment les avions alliés. Le major Walter Murnau, homme d'honneur et talentueux pilote se retrouve décoré par Adolf Hitler, mutilé lors d'un attentat et qui lui inspire crainte et dégout.

Il est surnommé le pilote du diable. Les américains dévoilent dans le ciel du Reich qu'ils ont commencé à maitriser en secret, au cœur de la zone 51, la technologie des Wunderwaffen.

Les scènes de combat sont d'un réalisme impressionnant, et ce, malgré le manque de décors arrière-champ, plutôt vide. Les scènes de pénombre éclairées impressionnent, et la profondeur de champ est soigneusement calibrée. On retrouve un découpage classique mais efficace.

Les couleurs sont nettes, éclairées par de gracieux jets de lumières. Cet album plaira aux inconditionnels de la série et demeure un must pour le rayon aviation - militaire - historique, grâce entre autres au suspense haletant et aux différentes tactiques militaires. Un bon présage pour la suite de la série.

 
a06-3e788fc.gif

wunderwaffen,maza,nolane,paquet,062016,aviation,610

Coq de combat

 

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (0) | Tags : wunderwaffen, maza, nolane, paquet, 062016, aviation, 610 | |  Facebook | |

Andersen, Les ombres d'un conteur

cov.jpga1.jpgScénario et dessin  : Nathalie Ferlut

Editeur : Casterman

128 pages – cartonné

Parution : 31 août 2016

"Biopic" – roman graphique

 

 

Présentation :

Dans les contes, quand un paysan trouve une pièce d'or, il change sa vie avec ! Imaginez un peu ce que serait ton aventure à toi ! Ton conte, ta belle histoire : Tu pourrais être si grand ! Eventyr ! Eventyr !

a2.jpg

Mon avis :

De manière très habile, le scénario nous dévoile les secrets de la vie de l’auteur emblématique de la littérature danoise au XIXème siècle. De la misérable existence d’un enfant confiné à la campagne, en passant par une éducation et une scolarité difficiles, d’apprentissages littéraires aux déboires amoureux, de l’homosexualité (refoulée ?) à la peur de la folie, de la vie mondaine à l’élaboration d’une œuvre au succès inégalé, c’est toute les parts d’ombres d’Andersen qui font la richesse de ce récit biographique. Analysant ses personnages, explorant ses écrits, réactivant ses découpages, Nathalie Ferlut nous livre un récit nuancé et touchant sur celui qui reste un enchanteur de l’enfance. La petite sirène, La petite marchande d’allumettes, Le petit soldat de plomb ou encore La reine des neiges, toutes ses histoires nous les connaissons et nous les (re)découvrons encore aujourd’hui.

a3.jpg

Au niveau graphique, Nathalie Ferlut a déjà prouvé sa maîtrise de différentes techniques et son audace stylistique.  Elle peut passer avec aisance du réalisme à un trait plus brouillon, en choisissant la forme qui correspond le mieux à son propos. Elle alterne le raffinement expressif et l’illustration plus simple des formes monochromes noires, parfois rouges.  Ses couleurs et textures donnent une matérialité picturale à ses cases aux bords finement déchirés. Son utilisation des figures découpées d'Andersen émaille toutes les planches. De l’ensemble de l’album, se dégage une sensation de virtuosité qui imprègne la lecture. Du grand art !

a5.jpg

 

a08-3e78906.gif     Dessin

a08-3e78906.gif     Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

 

 

29/08/2016

Arbos Anima T01.

arbos-anima-1-glenat.jpgArbos anima 3.PNGAuteur : Kachou Hashimoto.
Éditeur : Glénat Manga.
196 pages.
Sortie : 6 juillet 2016.
Genre : Shônen.




Résumé :

Noah a le pouvoir de «lire» les souvenirs des végétaux à travers leurs racines. Ce don présente cependant un danger : s'il est tiré de sa transe, l'esprit reste prisonnier des racines et meurt. Mais lui et Rudyard, un ex-pirate devenu garde du corps, ont une mission importante : retrouver un lys unique en son genre en Europe!


Mon avis :

Peu importe la scénographie ou le critérium diamétralement désaxé de ses protagonistes, Arbos Anima est une lecture qui cherche à apporter de la désaltération tant bien que mal. On se noie dans ce Cosmos pas si inaccoutumé que ça, au découpage maigrement farfelu où s'agglutine emballement, austérité et avarice. Car en ce bas-lieu du 19ème siècle, le marché de l'orchidée est en pleine crue, spécialement en Europe. Ce qui persuade de nombreux hommes et femmes rapiats à se précipiter dans une «ruée éperdue» vers cette plante.

Avec un coup de pinceau translucide et filtré, sans pour autant chicaner sur des broutilles, et les clashs persistants entre les interlocuteurs, ce manga s'acharne à complaire à tout prix. Toujours est-il que ce volet initial renferme tout de même maintes indigences, non moins que le dénuement de fluidité et le fait qu'on ait de temps à autre un peu de mal à colleter le lien entre certaines scènes ; ou encore, la lenteur de l'histoire à se mettre en route. Le second volet paraîtra déjà le cinq novembre. Rondement, une mécanique classique autour - cette fois - d'une odyssée écologique.

arbos_anima_1-2-0e979.jpg


a06-3e788fc.gifGénéral 

Le manga Arbos Anima débarque, chez Glénat!

Mister Med.