30/04/2009

Uchronie(s),New Harlem ,Tome2.

84450_c84450_plaAuteurs: Corbeyran et Tibery
Editeur: Glénat.

White power.

Au sein de cette réalité où les noirs occupent tous les poste-clés de la société, reléguant les blancs dans des ghettos crasseux, les dons de prescience de Zack l'ont conduit à occuper une place de choix dans une multinationale pour laquelle il prédit l'avenir favorable ou non des paris financiers de ses employeurs. Enlevé par ses propres parents, qui l'avaient vendus au Magnat Tyrone Brown, et qui souhaitaient 20 ans après lui soutirer encore un peu plus d'argent, Zack va être accusé du meurtre de ce dernier. Et voir totalement s'effondrer les piliers de sa vie. Ainsi que les fondements de ses convictions les plus sûres. Car même ses plus vieux amis semblent prêts à le trahir. Simplement pour qu'il n'utilise plus une part insoupçonnée de son don de prescience. Une part qui pourrait bien causer la ruine de New Harlem.

Mon KKK.

Avec ce tome 2 de New Harlem, les pièces du puzzle concocté par Corbeyran se mettent de plus en plus en place. Il nous manque encore quelques bouts mais on commence à comprendre les connexions entre les différentes réalités. L’intrigue est d’autant plus intéressante qu’on y retrouve les mêmes personnages mais avec une autre destinée (mais pas à faire revenir Guy Marchand quand même).Les tomes 1 étaient intrigants, ces tomes2 sont assurément intéressants et plaisants à lire.
Coté dessin, Tibery est fatalement comparé à Chabbert et là il faut avouer qu’on est un cran en dessous. Un exemple, notre ami Bob a une curieuse obésité à géométrie variable. Sinon les protagonistes sont  heureusement facilement reconnaissables.
Bref, je ne suis vraiment pas déçu de cette série jusqu’à présent … passé, futur, allez savoir.
surprises.smileysmiley.com.7

On en parle sur le forum ICI.

uchronies_newharlem2

29/04/2009

Djinn, le roi gorille.

djinn09

Pour le 12 juin.

Écrit par Samba dans Actualité | Commentaires (1) | Tags : dargaud, dufaux, djinn, roi, gorille, miralles |  Facebook | |

MISTER HOLLYWOOD – Boulevard des illusions

MisterHollywoodmisterhollywood01Dessin : Lenaerts - Scénario : Gihef
Editions Dupuis. Collection : Repérages

Résumé (de l’éditeur) : La réussite est parfois pire que l'échec...Des rêves plein la tête, le jeune Orson Wells (avec deux "L" mais un seul "E", rien à voir donc avec le célèbre réalisateur, Orson Welles) a quitté son New Jersey natal pour Los Angeles, bien décidé à conquérir Hollywood.
Ses armes : un ordinateur portable, un peu de talent et suffisamment de naïveté pour se croire le scénariste que la Mecque du cinéma attend depuis toujours.
Mais si Hollywood est une machine à rêves, elle fabrique aussi son lot de cauchemars...

Mon avis : C’est une nouvelle série qui débute chez Dupuis dans la collection Repérages.
C’est l’histoire d’un jeune scénariste qui débarque à Hollywood. On remarque bien vite qu’il s’agit en réalité d’un oiseau pour le chat plongé dans la jungle du cinéma. Le scénario nous parle d’un sujet déjà traité dans le cinéma mais peu dans la bande dessinée. Sans être génial et complètement innovateur, cette histoire a pour qualité d’aller à l’essentiel mais aussi a dépeindre de façon détaillée le milieu des scénaristes à Hollywood. L’histoire est truffée de détails révélateurs et croustillants. Mais ce sont surtout les dialogues et les situations qui sont percutantes…On y voit également les pratiques pas toujours reluisantes du « système ».
Le dessin est très ligne claire et me rappelle beaucoup des dessinateurs tels que Ted Benoit ou encore Jacques Martin avec qui Lenaerts a collaboré.
En conclusion, un album qui se lit très facilement et une histoire qui tient la route. On aurait peut-être pu s’attendre à plus de développements au niveau des débuts du personnage principal à Hollywood mais le scénario a pris d’autres options rapidement. A découvrir…


surprises.smileysmiley.com.7


Capitol.

MHOLLY-01-F-01

28/04/2009

Uchronie(s),New Byzance T2.

UchroniesNewByzance02_8382583825_plaAuteurs :Corbeyran et Chabbert.
Editeur :Glénat.


Une réalité.
Zack Kosinski était un des rouages essentiels de New Byzance. Un homme important, dont la prescience servait à localiser les criminels avant qu’ils ne sachent eux-mêmes quels forfait ils allaient commettre. Ce qui assurait à l’Utopie fondamentaliste, système totalitaire bâti sur les ruines du 11 septembre, un excellent moyen de contrôle de sa population... Jusqu’au jour ou Zack lui-même commence à être inquiété par ceux qu’ils servaient... Et qui ne lui laissent dès lors d’autre choix que de se jete r sur les chemins de la clandestinité. Avec le risque que Zack ne décide de percer à jour certains mystères que ses dirigeants auraient préférés voir rester enfouis…

Stargate SG1.
Dans l’espace temps « uchronies », New Byzance est certainement l’univers qui me plait le plus. Le grand mérite en revient d’abords à Eric Chabbert qui avec son dessin magnifie le récit. J’ai bien aimé son univers architectural et son aisance à trouver un style vestimentaire original. En plus les femmes sont belles et comme elles n’ont pas grand chose à dire dans ce monde fondamentaliste, c’est une sorte de rêve (là je vous titille mesdames).Sinon, bien malin qui sait où nous mène Corbeyran.  Pour les explications spacio- temporelles, j’ai cru entendre parler Samantha Carter de la série Stargate. Les portes sont donc ouvertes jusqu’au tome 10 à mon avis .En attendant, cette série se lit avec intérêt et c’est bien là le principal.

On en parle sur le forum.ICI.
surprises.smileysmiley.com.7

SAMBA


new byzance