31/12/2010

Re-mind Tome 1.

Re-Mind1.jpgRe-Mind.jpgAuteurs : Mutti et Alcante
Editeur : Dargaud.
Sortie : 04/2010

Le FBI innove.
L'Amérique se réunit pour commémorer les attentats ayant eu lieu dix ans auparavant et qui restent encore douloureusement gravés dans les mémoires.
Bien décidés à ne plus laisser de pareils événements terroristes se reproduire, le FBI est plus vigilant que jamais. Ils ont mis au point un système qui permet quelque chose de tout à fait extraordinaire : ayant prouvé qu'un homme mourant voit sa vie défiler devant ses yeux, ils ont réussi à créer un appareil permettant d'enregistrer ses images, il faut juste réussir à l'utiliser avant que la victime ait le temps d'emmener définitivement ses secrets dans sa tombe.

Comme dans un film.
Le concept de départ est énorme, tellement gros qu’il est très difficile d’y croire .Une fois avalée  cette amorce, on se retrouve comme dans le film Déjà Vu (avec Denzel Washington) à courir dans tous les sens et à analyser des images venues du passé. C’est donc une BD qui joue à fond le jeu du grand divertissement. Et ça fonctionne car on ne s’ennuie pas une seule seconde. En plus comme le dessin de Mutti (Le syndrome de Caïn) est dynamique, on suit ces courses poursuites avec intérêt. Dommage que ce tome 1 se lise si vite. En tout cas, je suis partant pour le tome 2 qui ne devrait pas tarder (janvier 2011) ….
7-17b0.gif

 

 

 

On en parle sur le forum.

Re-Mind111.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (1) | Tags : re-mind, remind, mutti, alcante, action, dargaud, 710 |  Facebook | |

30/12/2010

Le casse T6: L'héritage du Kaiser.

Casse (Le)6.jpgCasse (Le).jpgAuteurs: Herik et Hairsine
Editeur: Delcourt
Sortie :12/2010
 
Le résumé.
Allemagne, 1936.
Fer de lance des services spéciaux allemands, Le Major, as des missions d’éliminations et caméléon implacable, est un homme redoutable et redouté. La cicatrice qui lui barre le visage n’est d’ailleurs qu’une douce introduction au regard de quoi cet homme est capable…
Véritable légende au sein de l’armée la plus puissante, en pleine préparation d’une deuxième guerre mondiale (1939-1945) encore plus meurtrière que la première, ainsi que des nouveaux jeux olympiques (qui avaient effectivement eu lieu à Berlin, la même année), cet homme va pourtant changer de camp pour une raison connue de lui seul.
On se doute peu à peu qu’il ne partage plus la logique antisémite de son état-major, mais est-ce bien là la seule raison ? Ce serait trop simple.
 
Mon avis.
Premier scénario écrit par Herik Hanna, L’héritage du kaiser frappe d’emblée par sa justesse de ton et les nombreuses références historiques intelligemment insérées au fil de l’histoire. Haute précision, belle concision d’ensemble et rythme agréable. Voilà ce que je retiens d’une histoire particulièrement bien construite. Petit regret cependant : comme il s’agit d’un one-shot, il manque quelques pages supplémentaires qui auraient permis - à mon goût - d’en apprendre un peu plus sur le casse proprement dit. Il manque des détails, notamment sur les motivations et le passé du Major, personnage troublant et très charismatique.
L’ambiance des années trente, quant à elle, est excellemment rendue par Trevor Hairsine, auteur de comics jouissant déjà d’une belle réputation dans le milieu. Son dessin est torturé, vif, teinté de rouge et de noir, pour souligner à la fois la personnalité elle-même tourmentée du personnage principal : héros de l’ombre, à l’aube de réaliser son coup le plus brillant, et cette industrialisation à outrance, ce noir tâché de rouge, symbole d’une Allemagne assoiffée de revanche !
 

Dernier tome d’une collection décidément fort convaincante, et mon préféré avec Soul man (le troisième tome de la collection, scénarisé par David Chauvel), L’héritage du Kaiser est un album que je vous recommande chaudement. Un plus par ce temps !
 
8-17b1.gif

 

 

 (scénario : 7/10. Dessin : 9/10)

On en parle sur le forum.

NICOLAS.

Écrit par Samba | Commentaires (1) | Tags : le casse, herik, hairsine, delcourt, thriller, 810 |  Facebook | |

29/12/2010

Cross Fire T5: L'éternité ne suffit pas.

Cross fire5.jpgCross fire5p.jpgAuteurs: Sala et Chan.
Editeur: Soleil.
Sortie : 11/2010


Opération soutien gorge.
Angelo et ses copines s’attaquent aux « amis «  de Saddam Hussein ! Ca va saigner surtout si vous avez oublié votre casque et votre tenue en kevlar.


Angelo qui m’aimait.
Ce tome 5 commence par son petit chapelet habituel de la recherche mystique par excellence, le graal pour le citer. Que voulez vous, l’ésotérisme ne meurt jamais surtout que le Vatican est au service de sa majesté papale avec ses sombres et mystérieuses confréries secrètes. Mais bien vite, ce tome se transforme en Angelo contre les marines. Notre homme au Beretta d’or  offre un splendide casino royal aux chercheurs d’armes de destruction massive.  Comme il est boosté par les bons baisers de Sofia , il pète des flammes notre bonhomme. Le monde ne suffirait pas à l’arrêter, c’est vous dire comme notre Angelo est comme les diamants, eternels. Vu le cliffhanger final, on peut aussi dire qu’il meurt un autre tome
Sinon, rien que pour vos yeux, Chan s’amuse à nous émoustiller avec ses contre-plongées de folies sur les attributs des héroïnes. Ce dessinateur a vraiment des goldfinger’s pour rendre Sofia and co des plus sexy. A damner un saint moi je vous dis.
Esotérisme, bastons, humour potache et chutes de rein, voilà le cocktail de Cross fire.
6-17af.gif

 

 

 

On en parle sur le forum.

Cross fire5v.jpg


Inscrivez vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : cross fire, soleil, sala, chan, esotérisme, humour, 610 |  Facebook | |

28/12/2010

INDIA DREAMS - Tome 6: D'un monde à l'autre.

Couv_117145.jpgPlancheA_117145.jpgDessin : Jean François Charles - Scénario : Maryse Charles

Editions Casterman

Sortie le  03/11/2010

Prix conseillé : 13,00 €

Genre : Aventures/Histoire

 

Résumé (de l’éditeur)  Angleterre, fin du 19e siècle. Londres, un paquebot quitte la métropole à destination de Calcutta. Pour la plupart des passagers dont c’est le premier voyage au Raj, les Indes apparaissent à la fois fascinantes et effrayantes. Le peu qu’ils en connaissent provient de récits, d’aquarelles, de la vie sur le sous-continent reconstituée dans la mère patrie par les nababs nostalgiques de cet autre monde. Parmi ces passagers se trouvent le professeur Sybellius, pour qui ce départ est la seule chance d’échapper à un scandale et aux rigueurs de l’époque victorienne ; le juge Arthur Byle, nommé à la Cour Suprême de Calcutta et qui embarque avec toute sa famille ; un militaire voulant réhabiliter son père, ancien officier dans l’armée des Indes ; une jeune femme, Virginia Moore, accusée d’un horrible meurtre et ayant réussi à embarquer sous une fausse identité. Sur ses pas, le terrible et déterminé enquêteur Abott Pimlicott, bien décidé à la poursuivre jusqu’au bout du monde.

 

Mon avis : Une mise au point tout d’abord. Ce tome 6 est en réalité le premier tome du deuxième cycle. C’est donc une nouvelle histoire qui débute, antérieure dans le temps au premier cycle. Il n’est donc pas obligatoire d’avoir lu les cinq premiers tomes. Le premier cycle vaut cependant qu’on s’y attarde car d’excellente facture mais ce n’est pas le propos ici.

Jean-François et Maryse Charles nous ont habitué  à sortir des BDs de très grandes qualités et cet album ne déroge pas à la tendance générale de la production des époux Charles. On pourrait cependant se demander comment il est possible de produire autant en si peu de temps. (Africa dreams, Ella Mahé,…). Cet album se déroule pour la grande majorité à Londres et explique par le détail la trajectoire des personnages principaux qui vont embarquer sur le Mystic India, le bateau qui va les amener en Indes. C’est surtout une description de la société londonienne du 19e siècle. Les Indes ne sont vues que via le filtre très réducteur des livres de voyage, dessins, et caricatures colportées dans la société bien pensante. On ne sait si la promotion d’un poste à Calcutta peut être considéré comme un avancement ou comme une malédiction. Quoiqu’il en soit, c’est un voyage qui risque d’être initiatique pour les différents personnages, tous très différents les uns des autres. Le dessin de Jean-François Charles, tout en couleurs directes est magnifique. De plus une plaquette, un carnet de croquis, est livré avec la première édition de l’album. On peut y découvrir la force du trait du dessinateur. Le scénario de Maryse Charles est une mise en place des personnages. L’histoire, même si on passe d’un personnage à l’autre, est très linéaire et agréable à lire.

En conclusion, C’est une bonne occasion de plonger dans l’univers des Charles avec cet « India Dreams ».Ce sont de vrais conteurs. C’est une très bonne entrée en matière et qui donne envie de lire la suite. Excellent.

 

8/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

174445bis.JPG