31/07/2012

LES PIN UP DE FRANCIS BERGESE.

 

 

1207221752070001.JPG1207221752340001.JPGDessin: Francis Bergèse

Editions Idées+-Passion BD

Plein vol collection

Sortie : 15/04/2012

Prix conseillé : 30,00€

ISBN : 9782916795553

Portfolio,pin up, aviation

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Portfolio réalisé par Francis Bergèse, qui vous présente 14 illustrations originales de Pin-up évoluant auprès d'avions mythiques.
L'ensemble imprimé sur papier Novateck Ultimat 250g, blanc naturel, est tiré à 700 exemplaires ''Edition Originale'' numérotés et signés. Format 22 x 31 cm.

 

 

1207292050580001.JPG

 

Mon avis : On ne peut pas nier que le succès de Romain Hugault et de la collection cockpit de chez Paquet a donné des idées à beaucoup d’autres éditeurs…A croire que les éditeurs ont trouvé la nouvelle pépite qui va leur amener automatiquement succès et argent…

Les pin up de Hugault (surtout le tome 1 en français tiré à seulement 1000 exemplaires) s’arrachent à prix d’or sur Ebay. Depuis lors, Paquet tape sur le clou en sortant une version anglaise puis allemande de l’ouvrage.

 

Un petit éditeur, Idées+-passion BD, a senti le filon et a lancé une collection « plein vol » dont la tête de proue est Francis Bergèse, le talentueux dessinateur de la série « Biggles ». Bergèse a repris aussi de 1993 à 2008 la série mythique « Buck Danny ». Pas un néophyte, ni un charlot…D’où la sortie de ce portfolio dont le tirage officiel est de 700 exemplaires + 300 exemplaires destinés à la presse et l’auteur qui les dédicace dans les foires BD (Contern 2012) et meeting d’aviation (très tendance actuellement).

Et le résultat ? Un succès de vente, les portfolios se sont arrachés rapidement et il ne reste que de très rares exemplaires en librairie, parait-il. Si votre libraire n’a plus cet ouvrage, il reste deux filons : les séances de dédicace de Bergèse et le site de vente en ligne de l’éditeur « idées+ ».Mais il ne devrait plus en rester des masses…

Le produit en lui-même est de bonne qualité, tant au niveau des avions que des pin up.

Comme dirait notre copain du forum à propos de Bergèse : « Cela va le changer de Buck Danny ! »

 

Si vous aimez les jolies carlingues, ce para-bd est pour vous !

 

Graphisme : 9,0/10

 

Capitol.

1207292050100001.JPG

30/07/2012

SUR LES BORDS DU MONDE

Sur les bords du monde 1.jpgsur les bords du monde 12.JPGTome 1 : L'Odyssée de Sir Ernest Shackleton
Cycle 1 [Épisode 1 / 2]
Scénaristes : Jean-François HENRY, Jacques MALATERRE, Hervé RICHEZ
Dessinateur : Olivier FRASIER
Paru le 30 Mai 2012 chez Grand Angle.
Vingt-huit hommes prisonniers des glaces...


 
Le 5 décembre 1914, Géorgie du Sud, dernière terre habitée avant l’hostile Pôle Sud. Un navire, nommé L’Endurance, quitte le quai avec à son bord vingt-sept hommes sous le commandement de l’explorateur Sir Ernest Shackleton. C’est le cœur chevillé au ventre et l’appel du blanc au fond de leur âme qu’ils partent rejoindre l’Antarctique et traverser pour la première fois le continent glacé ! Mais un froid exceptionnel les rend prisonniers des glaces. Isolés du monde, sans moyen de communication et avec des ressources limitées, ils devront se serrer les coudes pour survivre.




Et maintenant, la parole est à Olivier Frasier , dessinateur de « sur les bords du monde ».

0005.jpg



Peux-tu nous expliquer comment est né ce projet "sur les bords du monde" ?

J’avais  un projet de série que j’ai adressé à divers éditeurs notamment chez Grand Angle, Hervé Richez suivait mon travail via mon blog et mes diverses publications,  ce projet a retenu son attention et nous nous sommes rencontrés à ST Malo pour en parler…Sur place il m’a expliqué qu’il ne savait pas comment placer mon nouveau projet dans son catalogue , mais il pouvait me proposer un scénario qui lui tenait à cœur, ce scénario c’était Sur les Bords du monde.

Olivier Sulpice l’éditeur, les Scénaristes Jacques Malaterre, Jean François Henry, et Hervé Richez ont trouvé mes essais concluant, l’aventure Shackleton débutait…

sur les bords 2.JPG


Quelles ont été tes sources de documentation pour retranscrire cette épopée de sir Ernest Shackleton ?

J’ai rencontré Jacques Malaterre lors d’une réunion de travail sur ce projet…On était chez lui et il m’a prêté divers livres et dvd sur Shackleton et son expédition… J’ai regardé ces documents plus pour m’inspirer de l’ambiance que pour en faire une source didactique. Je voulais m’approprier l’histoire sans en faire une BD documentaire…Retranscrire l’esprit d’aventure de ses hommes m’importait plus que de dessiner les divers objets et vêtements d’époque avec exactitude.

sci0402shackleton_A3.jpg



L’univers SF de ta précédente série(Les passeurs des étoiles) est aux antipodes de «Sur les bords du monde » .Je suppose que ta façon d’aborder cet album a changé pour respecter l’authenticité du récit ?

passeurs.jpgPas du tout, même si l’univers est différent le travail est identique. Ma période d’adaptation a été assez courte. Je m’efforce à chaque fois de donner de l’énergie dans le dessin à travers les cadrages et le découpage, que ce soit en dessinant un trois mats dans la tempête, qu’en dessinant un vaisseau décollant d’une station orbitale. La difficulté pour moi était de rendre vivant les huit clos dans le bateau et les tensions entre les marins…Tout l’univers se constitue entre un extérieur gigantesque, la banquise et un intérieur confiné le bateau.
Le fait d’avoir  travaillé pour le jeu vidéo, pour des couvertures de roman et aussi beaucoup pour divers médias me permet de m’adapter rapidement.

Quel regard portes-tu sur cette expédition qu’on qualifierait d’insensée de nos jours ?

Ce qui m’a le plus frappé c’est d’une part l’incroyable volonté de ces hommes face à un monde1041482.jpg hostile et d’autre part le charisme de Shackleton. C’est un homme qui a toujours su faire face à la difficulté des situations. Shackleton transcende sa fonction, il dépasse ce que l’on attend d’un être humain dans ces circonstances, il prend en charge son équipage avec une force et une volonté qui suscite le respect. Sa ténacité et sa réflexion aussi étaient extraordinaires. Face aux évènements et aux imprévus, il a su prendre les bonnes décisions. Tous ces hommes étaient hors normes, j’admire leur caractère et leur courage.

Partant pour un voyage en antarctique ?

Rires…pourquoi pas mais pas dans les mêmes conditions.

Et une dernière, qui pourrait un peu fâcher, j’ai vu qu’il existait déjà une BD sur le sujet, Endurance chez Delcourt en 2009. En quoi ton diptyque se démarque il de ce titre ?

album-cover-large-6796.jpgJe ne saurais répondre puisque je ne l’ai ni lu ni feuilleté. C’est surement une bonne BD puisque l’histoire de sir Shackleton est un récit d’aventure exceptionnel






Et enfin la question traditionnelle, on pourra voir raisonnablement le tome 2 pour ?

Le Printemps 2013 après la fonte des neiges de l’hiver.(rires)...

sur les bords 1.JPG


Un grand merci à Olivier pour avoir répondu à mes questions. Les amateurs d’aventures savent maintenant ce qui leur reste à faire. Lire « sur les bords du monde ».

Bon n’oubliez pas votre doudoune pendant la lecture. Clin d'œil

Samba.

29/07/2012

GRAND PRIX - Tome 3: Adieu.

Couv_161704.jpgPlancheA_161704.jpgDessin & scénario : Marvano

Editions Dargaud

Sortie : 29/06/2012

56 pages

Prix conseillé : 13,99 €

ISBN : 9782505013778

Courses automobile, Histoire, Nazisme

 

 

Résumé (de l’éditeur) : On tremble en lisant ce dernier épisode de Grand Prix, car chacun sait que, au-delà de la hantise de l'accident fatal, c'est un autre drame qui se joue. Mondial, celui-là. Chacun sait que derrière le vrombissement des moteurs résonne le claquement des bottes, que derrière les cris des directeurs de course, les vociférations d'un « conducteur » à la tribune déchirent le silence... C'étaient des sportifs, et ils voulaient être les meilleurs ; le gouvernement de Hitler leur donnait la possibilité de gagner. Devaient-ils refuser ?

1207152042510001.JPG

Mon avis : Troisième et dernier tome d’une série de grande qualité scénarisée et dessinée par Marvano. L’auteur nous explique par le détail les prémices de la seconde guerre mondiale via le prisme de la course automobile. Les constructeurs allemands sont instrumentalisés par le régime nazi pour faire de la propagande. Et cela devient de plus en plus difficile pour ces pilotes, qui sont de réels dieux vivants, de ne pas remarquer la dérive vers laquelle ils sont poussés inexorablement. Dans ce tome, Marvano nous décrit le déclin annoncé de la suprématie allemande sur les « Grands Prix ». La guerre va tout balayer y compris les amitiés entre pilotes au delà des nationalités. Les ordres idiots et ineptes des Nazis ne sont pas en reste. Certains pilotes meurent en course ou lors de tentative de records de vitesse, d’autres pensent à fuir l’Allemagne. Parallèlement à une succession de faits tragiques et programmés par les nazis, Marvano nous décrit le parcourt du pilote britannique Leslie Toliver, pilote officiel Mercedes, qui s’accroche lui à son volant alors qu’il voit sa situation se détériorer en Allemagne. Fiancé à une juive, il va se battre, parfois au péril de sa vie, pour sauver des juifs de la barbarie et les sortir d’Allemagne. Le régime nazi finira par le considérer comme un espion.

 

1207152045310001.JPG

Par le biais d’un sujet léger et futile pour certains, la course automobile, Marvano nous raconte une page de l’Histoire très peu connue par nos contemporains avec en arrière plan la persécution et l’élimination systématique des juifs mais aussi des handicapés ,faibles d’esprit, malades mentaux et invalides. Un album bouleversant où la course automobile devient secondaire et où émerge un cri de désespoir devant les horreurs du régime nazi.

 

1207152047430001.JPG

Le dessin de Marvano est dans la droite ligne des deux premiers tomes. Le scénario se fait sur deux plans. La partie « Toliver » est bien rendue, très sensible. La trajectoire de vie du pilote britannique est très particulière. Le lecteur va le découvrir au fil de l’album. Le second plan est la succession des évènements qui amène la seconde guerre mondiale. Certains faits sont très connus et déterminants (la visite de Chamberlain à Berlin), d’autres sont moins connus, mais parfois avec une incidence tragique comme le fichage des juifs, leur spoliation tant au niveau des biens que des droits civiques. Cette énumération peut passer pour le lecteur comme plus indigeste mais elle a un rôle bien précis, celui de planter le décor et quel affreux décor…

 

1207152051200001.JPG

Je terminerai cette chronique par la citation de Franz Kafka (1883-1924) qui est inscrite sur la page de garde de l’album. Elle cadre bien l’état d’esprit de ce troisième et ultime album : « On voit le soleil se coucher lentement, et pourtant on s’étonne qu’il fasse soudain noir. »

 

Extraordinaire série ! Merci Monsieur Marvano !

 

Graphisme : 8,0/10

Scénario :   9,0/10

Moyenne :   8,5/10

 

Capitol.

Capitol, Grand Prix, Marvano,Dargaud, 8.5/10, Course automobile, Histoire, nazisme, 06/2012

28/07/2012

Le SUMOUPS du samedi

083.jpg















Les bulles de SUMOUPS ça pétille sur la langue ! www.sumoups.be

Écrit par DePa dans Sumoups | Commentaires (1) |  Facebook | |