31/12/2012

Tale of sand.

0.jpg1.jpgAuteurs : Jim Henson, Jerry Juhl et Ramon K.Pérez.
Editeur : Paquet.
Sortie : 11/2012

La chasse à l’homme.
Mac, jeune américain ordinaire, se voit confier par le shérif d’une petite ville tout droit sortie d’un western, une étrange mission : rejoindre coûte que coûte « la montagne de l’aigle ». Pour y parvenir, il ne dispose que d’une vieille carte, d’un sac à dos, d’une injonction en forme de conseil « cours, petit, cours ! » et de 10 minutes d’avance. Sur qui, sur quoi ? Mac sortira-t-il indemne de cette aventure ?

Tale-of-Sand-Preview-PG1.jpg


Tout un programme.
D’abords un petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas Jim Henson, c’est le génial inventeur du Muppet’s Show. Ce touche à tout avait aussi écrit une histoire pour un film dans les années 70, ce fameux Tales of sand mais son scénario fut refusé à chaque fois. Une sorte de projet maudit qui nous arrive aujourd’hui sous forme de BD. A peine sorti, cette adaptation a raflé plusieurs prix au dernier  Eisner Awards .
Bref, je suis curieux de lire çà, bien que l’intitulé de « comédie dramatique surréaliste » fasse  un peu peur, mais lisons avant de nous faire des à priori.
On commence par un patchwork, on danse, on rit, on acclame. L’histoire se focalise sur Mac. Un danger guette mais tout le monde a le sourire. Le voilà lancé dans une course effrénée pour sauver sa peau. Les situations loufoques s’enchainent, on est en plein délire, je parlerais même de folie ou alors un truc onirique sans logique. Je dois avouer que je me suis piqué au jeu et que j’imaginais avec plaisir le bazar qui allait encore tomber sur notre héros. C’est presque jubilatoire.
Il faut dire que le graphisme de Ramon K.Perez  accompagne admirablement cette frénésie. Au départ, on a l’impression que c’est un joyeux foutoir accompagné de couleurs pétantes mais non, le tout est d’une lisibilité incroyable, on lit presque cette d’œuvre d’instinct. Pour une fois que mes repères de mangeur de pages dessinées sont mis en défaut, j’en suis ravi.
Par contre, je me demande quel est le message subliminal de cette affaire ? Je me pose encore la question du but de cette fuite.
Voilà, vous l’aurez compris, ce n’est pas un roman graphique pour les esprits cartésiens mais bien pour ceux qui aiment être surpris par un joyeux délire.
Pour la cote, impossible à déterminer, c’est génial  pour les uns ou complément absurde pour les autres, c’est selon.
Pour ma part, ce sera  un audacieux coup de cœur.

Samba.

tale of sand.png


Inscrivez-vous à la newsletter.

Commentaires

Cet album est un OVNI dans le paysage de la BD. Une histoire complètement loufoque et assez plaisante à lire, même s'il n'y a pas grand chose à lire tant il y a peu de dialogues. Mais les images se suffisent à elles mêmes tant les dessins sont clairs. Comme tu dis, le joyeux foutoir n'est qu'une impression. Les pages sont en fait méticuleusement construite et leur lecture coule de source.
Vraiment sympa cet album. En revanche, les esprits un peu trop cartésiens n'y trouveront pas leur compte. Il faut se laisser guider par l'absurde et le non sens.

Écrit par : Loubrun | 17/01/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai lu et j'ai beaucoup aimé...Cela a l'air d'un joyeux foutoir et pourtant c'est vachement bien construit...Un bon 9/10 pour cet album atypique mais franchement excellent...

Écrit par : capitol | 01/04/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire