31/05/2013

L’œil des dobermans T2 :l’ombre des chiens.

Oeil des dobermans (L')2.jpgdoberman.jpgAuteurs : Ordas-Cothias et Zanat.

Editeur : Grand Angle

Sortie : 05/2013

 

En mission.

Contraint d’intégrer l’Ahnenerbe, la division scientifique d’Hitler créée pour prouver et légitimer la supériorité de la race Aryenne, l’archéologue Arno Ixks est envoyé aux confins de l’Himalaya pour enquêter. 

Placé sous la protection de Palden, une tueuse à la botte du Führer aussi redoutable que mystérieuse, il fera escale dans un camp d’entraînement nazi avant de s’envoler pour les premières missions...

 

Rocambolesque.

J’ai vraiment été décontenancé par cette suite. Je m’attendais à un récit nettement plus sérieux.  Ce tome 2 m’a fait penser  à 2 « X-men » jouant à Indiana Jones. Bref, vous devez enclencher le mode comics pour éviter de dire « c’est du grand n’importe quoi ». Mais même en mode comics, j’ai trouvé que les situations « tombés du ciel » s’enchainaient  sans véritable passion. Je dois aussi avouer que j’ai eu du mal à comprendre plusieurs scènes également … C’était  quoi cette escale en Syrie ?  Une mise en page plus dynamique aurait aidé à sauver un peu l’affaire  surtout avec un personnage comme Palden. Mais là aussi, on passe à coté d’une bonne pépite, j’ai eu l’impression de toujours la voir de loin. 

Voilà, les fans de comics continueront certainement l’aventure, pour ma part, j’arrête là cette uchronie fantastique.

a04-3e788e4.gifScénario

a06-3e788fc.gif Dessin

 a05-3e788c9.gifGlobal.

Samba.

dobermans 1.JPG

 

On en parle avec un yéti.

Inscrivez-vous à l’astrolabe.

Hoodoo darlin'

9782203047037.jpgPlancheS_37889.jpgRésumé de l'éditeur: Dans le bayou, Adèle est de longue date l’élève de Simeon, le vieux maître vaudou. Et s’impatiente, ne voyant toujours pas se concrétiser sa succession. Mais un événement tragique – une enfant disparue et le cadavre d’une femme retrouvé tout près – va tout faire basculer.
Désobéissant à Simeon, Adèle le suit, à son insu, jusqu’au coeur du monde surnaturel, y introduisant du même coup de graves déséquilibres. Les grands esprits vaudous sont furieux. Pour les apaiser, et espérer pouvoir reprendre un jour à son compte la charge de Siméon, Adèle doit réussir une épreuve : retrouver cinq esprits fugitifs qui se cachent sous forme humaine, quelque part en Louisiane…

 

La Louisiane est un état du sud des Etats-unis qui est souvent mis en avant par le drame social qui s'y joue. Régulièrement illustré de façon très sombre, il affiche un grand écart social et culturel entre la communauté afro-américaine qui y vit et le reste du pays. Hoodoo darlin' entend casser cette image et propose une Louisiane pleine de couleurs, de magies et de légendes sans pour autant effacer le cadre social spécifique de cette région. Léonie Bischoff, l'auteur, présente un bayou qui devient un personnage à part entière de l'histoire. On entend presque un petit air de blues en arrière fond pendant la lecture de cet album.

HoodooDAR_Ip009p128_FR_029H.jpg

 

Le trait souple et généreux de Hoodoo darlin' s'associe à un scénario prenant qui nous embarque dans un thriller fantastique à la sauce vaudou. Une réussite qui se voit malgré tout alourdie par quelques moments creux... rapidement comblés par l'atmosphère générale de l'ouvrage. 

 

Le +: Une vraie bouffée de fraîcheur, de par l'angle d'attaque de l'auteur, sur un état des Etats-unis qui a, plus que jamais, besoin d'un peu de couleurs. Une approche graphique qui procure aux lieux de l'action une présence palpable.

 

Le -: Le scénario est prenant mais s'efface parfois trop devant les enjeux graphiques de l'album. 

 

Je clique chez:

 

KSTR

 

Léonie Bischoff

9782203047037_pb1.jpg

William

30/05/2013

JOSEPH CAREY MERRICK

 

Couv_187198.jpgPlancheA_187198.jpgDessin : Denis Van P - scénario: Denis Van P & Serge Perrotin

Editions Sandawé

Sortie : 22/05/2013

72 pages

Prix conseillé : 16,95 €

ISBN : 9782930623108


Joseph Carey Merrick,  Elephant Man, biographie.

 

 

Résumé (de l’éditeur): Difforme dès sa petite enfance, infirme suite à un accident à cinq ans, orphelin de mère à onze ans, rejeté par sa belle-mère, obligé par celle-ci à travailler à douze ans, expulsé du domicile familial par son père, montré comme un phénomène de foire, arnaqué par son impresario...

Quel chantre du mélodrame aurait osé un destin aussi noir sans craindre de se ridiculiser ?

Et pourtant, ce fut la vie de Joseph Merrick, tellement tragique qu’elle inspira plusieurs auteurs, dont David Lynch et son fameux film «The Elephant Man». Voici la première biographie en bande dessinée de ce personnage hors du commun.

 

1305261733140001.JPG

 

Mon avis : Rimbaud, James Joyce, Joseph Carey Merrick…Voilà trois biographies qui sortent coup sur coup chez des éditeurs différents. Trois destinées hors du commun mais trois manières différentes de les traiter au niveau graphique. Je ne vous cache pas que lorsque j’ai découvert cet album, je me suis dit « encore un album tragique avec un dessin rond et simplifié, voire enfantin pour faire passer la pilule ». Bref, cela va faire pleurer dans les chaumières… Ce n’était pas l’enthousiasme au premier abord et j’ai laissé l’album de côté pour enfin pouvoir le lire à l’aise et au calme pendant le week-end.


Je ne peux que me féliciter d’avoir attendu un moment propice pour le lire car cet album est vraiment excellent. On n’en ressort pas indemne. Je suis passé par divers sentiments qui vont de la pitié à la révolte, de la révolte au soulagement. En refermant l’album, on se dit que dans le noir du noir, il y a toujours une petite lumière au fond du tunnel.


Denis Van P - cre¦üdit photo -® A. Ghys.jpgIl faut savoir d’abord qu’il s’agit d’un projet de longue haleine porté au départ par Denis Van P, un bruxellois né en 1974. Il travaille comme cadre au sein d’une grande institution financière française… Il a toujours dessiné. C’est en voyant le film de David Lynch en 1986 ou 1987 qu’il décide de lire la biographie de Joseph, écrite par Michael Howell et Peter Ford. Il a alors 12 ans et va se passionner pour le sujet, accumuler la documentation, les photos d’époque... En 2005-2006, il va dessiner les 55 premières planches qui se focalisent sur les 20 premières années de Joseph, les années noires (il décédera à 28 ans). Aucun éditeur ne veut de son travail jusqu’à ce qu’il entende parler de Sandawé en 2010. Il présente son travail et Patrick Pinchart lui suggère d’y apporter des changements avec l’aide du scénariste Serge Perrotin. Ils décident en fin de compte de raconter également la fin de la vie de Joseph, les années de bonheur. Du coup, l’album ne raconte pas qu’une histoire tragique mais aussi une jolie fin, une sorte de « happy end » qui va emporter l’adhésion du lecteur.

Joseph Carey Merrick - Planche 14.jpg

Au niveau du dessin, je l’ai déjà dit, il s’agit d’un dessin rond, digne de passer dans le journal de Spirou. Ce genre de dessin adoucit les traits. Mais la colorisation va encore accentuer cet effet tout en rendant l’ambiance sombre. Le trait de Denis van P y perd en qualité mais l’ambiance générale de l’histoire y gagne en noirceur. Les années sombres sont autant de cases disposées sur un fond noir. Puis tout à coup, avec l’arrivée des années plus heureuse, le noir fait la place à une case blanche…On retombe dans des feuilles blanches, une bande dessinée plus conventionnelle au niveau du dessin. Cette transition graphique est très bien faite et donne au lecteur une impression de sortie du tunnel.

1305261734390001.JPG

Par moment, le lecteur est prêt à laisser couler une larme. Les auteurs sont parvenus à faire passer des sentiments forts comme la compassion, la révolte, la méchanceté gratuite, la différence et l’indifférence, le rejet, la rédemption, l’espoir… La société est cruelle mais parfois on y rencontre des gens bien… Joseph Carey Merrick dans son immense malheur se contentait de peu pour être heureux. Une leçon de vie. Un coup  de cœur assurément !

 

Graphisme :      

Scénario :        

Moyenne :        http://img96.xooimage.com/files/e/7/c/a09-3e78912.gif

Liens vers le site internet de Sandawé : ICI.

 

Capitol.

1305261733580001.JPG

Brune Platine - Tome 1 : Mon sang est plus noir que le vôtre

Titre : Couv_185929.jpgVerso_185929.jpgPlancheA_185929.jpgTome 1 : Mon sang est plus noir que le vôtre
Scénario : Lisa Mandel
Dessins : Marion Mousse
Couleurs : Hélène Georges
Dépot légal : Mars 2013
Editeur : Casterman
Collection : KSTR
Format : Autre Format
ISBN : 978-2-203-04359-6
Nombre de planches : 58

Résumé :


"BRUNE PLATINE ENQUÊTES EN TOUT GENRE" telle est la plaque figurant à l'entrée du bureau de Platine, blonde gironde et fumeuse invétérée, et de son associée, Brune, brune lesbienne et efflanquée. Elles s'adorent ces deux là !

 

brune,platine,lisa mandel,marion mousse,mon sans est plus noir que le vôtre,kstr,casterman,roman noir,polar

 

Un vrai chat de gouttière cette Brune, qui ne fait confiance qu'à Platine, surtout quand l'affaire ne lui plaît pas. La jeune femme qui cherche à retrouver son père disparu depuis son enfance ne lui inspire rien qui vaille. Trop de fric, trop de zones d'ombres.


Après une chute dans les escaliers alors qu'elle n'était qu'une enfant, la blessure de Claire Gayrault, guérie depuis des années vient de se réouvrir, sa psychiatre en a conclu que c'était lié à la disparition de son père.

 

brune,platine,lisa mandel,marion mousse,mon sans est plus noir que le vôtre,kstr,casterman,roman noir,polar

 

Depuis, elle le recherche et trouve de l'aide auprès de l'agence "Brune Platine" moyennant finances. Pourtant, Brune ne se laisse pas convaincre si facilement, cette fille a dans les yeux un abîme dévorant, qui hante les cauchemars de Brune.


Pourtant, les filles, elle les aime, rousses, blondes, jumelles ou hôtesse de l'air... et n' hésite pas à explorer leurs formes sous toutes les coutures...


Cette affaire va entraîner Brune en Herzéguie, où les stigmates du conflit armé des années 70 sont encore bien visibles. Auprès d'un héros national aux yeux bleus comme ceux de Claire Gayrault...

 

brune,platine,lisa mandel,marion mousse,mon sans est plus noir que le vôtre,kstr,casterman,roman noir,polar

 

Mon avis :

Un vrai roman noir, qui donne le ton d'entrée, couverture noire, titre rouge sang, plus noir ou plus rouge que le vôtre.


Une histoire de filles, racontée par des filles... elle est pas belle la vie ?


Une histoire sombre, très sombre, trop sombre ? c'est ce que j'ai cru à la première lecture. Le langage est cru, les filles sont délurées, l'amour est libre. Croyant naïvement que c'était un one-shot, la fin m'a parue dure et froide. Et puis quoi ! c'est un polar noir, en plusieurs tomes, la touche pessimiste de la page 6 préfigure la violence du reste de l'album. Une plongée dans toutes les sociétés corrompues ayant subit les atrocité d'une guerre civile.

 

brune,platine,lisa mandel,marion mousse,mon sans est plus noir que le vôtre,kstr,casterman,roman noir,polar

 Les sentiments de Claire Gayrault naviguent entre déprime et solitude. La vie en Herzéguie n'est pas réjouissante pour les enfants des rues. Et ce héros national, pourquoi a-t-il abandonné sa fille chérie pour s'occuper des orphelins de guerre ?


Les seules lueurs d'espoir viennent de Brune et Platine soudées par une amitié indéfectible, et une efficacité redoutable.

 

brune,platine,lisa mandel,marion mousse,mon sans est plus noir que le vôtre,kstr,casterman,roman noir,polar

 

Ces filles sont "terribles" dans leur attitude et leur liberté d'expression. Des gavroches délurées et bien dans leur peau.  

 

Hélas, la dernière page de ce premier opus refroidit l'atmosphère très rapidement.

 

brune,platine,lisa mandel,marion mousse,mon sans est plus noir que le vôtre,kstr,casterman,roman noir,polar

 

J'attends déjà avec impatience le second tome pour que ce poids qui m'oppresse le coeur se dissipe rapidement dans les boucles de Brune ou les généreuses rondeurs de Platine.


Ma note :

Scénario : 9

Dessin : 8

Moyenne : 8,5/10

 

Sophie