31/07/2013

Pin up 81

Emilio VAN DER ZUIDEN


Filles de l'oncle Bob (Série)


 

emilio van der zuiden,femme,sexy,pin up,filles de l'oncle bob




 

emilio van der zuiden,femme,sexy,pin up,filles de l'oncle bob




 

 

 

WUNDERWAFFEN - Tome 3: Les damnés du Reich.

Couv_190798.jpgPlancheA_190798.jpgDessin : Maza - Scénario: Richard D. Nolane

Editions Soleil

Sortie : 03/07/2013

56 pages

Prix conseillé : 14,30 €

ISBN : 9782302025660

Uchronie, Histoire, Aventure.

Résumé (de l’éditeur): En cet été 1946, la Seconde Guerre mondiale continue en Europe, après l’échec surprise du débarquement allié le 6 juin 1944. D’étranges avions à réaction révolutionnaires, surnommés Wunderwaffen (« Armes miracle »), défendent désormais efficacement l’Allemagne.


Walter Murnau, talentueux pilote de Wunderwaffen, se retrouve décoré par Hitler en personne, qui le surnomme publiquement « le pilote du Diable », avant de décider de le faire éliminer pour de mystérieuses raisons…

1307251749550001.JPG

Mon avis : Pour le tome 3, C’est Capitol qui s’y colle…Samba m’avait chaudement recommandé cette série lors de la sortie du tome 1. Et c’est qu’il avait raison le bougre! Je n’ai jamais été fan des uchronies  (définition de Wikipédia : Dans la fiction, l’uchronie est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé). Le scénario part du principe que le débarquement des alliés en Normandie le 6 juin 1944 est un désastre. A partir de là, le scénariste nous développe une histoire d’aviation très proche de la réalité, se basant sur des projets de nouveaux avions révolutionnaires qui étaient à l’époque dans les cartons de l’armée allemande. Et  l’histoire tient la route tant au niveau des combats aériens que de la trame du récit. Le lecteur peut suivre le parcours de Walter Murnau, talentueux pilote de Wunderwaffen, dans ses démêlés avec sa hiérarchie et plus particulièrement avec Himmler et la SS. Il est victime d’un chantage et est partagé entre son idéal militaire et les dérives du régime hitlérien. J’ai bien aimé l’approche psychologique de ce troisième tome qui passe à l’avant plan même si les combats aériens restent bien présents. Bravo Monsieur Richard D. Nolane (RDN pour les intimes). Blague à part, c’est fou ce que cela fait chic l’initiale du second prénom pour un auteur.  Cela fait très américain. C’est comme John F. Kennedy!

1307251751010001.JPG

Maza (de son vrai nom Aka Milorad Vicanovic, un nom d’enfer pour les amateurs de concours et de quiz) est un dessinateur qui vit en Bosnie-Herzégovine. Outre le dessin, il organise aussi le salon BD Stripa Laktasi (que notre cher Dany, amateur de salons BD exotiques, doit certainement connaître). Le dessin est toujours à la hauteur en ce qui concerne les avions, les combats aériens. Le seul bémol pour moi concerne les visages peu expressifs, disons plutôt un peu figés.

1307251751580001.JPG

En conclusion, je dirai qu’après un premier tome exceptionnel, un deuxième tome un peu moins excitant, j’ai retrouvé un nouveau souffle dans ce troisième tome, un peu plus de profondeur dans les personnages. La lecture fut passionnante. A noter qu’en fin d’album, le lecteur trouvera une pseudo interview de Himmler. « Himmler est-il le maître occulte du Reich ? ». Un bonus qui caractérise bien l’esprit de cette série.

 

Graphisme :      

Scénario :        

Moyenne :        

 

Lien vers les éditions Soleil : ICI.

 

Capitol.

1307251753100001.JPG

30/07/2013

Les chroniques de Légion Livre III et IV.

Chroniques de Légion (Les)3.jpgChroniques de Légion (Les)3e.jpgAuteurs : Nury-Henninot-Alberti-Xiaoyu-Turso.

Editeur : Glénat.

Sortie : 05/2012.

 

Transfert.

Trois époques, trois visages du Mal, trois incarnations de Vlad Dracula Tepes... D'époque tourmentée en guerre fratricide, Vlad Tepes se promène au fil du sang de ses victimes : c'est, pour lui et pour Radu son frère, un véhicule de choix. Ce à quoi ils n'avaient pas songé, c'est qu'à leur tour ils vont être envahis par des pensées et des sentiments inconnus...

 

Comme une histoire sans fin.

Je profite de mes congés et d’avoir enfin la série complète via des achats en 2e main, pour  me lire d’une traite les 4 albums de cette série concept. 

 

La lecture est agréable, fluide grâce notamment  à un découpage très dynamique. Comme il s’agit d’un travail collectif, les dessins sont fatalement assez variables. Perso, j’ai une préférence pour celui de Tirso  et Xiaoyu. Nettement moins pour les autres mais ça c’est une affaire de goût et de couleur. 

Voilà que pendant ma lecture faite dans  mon jardin, un orage gronde au loin, les nuages lourds s’annoncent comme le funeste destin des rencontres de Vlad Tepes et son frère Radu avec leurs victimes. Je dois dire que les motivations des ces 2 loustics m’ont parues parfois bien étranges. Par contre, j’ai apprécié de voir dans cette histoire Wilhelm Canaris apparaitre, un personnage bien réel qui mériterait à lui tout seul plusieurs albums tellement sa vie a été exceptionnelle et tumultueuse (faites la recherche vous verrez). Bon revenons à nos effusions d’hémoglobine et voyons voir comment la connexion va se faire avec la série mère « je suis légion » ?  On sent bien l’amorce, mais je suis aussi resté sur ma faim à cause d’une sorte de match nul entre les 2 principaux protagonistes et aussi à cause d’une fin assez ouverte. Bref, la lutte continue  et parait sans fin.

a06-3e788fc.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario

a06-3e788fc.gif Global.

Samba.

On en parle avec une transfusion.

Les-chroniques-de-legion-T.IV-4.JPG


Inscrivez-vous à la prise de sang.

29/07/2013

Frontline Combat - Tome 2

frontline combat,harvey kurtzman,jack davis,john severin,wally wood,george evans,rick estrada,alex toth,joe kubert,akileos,récits,guerre,histoirefrontline combat,harvey kurtzman,jack davis,john severin,wally wood,george evans,rick estrada,alex toth,joe kubert,akileos,récits,guerre,histoireScénario : Harvey Kurtzman 

Dessin : Jack Davis, John Severin, Wally Wood, George Evans,  Rick Estrada, Alex Toth, Joe Kubert.

202 pages

parution : juin 2013

 

 

La guerre, pour de vrai.


Recueil de récits de guerres dont le premier numéro fut publié en 1951 aux Etats-Unis chez EC comics, Frontline combat parait tous les 2 mois et comporte 4 récits de guerre dont un sur la Corée où les américains sont alors engagés. Après 15 numéros, la publication s’arrête en  janvier 1954. Ce deuxième volume reprend 28 récits écrits par Harvey Kurtzman, allant des batailles Napoléoniennes à la guerre de Corée en passant par les guerres indiennes, de Sécession, ou encore Hispano Américaine. Ces courts récits dénoncent tous la guerre avec force en plaçant le lecteur toujours au cœur de l’action, au plus près des soldats envoyés au casse-pipe.

frontline combat,harvey kurtzman,jack davis,john severin,wally wood,george evans,rick estrada,alex toth,joe kubert,akileos,récits,guerre,histoire

Avec une succession sans chronologie des histoires, ce recueil nous fait voyager dans le temps en nous faisant passer de la bataille d’Austerlitz à un épisode de la seconde guerre mondiale après avoir eu un aperçu de la fin de Geronimo. Ces sauts temporels ne sont pas dérangeant ; ils nous rappellent - à toutes fins utiles - que les hommes qui se foutent sur la gueule, ça ne date pas d’hier …

 

Les talents de conteur de Harvey Kurtzman rendent ces récits réellement vivants tant son écriture transpire de vérité. Chaque nouvelle histoire débute par un teaser en 3 lignes qui poussent littéralement le lecteur à découvrir la suite. Le style est simple mais redoutablement efficace et on se surprend à lire ces histoires comme on écouterait un vieux grand-père nous raconter ses souvenirs. Le tout est poignant et invite le lecteur à une réflexion. Le but n’est pas tant d’exposer la guerre que d’amener les lecteurs à réfléchir sur les conséquences des actes de chacun et de faire comprendre que la grande Histoire n’est faite que d’une somme de petites histoires. Frontline Combat illustre parfaitement la phrase qu’aurait prononcé Staline : « la mort d’un homme est une tragédie. La mort d’un million d’homme une statistique ».  Kurtzman préfère s’attacher aux multiples tragédies qui font les statistiques. Ainsi, les actes héroïques ne sont jamais mis en exergue, façon d’une part de ne pas rentrer dans un jeu politique propagandiste, et d’autre part de montrer que les tragédies n’ont pas de frontière.

frontline combat,harvey kurtzman,jack davis,john severin,wally wood,george evans,rick estrada,alex toth,joe kubert,akileos,récits,guerre,histoire


Magistralement mis en image par les cadors de l’époque, les dessins et la mise en page pourront paraître quelque peu vieillots pour un jeune lectorat. Il ne faut pas oublier qu’ils datent des années 50, et qu’en 60 ans, la technique narrative illustrée à quelque peu évolué. Il convient donc de se replonger dans le contexte, et de les apprécier à leur juste valeur. Certains dessins marqués par un réalisme fouillé et très expressif tiennent largement encore la route, particulièrement ceux de Jack Davis et Wally Wood, résolument modernes pour l’époque.

 

frontline combat,harvey kurtzman,jack davis,john severin,wally wood,george evans,rick estrada,alex toth,joe kubert,akileos,récits,guerre,histoire


Concernant le livre en lui-même, je regrette l’absence de bonus ou d’édito présentant cette œuvre majeure de Harvey Kurtzman. Une présentation de tous les auteurs, de la bande dessinée américaine à cette époque, du contexte de parution, permettrait d’apporter un éclairage intéressant sur l’histoire de la BD outre-atlantique et complèterait avantageusement cette anthologie.

Cela reste malgré tout un travail éditorial magnifique et un très beau livre, mettant en valeur des classiques de la bande dessinée, illustrés par les auteurs les plus talentueux des années 50 ayant influencé bon nombre d’artistes comme Frank Miller ou Alan Moore.

Un classique à découvrir.


Ma note : 8/10

Loubrun

 

frontline combat,harvey kurtzman,jack davis,john severin,wally wood,george evans,rick estrada,alex toth,joe kubert,akileos,récits,guerre,histoire