08/08/2013

LA VALSE DES FELINS - L'interview.

capitol,interview,la valse des felins,skiav,weytens,paquet,calandre,0720131971. Un milliardaire excentrique lance un défi automobile. A la clé, 1 million de $.  Vrais pilotes, espions russes, belles italiennes et voleurs patentés vont se bousculer sur les routes d’Europe. Rencontre avec Fred Weytens, scénariste de ce dyptique illustré par Eric Skiav,nouveaux venus dans la collection Calandre.

Comment est venue l’idée de La Valse des félins ?

Je voulais reprendre l'univers des films que j’avais adoré durant mon enfance, et qui m’avaient déjà inspiré pour Tango pour un Berliet et Mambo Marcel, des bandes dessinées réalisées avec Daniel Balage aux éditions le Cycliste. Cela me permettait de retrouver des ambiances un peu plus légères, de mettre en scène des situations cocasses et d’écrire des dialogues dynamiques.

Vous connaissez Eric Skiav depuis de nombreuses années.

Eric m'avait proposé de reprendre la série des Films de papier, publiée chez Le Cycliste, mais le projet ne s'est pas fait. Nous partagions le même goût pour ce genre d'histoire et nous avions envie de collaborer ensemble.

Est-ce difficile de créer une galerie de personnages ?
C'est vrai que sur La Valse des félins, il y a une belle brochette de personnages. … Dix-sept, au total ! Créer des personnages n’est pas difficile, mais il faut leur laisser assez de cases pour qu'ils puissent prendre vie, exister. Entre le lord anglais excentrique, les deux anciens baroudeurs français pilotes de rallye, les espions russes et deux italiennes, j'avoue que j'ai de quoi m'amuser au niveau des rebondissements. Je me sers d'eux comme de pions sur un échiquier … en avançant l'un d’eux lorsqu'une situation s'y prête.

Les voitures sont bien sûr importantes dans cette histoire. Comment les avez-vous choisies ?

Assez simplement ! J'adore les voitures, surtout celles des années 60-70. Elles ont « du tempérament » ! J'ai commencé par placer mon scénario dans une année spécifique (1971) et à réfléchir aux voitures qui étaient les plus intéressantes à cette époque. Ferrari Dino, Alpine A110, Jaguar type E, Mini Cooper S... sans parler du combi VW des écolos couvert de fleurs peace & love  !

On sent une forte inspiration cinématographique…

Tout à fait. Je me suis inspiré de la Panthère rose (avec Peter Sellers), Casino Royal (la version déjantée de 1967), et dans une moindre mesure de Canonball, le Cerveau, et les films de Steve Mc Queen comme le Mans, ou Bullit. … Sans parler des clins d'œil : Klaus Kinski, Dean Martin et d'autres acteurs viennent faire de la figuration dans notre album !

Justement, le récit se passe au tout début des années 70. Il va traverser l’Europe ... à toute allure. Le contexte politique de l’époque a-t-il été important dans ce choix ?

Bien sûr, mais pour le fun ! Nous sommes en pleine guerre froide. Traverser l'Europe à toute allure, sans trop de contrôles, c'est une superbe opportunité pour le KGB !  On croise, dans l'histoire, deux "Georges" bien de chez nous d'ailleurs ! Un Georges Marchais, et un Georges Pompidou! C'était un minimum !

Si vous deviez résumer en quelques mots La Valse des félins ?

Un lord, un million de dollars, un diamant, une traversée de l'Europe, des pilotes, des coups de poings et de la bonne humeur !

Une dernière question pour conclure, quel a été votre parcours de scénariste jusqu’ici ?

Mon parcours ? Un peu comme dans La Valse ! … Beaucoup d'étapes ! En fait, je voulais être dessinateur de BD, j'ai fait une école pour cela. Mais j'étais plus doué pour raconter des histoires que pour les dessiner ! J'ai postulé, par hasard chez Infogrames … et je me suis retrouvé scénariste de jeux vidéo. C'est bien plus tard, avec la participation de Daniel Balage que j'ai pu publier Tango et Mambo. Puis Egide chez Delcourt. Durant cette période nous avons monté un atelier de BD avec Hub, Yan le Pon, Daniel Balage et d'autres amis. J'y ai commencé à travailler avec Hub sur l'écriture d'Aslak, pour les éditions Delcourt, et sur Gold of the dead, avec Yan Le Pon

Interview réalisée par les éditions Paquet.

 

testcouv-valse-4-coul-low.gif

 

 

Commentaires

J'adore les interviews d'auteurs. Ca relance le processus de connaitre le dessous des cartes. Exemple, moi qui ne suis pas voiture pour un sou, la notion de clichés cinématographiques et autre clins d'oeil vont me faire pencher sur ledit objet !

Écrit par : tigrevolant | 09/08/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire