08/01/2014

POLAROÏD

polaroïd-couv.jpg1520-4.jpgExtrait: "Depuis la rentrée, quelqu'un  dépose toutes les semaines une enveloppe pour moi dans la boîte aux lettres. Un polaroïd. Vous savez, ces photos rétro avec le bord blanc... Une photo de moi. Au début, c'était des photos de moi petite. A l'école. Dans la cour, devant la grille, dans la voiture de mes parents. Et puis, ça se rapproche de plus en plus. Les photos sont de plus en plus récentes, et je flippe. J'ai mis les potes sur le coup. Faut qu'on comprenne. Je vais m'activer le neurone pour démasquer ce gars zarbi. Si c'est un mec. Au début, j'ai pris ça à la légère. Là, maintenant, ça alourdit ma marche. Anna est là, méfie-toi sombre taupe, je vais te retrouver et avec tes poils je me ferai une écharpe."

 

Ils sont amis d'enfance. Manel, Clothilde, Mollusque et surtout Anna, personnage principal, qui tient un journal intime (son carnet rouge) dans lequel elle exprime son ressenti vis-à-vis de ses amis, de son histoire, de sa vie et de cet étrange inconnu qui lui envoie d'intrigants polaroïds. Par une suite de concours de circonstance, ce carnet rouge va passer dans différentes mains... qui vont toutes s'exprimer à tour de rôle en couchant sur le papier leurs sentiments.

 

L'album tout entier prend la forme de ce carnet rouge où l'on peut voyager de l'intimité d'un personnage à celle d'un autre. C'est la bonne idée de Séverine Vidal que d'avoir donné le sentiment au lecteur d'occuper une place privilégiée en tenant en main ce carnet intime. Si ce roman  généreusement illustré par  le dessin inspiré de Julien Castanié peut être appelé roman graphique, il faut préciser qu'il ne s'agit pas d'une BD de 2,5kg pour adulte telles que celles popularisées dans les années 80  par des gens comme Alan Moore ou Franck Miller (pour ne citer qu'eux). Ici, nous trouverons surtout un texte très aéré par de nombreuses illustrations plutôt qu'une bande dessinée au sens conventionnel.

 

Polaroïd est donc un roman à la première personne, au texte très accessible, qui trouve sa force dans sa forme et ses illustrations aux couleurs tranchantes qui mettent en valeur un noir très présent. Le rouge, très utilisé également, semble devenir un intermédiaire entre noir et blanc pour un dessin généreux dans sa souplesse à défaut de l'être dans sa finesse (et c'est très bien comme ça).

 

Les éditions françaises Frimoüsse présentent un album avec un beau travail graphique mais en léger décalage par rapport à leurs publics cibles habituels. Elles proposent en majorité dans leur catalogue des livres pour tout-petits et jeunes jusque 12 ans. Polaroïd trouvera plutôt sa place chez les ados ou les jeunes adultes.

 

julien_castanie_0788.jpg

Le +: Un roman à la forme intéressante, facile d'accès, avec une vraie intrigue et des illustrations très réussies.

 

Le -: Certains feront probablement la confusion entre roman graphique (roman très illustré) et roman graphique (graphic novel).  

 

 

Je clique chez:

 

Frimoüsse

Séverine Vidal

Julien Castanié

Écrire un commentaire