04/07/2014

Ils ont fait l'histoire:Jaurès.

Ils ont fait l'Histoire4.jpgIls ont fait l'Histoire4d.jpgAuteurs : Morvan-Voulyzé-Macutay-Duclert.

Editeur :Glénat-Fayard.

Sortie : 06/2014

 

L’internationale.

Orateur hors-pair, grand humaniste et fondateur du journal L’Humanité, Jean Jaurès est une figure de proue du socialisme français dont le nom incarne pour beaucoup l’opposition à la guerre qui s’annonce en 1914. Alors que le monde est sous tension après l’assassinat de l’archiduc Ferdinand, Jaurès met tout son poids politique dans ce combat pour la paix et finit assassiné à l’aube de cette grande guerre qu’il redoutait. Cet engagement ultime est le point d’orgue d’une carrière politique au service des exclus et des persécutés commencée dans les années 1880 par un soutien enflammé aux mineurs grévistes de Carmaux.

Vincent Duclert apporte son regard expert à Jean-David Morvan et Rey Macutay pour nous offrir le portrait détaillé et passionnant de cette figure universelle du socialisme et du pacifisme, dont s’inspirent encore nos dirigeants actuels.

 

Difficile d’accès.

Détaillé, certainement mais passionnant, je n’irais pas jusque là.

Je m’en expliquerai plus tard.

 Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? chantait Jacques Brel. Mais pour faire cette belle guerre qui s’annonçait pardi !

Une guerre qui fut amorcée  avec l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand (chez Grand angle) sous les balles du nationaliste serbe Gavrilo Princip( chez Futuropolis) . Franchement, si vous êtes féru d’histoire, cette année, on est gâté avec tous ces titres « historiques » sur la 1ère guerre mondiale. Il y a moyen de se confectionner une belle bibliothèque sur cette thématique.

J’ai donc abordé cette BD avec confiance vu la caution apportée par l’historien Duclert. On est déjà ravi d’avoir en main avant de commencer la lecture, une ancienne "Une" de l‘Humanité (réservé à la 1er édition).

Mais bien vite, je déchante. On assiste en fronçant les yeux (le lettrage est lilliputien) à une suite de discours politiques de l’homme de gauche. Certes, l’authenticité et la profondeur humaniste de Jaurès est respectée mais que d’ennui aussi. J’ai eu l’impression de voir des instantanés de sa vie, mais sans âme, les uns à la suite des autres. Il n’y a pas de fil dramatique dans cette histoire par exemple. En somme les auteurs en jouant la carte de la justesse du propos en ont oublié de rendre cette BD attractive.

Un écueil que la BD Ni Dieu ni Maître sur Auguste Blanqui (autre grande figure du socialisme) évite sans soucis. Ici, il faut réellement s’accrocher pour poursuivre sa lecture.

Le dessin du Philippin Ray Macutay n’aide pas cette BD à sortir de cette ornière, la mise en page est  trop classique  mais surtout sans sauce, sans liant.  Une suite de portraits certes bien rendus mais sans émotion.

Dire que je suis déçu par cette BD, c’est peu dire !

 

Cette figure du socialisme méritait mieux que cette BD sans saveur.

a03-3e788b8.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 

a04-3e788e4.gifGlobal.

Samba.

Jean-Jaures-au-Pre-St-Gervais_3285.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrire un commentaire