28/07/2014

Cet été-là

cet été-là,tamaki,rue de sevresScénario : Mariko TAMAKI
Dessin : Jillian TAMAKI

Editions :Rue de Sèvres
Date de sortie : mai 2014

Chaque été, Rose (11 ans environ) et ses parents vont en vacances à Awago Beach. Ils y louent une maison voisine de celle de Windy et de sa maman. Windy, plus jeune d’un an et demi environ, est l’amie de vacances de Rose. Elles passent la majorité de leur temps ensemble, à jouer, se balader en vélo, aller à la plage et ce depuis qu’elles sont toute petites. Windy semble pressée de grandir et de voir son corps changer tout en gardant encore un comportement très enfantin ce qui l’oppose de plus en plus souvent à Rose qui, même si elle est plus discrète, vit les mêmes questionnements.

Cet été-là , Rose va rencontrer Dunc, grand ado travaillant à la dvdthèque du coin. Elle va aussi découvrir un univers attirant et méconnu, celui des ados qui flirtent, boivent, se charrient, roulent en voiture. Et Rose va observer leurs jeux et pénétrer leur intimité. En étant attirée par Dunc, qui la regarde comme une petite fille, elle va découvrir les rapports qu’il entretient avec sa petite amie (qu’elle déteste bien sûr), jeune fille pleine d’assurance  et  un brin vulgaire qu’il va abandonner lorsqu’elle lui apprend qu’elle est enceinte.

Pendant ce temps, la mère de Rose semble se distancier de tout, les époux accumulent querelles et malentendus sous les yeux (et les oreilles) de leur fille. Le père finit par quitter la maison, laissant la mère prostrée pendant des jours. Rose en veut terriblement à sa mère et se dispute férocement avec elle sans trop bien comprendre ce qui se passe.

Et Rose, qui connaît ses premiers émois amoureux, va être confrontée à la cruauté de la vie : le mal d’enfant, l’incompréhension malgré l’amour, l’abandon, l’envie de mourir,…

Un roman initiatique

« Cet été-là » raconte un moment charnière, le moment où la candeur de l’enfance s’estompe, où l’enfant ouvre les yeux sur le monde des adultes pour la première fois et prend la mesure des difficultés dans lesquelles s’ébat son entourage.

Le dessin en noir et blanc, la découpe des planches et le trait de Jillian Tamaki rappellent plus un manga qu’une BD de facture plus classique.

Les émotions et les sentiments des protagonistes sont joliment mis en valeur par un dessin précis et détaillé et une mise en page souvent surprenante.

Cet album s’adresse aux adultes qui veulent retrouver pour quelques temps un peu de leur innocence d’enfant et donne envie de permettre le plus longtemps possible aux enfants de conserver leur rafraîchissante naïveté.

 

Ma cote :

 

This-One-Summer-18.jpg

Isasmira

Écrit par Isa dans ISAVIS | Commentaires (1) | Tags : cet été-là, tamaki, rue de sevres |  Facebook | |

Commentaires

Effectivement , une BD sur la fin de l'enfance . Une histoire douce amère .

Écrit par : samba | 28/07/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire