03/09/2014

Air forces - Vietnam tome 3. Brink hôtel Saïgon

wallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historiquewallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historiqueScénario : Wallace, JG
Dessin : Cash, J.L.
Couleurs : Cash, J.L.
Dépôt légal : 07/2013
Editeur : Zéphyr Éditions
Planches : 46

Octobre 1964. Après un atterrissage forcé en territoire ennemi, le lieutenant Nash est libéré par les bérets verts. Ramené à bord du porte avion Constellation, il doit rendre des comptes sur son implication dans l’empoisonnement d’Isaac Brown, l’équipier de Jimmy Bomber. Ce dernier ne va pas rester les bras croisés. Son enquête le mènera très loin des duels aériens.

 

wallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historique

 

Conformément au cahier des charges, JG Wallace déploie l’action de cette série sur la base historique de l’engagement de la Navy dans le conflit Vietnamien. L’ambiance de guerre est bien palpable. Le récit est émaillé de morceaux de vérité. Ainsi, le Brink Hôtel Saigon a bien été victime d’un attentat en décembre 1964. Il abritait des officiers de l’armée Américaine.

wallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historiqueNous avions regretté dans le précédent tome d’avoir trop d’actions aériennes et pas assez de profondeur dans le scénario (Air Forces Vietnam T1 et T2). Le caractère et la psychologie des acteurs n’étaient pas (assez) mis en avant. Conformément à l’annonce de son scénariste, JG Wallace inverse la tendance dans ce tome 3. Toujours avec comme toile de fond la guerre en Indochine, il met en place une histoire d’empoisonnement d’un pilote, point de départ d’une intrigue type espionnage au sein de la marine Nord-Américaine. L’histoire est parfois stéréotypée avec des clichés : romance du héros avec une infirmière Franco-Vietnamienne ou encore le guerrier éprouvé par la vie qui retrouve son amour de jeunesse (abandonné par ses soins, évidemment). Mais tout cela reste suffisamment romanesque pour accrocher son lectorat. Il est cependant vivement conseillé de relire les précédents tomes.

Le dessin est en progrès sur les expressions des sentiments au niveau des visages. Cela n’empêche pas d’avoir du mal à effectuer le distinguo entre les différents protagonistes. J’ai eu parfois des doutes sur "qui est qui". Mais l’aviation reste évidemment au centre des préoccupations de ce livre. La couverture est là pour vous le rappeler : un magnifique Douglas Skyraider ou « spad » (allusion aux premiers avions du conflit mondial de 14-18) effectue le pilonnage de positions ennemies. Tous les zincs sont soignés et restent un vrai régal des yeux.

Brink Hôtel Saigon boucle le premier cycle d’Air Forces Vietnam. Cette série, comme son nom l’indique, raconte la guerre du Vietnam vue du ciel et c’est là tout l’intérêt de ces BD. JG Wallace et JL Cash montent une fiction sur fond de faits historiques. Cela permet de passer un bon moment et de renforcer ses connaissances (ou ses lacunes) sur l’aviation et les faits historiques de cette période particulièrement troublée.

 

Dessin : 6.5/10
Scénario : 6.5/10
Total : 6.5/10

Tigrevolant

Écrire un commentaire