06/09/2014

CEUX QUI ME RESTENT...

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014Dessin : Laurent Bonneau - Scénario : Damien Marie

Editions Grand angle

Sortie 27/08/2014

152 pages -Cartonné

Prix conseillé : 21,90 €

ISBN : 9782818931882

Alzheimer, maladie, société, famille.

 

Résumé (de l’éditeur) : Un voyage en Alzheimer. Florent a perdu sa femme beaucoup trop jeune. Il a tenté d’élever seul sa trop petite Lilie, maladroitement ou certainement pas assez. Et Florent et sa fille se sont perdus à leur tour. Elle l’a laissé encore plus seul pendant 20 ans. Aujourd’hui, à 70 ans, il n’a qu’un souhait, il veut la retrouver avant de mourir ; sa Lilie qui vient maintenant le voir presque tous les jours, mais qu’il ne reconnaît plus. La maladie lui vole la mémoire pour le laisser toujours plus seul. Alors il cherche sans relâche, en vrac, dans les bribes de trop vieux souvenirs…

 

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014

 

 

Mon avis : Samba vient me rendre visite avec quelques albums sous le bras. « -Je t’amène tes lectures ! » Il me tend cet album de chez Grand Angle, un album imposant, à la couverture épaisse, de 152 pages. « -Cela parle de la maladie d’Alzheimer. Ce n’est pas joyeux-joyeux !» Merci pour l’info ! Je feuillette rapidement. Première réaction : « Pas grave, ce sera vite lu ! »

Des grandes cases, peu de dialogues ou alors relativement court. Un graphisme oscillant entre un dessin hyperréaliste et des esquisses parfois inachevées comme si on avait gommé une partie du dessin comme la maladie d’Alzheimer gomme les souvenirs…Cela ressemble par moment à un chantier mais dans le sens positif du terme. Il y a une logique dans le travail mais les auteurs ont laissé tomber par moment la finition. Ce chantier, c’est le cerveau de Florent qui a 70 ans et souffre de cette maladie qui progresse de jour en jour. Il a une fille, appelée Lilie, qu’il a perdue de vue. Il se remémore un incident qu’il a réellement vécu sur une malle qui relie la France à l’Angleterre alors que celle-ci n’avait que 5 ans. Il l’avait perdue de vue un court instant  avec toute l’angoisse qui l’a tenaillé, craignant le pire. Plus tard, Lilie, il ne la verra plus depuis qu’elle a 20 ans. C’est le clash, elle s’en va vivre avec son copain. Le père et sa fille ne se parleront plus.

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014

 

Depuis que Florent est malade, Lilie s’occupe de son père, essaye de renouer les liens mais Florent est déjà gravement atteint par la maladie et ne la reconnait plus. Il essaye pourtant de remettre en place les bribes de ses souvenirs qui s’effacent un à un.

L’histoire est pathétique. Le nombre de gens touchés de loin ou de près par la maladie d’Alzheimer ne fait qu’augmenter. Les familles et les proches trinquent aussi. C’est l’histoire de cette lente déchéance de tous les jours qui est racontée…

Laurent Bonneau est au dessin (il a réalisé Métropolitan chez Dargaud). Certaines planches sont superbes, surtout celles qui décrivent cet étrange voyage maritime en pleine tempête. Le dessin et les couleurs ont été adaptés aux périodes du récit mais cela reste dans les teintes claires. C’est remarquable.

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014

 

Le scénario de Damien Marie (Back to perdition, Parce que le paradis n’existe pas, etc…) n’est pas des plus joyeux et portant, en fin d’album, le lecteur va quand même trouver une petite lumière dans cette grisaille qui fait que l’histoire n’est pas uniquement tragique, noire. Cette petite touche qui donne une fin positive à un récit difficile mais combien poignant.

C’est le genre d’album que vous allez détester ou aimer. A vous de choisir… Moi, j’ai choisi. J’ai aimé cet album qui a le mérite de bien parler d’un sujet sensible.

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :          9,0/10

Moyenne :          8,5/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014

 

Commentaires

je ne me rappelle plus de t'avoir dit ça .....;-)

Écrit par : samba | 06/09/2014

Répondre à ce commentaire

Fais gaffe, Samba ... ça commence comme ça ! ☺
Ça fera partie de nos prochains achats ... je n'entends que du bien de cet album qui fait partie des coups de cœur de la rentrée.
Yaneck en parle aussi sur son blog (19,25/20 !)
J'espère que je ferai partie de ceux qui aiment ! ☺

Écrit par : Dgege | 07/09/2014

Répondre à ce commentaire

Samba...Le début d'Alzheimer...;-)
Yaneck fait toujours dans l'excessif...19,25/20! comment fait-il? Je côte déjà haut en général. Excellent album mais pas à ce point là!

Écrit par : Capitol | 07/09/2014

Répondre à ce commentaire

On ne peut pas détester cet album, mais je ne l'ai pas autant aimé que je l'imaginais ... en fonction des critiques dithyrambiques. Je suis donc resté un peu sur ma faim car j'ai trouvé par moment l'histoire un peu confuse et demandant beaucoup d'attention dont je manque ... Peut-être Al Zaïmeur me guette-t-il ?
7/10

Écrit par : Dgege | 08/10/2014

Répondre à ce commentaire

Je viens de le lire, et comme je n'avais lu aucune critique auparavant, mon regard sur cette bd était neutre..... Et bien, j'ai eu envie de pleurer en le lisant.... J'ai beaucoup aimé cet album.... Peut-être parce qu'alzheimer a pris racine à plusieurs reprises dans la famille.... Je ne sais pas, mais ça m'a beaucoup touché. Laurent Bonneau a très adapté son dessin à cette histoire, pour laquelle il a complètement changé son style... Bon, j'ai un faible pour ce jeune homme qui a été à l'école avec ma fillote....☺☺☺ ♥♥♥

Écrit par : Laure-Line | 25/12/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire