19/09/2014

AMBRE GRIS T1. Première partie

ambre gris,michel durand,alexandre boucq,glenat,peche à la baleine,aventure,baleine,baleinier,chasse,drame,marin,moby dick,pêcheambre gris,michel durand,alexandre boucq,glenat,peche à la baleine,aventure,baleine,baleinier,chasse,drame,marin,moby dick,pêcheScénario / dessin : Durand, Michel
Couleurs : Boucq, Alexandre
Dépot légal : 08/2013
Editeur : Glénat
Collection : Grafica
Pages : 48

Sur un navire baleinier en 1840, officie le cruel capitaine Masquelier, un curé désespéré et une jeune femme perdue dans ce monde d’hommes. L’obsession de la chasse et de la rentabilité enivre le capitaine prêt à tout pour augmenter les cadences. L’équipage souffre et la mutinerie gronde. Mais le capitaine en a cure : tant qu’il peut assouvir ses vices et remplir ses cales ….

Cette BD est huileuse. Elle transpire et poisse l’huile de baleine par tous les pores. Tout est chasse, tout est graisse.

Huileuse de par la nature première d’un baleinier, la chasse au cachalot. Vous assisterez par le menu au démembrement d’un mastodonte jusqu’à l’ouverture des tripes pour récupérer l’ambre gris (une concrétion intestinale du cachalot) ou du spermaceti (substance blanche présente dans la tête de certains cétacés comme le cachalot). Le lecteur baigne littéralement avec l’équipage dans le dépeçage des géants des mers. Cela à un coté désagréable comme la veille d’un orage mais en même temps instructif (jamais entendu parler du spermaceti avant !!!???).

Huileuse par la folie du capitaine prêt à tout pour engranger du blanc de baleine dans ses cales. « À notre retour, le navire devra ressembler au grand cachalot, le ventre bourré d’ambre gris, la proue brillante de spermacéti ! » tonne t’il. Le capitaine est tellement lié à son but que son corps réclame des bains de « spermaceti » afin de retrouver son appétit sexuel vis à vis de Jocelyn.

Huileuse par l’ambiance au sein de l’équipage. Les hommes ploient sous le joug d’un capitaine borné et cruel. La mutinerie n’est pas loin. Seul le prêtre, à limite de la rupture lui aussi, arrive à grand renfort de confesse à contrebalancer l’excès d’autorité.

 

ambre gris,michel durand,alexandre boucq,glenat,peche à la baleine,aventure,baleine,baleinier,chasse,drame,marin,moby dick,pêche

 

L’ensemble donne l’impression d’être dans le ventre d’un cachalot plutôt que sur un bateau. C’est d’ailleurs le thème de la couverture : des naufragés ayant pour radeau un cachalot mort ….

Le dessinateur en rajoute une couche (d’huile). Dessinateur de Cuervos ou de Cliff Burton, Michel Durand engage dans Ambre Gris une profonde rupture graphique. Certes, il reste sur un dessin réaliste mais les traits sont distendus, ronds avec une sensation d’étirement. La taille des éléments prennent de l’amplitude et les hommes se retrouvent balayés tel un fétu de paille. Cela donne une ambiance psychédélique !

D’abord difficile, cette BD a le mérite de vous captiver sur un sujet maintes fois exploité dans le domaine de l’imaginaire. Michel Durand donne un souffle nouveau à l’épopée baleinière. Entre la raison d’être d’un baleinier (la chasse et le dépeçage des monstres marins) et la perte de raison des protagonistes, Ambre Gris vous entraine dans un drame à huis-clos propre à l’univers marin.

Dessin : 7/10
Scénario : 7.5/10
Total : 7.5/10

Tigrevolant

Écrire un commentaire