06/10/2014

METALFER

metalfer, stan, Vince, science fiction, dargaud metalfer, stan, Vince, science fiction, dargaud Scénario / Dessin : Vince & Stan
Couleurs : Walter
Dépôt légal : 09/2013
Editeur : Dargaud
Planches : 74

En 2039 un constructeur de jouets vient de lancer avec succès Metalfer, un jouet-robot géant. Mais les enfants peuvent maintenant contester l'autorité de leurs parents en utilisant la force de Metalfer.

Metalfer est un objet atypique dans le monde la bande dessinée et cela à plus d’un titre.

Atypique par sa publication. Prépublié de façon partielle dans les Dark Horse Présents en noir et blanc en 1989, Metalfer fait son grand retour, en couleur et complété par 50 nouvelles planches. C’est d’ailleurs, la première impression de lecture : le dessin est exactement dans la veine des BD de cette époque. Néanmoins, il a fallu pas moins de 24 ans pour finir l’histoire. Un record en la matière !

 

metalfer, stan, Vince, science fiction, dargaud

 

Atypique dans le scénario, dans les angles d’attaques dans le concept poussé très loin dans l'absurdité et la folie, Stan et Vince ne font pas dans la demi-mesure. Tout est poussé à l’extrême : la folie consumériste, la mort violente et, surtout, banalisée, le « gag » rugueux, la bêtise humaine, les relations intergénérationnelles ou encore la cupidité. Le scénario est brut de décoffrage et la violence est omniprésente. Mais à y regarder de plus près, des messages surgissent au milieu de ce déchainement d’hémoglobine facile. Ils nous décrivent un univers futuriste rongé par la technologie et par la surconsommation, ou l'avidité des industriels entrainent le monde dans une guerre d'intérêt. Les parents sont dépassés, les adolescents sont immatures à pleurer, les industriels cupides à désespérer et les politique à côté de la plaque. Tout cela est tellement ...comment dire ....  outrancier, démesuré que finalement, la lecture arrache un sourire et permet de dépasser cette cascade de barbarie incontrôlable. Certes, en lisant (relisant ?!) le travail antérieur de Vince & Stan, Vortex (Delcourt) entre autre, il fallait s’attendre à de la SF déjanté, burlesque, mais dans Metalfer les auteurs vont très loin dans la caricature et la bestialité (inutile ?).

 

metalfer, stan, Vince, science fiction, dargaud

 

Les dessins sont denses et dynamiques. Les cases sont chargées de détails et de couleurs flash. Les cadrages sont parfois difficiles à comprendre mais cela participe bien à la dynamique de cet album. Rehaussé par des dialogues comiques et aidé par un découpage intelligent, le lecteur n’a aucune possibilité de pause.

« 100% métal, 100% brutal ». Le slogan en quatrième de couverture ne ment pas. Tout est dit dans ces quatre mots. Si la lecture dérange de prime abord, il faut savoir outrepasser le malaise engendré par ce déferlement de bêtise humaine à la sauce « rouge ». L’ensemble de l’œuvre est une réussite en termes de BD tout au moins, mais je ne suis pas sûr que le tout soit approuvé par un large lectorat.

Dessin : 7/10
Scénario : 6/10

Total 6.5/10

Tigrevolant

Commentaires

quelle couverture affreuse !

Écrit par : loubrun | 06/10/2014

Répondre à ce commentaire

Je pense que ca va plaire à nos amis fan de comics. En tout cas c'est à cela que j'ai pensé en lisant cette BD

Écrit par : tigrevolant | 07/10/2014

Écrire un commentaire