20/10/2014

Siberia 56 T2 :Morbius.

siberia 56.jpgsiberia 56 b.JPGAuteurs : Bec et Sentenac.

Editeur : Glénat.

Sortie : 10/2014

Seul rescapé de la 13e mission sur Siberia 56, Ned a finalement pu rejoindre la base humaine établie sur les terres blanches et immaculées de ce monde hostile. Il peut à présent mettre un nom sur le redoutable prédateur invisible qui a décimé son équipe : le Morbius. La colonie connait bien les dangers de cette créature, mais elle ignore encore tout de son comportement. D’après les rapports, elle serait responsable de la mort des membres de la première expédition sur Siberia, et de pas mal d’autres après elle...

Débriefing.

Vous savez quoi ? Ecrire une chronique avec des moufles, ce n’est vraiment pas évident.

J’ai du en mettre à la lecture de ce tome 2 de Sibéria 56 tellement le froid de cette planète traversait les pages. D’ailleurs chapeau à Alexis Sentenac pour cette belle immersion. Son univers graphique rend ce voyage très convaincant .Brrrrrr , sortez la doudoune ! En plus, dessiner un être invisible dans un univers blanc, bonjour le défi (un peu sadique le scénariste non ?) !

Le tome 1 nous avait fait froid dans le dos avec son atmosphère très « alien »   ou « pitch black ». Le tome 2 fait aussi écho à un classique de la  cinématographie SF très connu « le planète interdite » puisque son titre se  réfère au  nom du professeur de ce film.

Je ne voudrais pas être en froid avec les auteurs mais ce tome est un peu une copie conforme du tome précédent : un crash, un peu de survie en milieu hostile et enfin la mission de sauvetage. Mais si vous rajoutez une bonne petite musique bien crispante, la lecture sera toujours aussi agréable. Il faut dire aussi que Ned n’a pas froid aux yeux et que ses escapades sont tout sauf une promenade de santé. J’ai aussi un peu tiqué sur certaines solutions tombées du ciel pour trouver une porte de sortie.

Mais ce tome 2, c’est aussi quelques flashbacks expliquant quelques soucis ultérieurs. 

Maintenant, j’espère trouver un peu plus d’explication sur les artefacts extra-terrestres et pas seulement des missions de survie.

Bref, j’ai apprécié l’univers et le rendu graphique mais  j’ai trouvé qu’on se répétait un peu dans cet album. Ce qui ne m’empêchera pas d’attendre le tome 3 avec intérêt.

a06-3e788fc.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gifGlobal.

Samba.

siberia.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrire un commentaire