06/11/2014

Clochette au Pays des Merveilles

 

Scénario : Crisse

Dessin : Crisse et Pena

Editions: Le Lombard

Dépôt légal : septembre 2014

 

 

Une nuit, à Londres, la petite fée Clochette croit voir son amoureux Peter Pan entrer dans une vieille librairie. Jalouse, elle y entre à son tour pour y chercher Peter. Pendant ce temps, le libraire l’observe en cachette. Puis, agacé, il la coince entre les pages d’un livre qu’il referme sur elle. L’ouvrage à pour titre : »Alice aux pays des merveilles ».

Clochette se retrouve alors dans un univers fantastique où elle n’arrive plus à voler. Peu à peu, elle va rencontrer des personnages étranges et comprendre que seule Alice pourrait l’aider à retourner rapidement chez elle, à Neverland…

 

 

 

 

Alice, Clochette, Dorothy et les autres

La particularité de cet album consiste à avoir réuni pour la première fois l’héroïne de James Barrie et celle de Lewis Carroll dans un univers enchanté de bande dessinée. Lors de leurs aventures, elles rencontreront aussi  une autre héroïne populaire, Dorothy du « Magicien d’Oz ».

La trame scénaristique de cet album one-shot est prometteuse pourtant…  Trop de péripéties loufoques diluent un scénario rachitique, l’idée géniale de départ passée, on a l’impression que l’auteur ne sait pas où emmener ses personnages.

Quant au coup de théâtre final, il n’achève pas une histoire qui est supposée être un « one-shot » et laisse sur sa faim…

Le dessin de Crisse, que j’adorais enfant, du temps de Nahomi, a évolué et c’est parfois particulier : les visages des filles surtout sont dérangeants car il leur dessine des mâchoires prognates (le menton dépasse la ligne du front) leur donnant des attitudes simiesques…

Je voudrais cependant mettre en avant le fabuleux travail de coloriste de Roberto Pena, ses nuances de tons même dans les palettes sombres sont exceptionnelles !

Pour conclure, cet album est un bel objet, agrémenté d’un making-of de 16 pages et d’une élégante couverture, qui surprend par l’originalité de l’histoire et surtout par la richesse des coloris mais déçoit par le traitement d’un scénario pourtant original et gonflé !

Mon avis :

Sasmira

 

Écrire un commentaire