26/11/2014

BLACK LORD - tome 2 - Toxic warrior

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollutionblack lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollutionScénario : Guillaume Dorison et Xavier Dorison

Dessin : Jean-Michel Ponzio

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : octobre 2014

 

genre : aventure, chronique sociale.

 

 

La piraterie, une œuvre sociale ?

 

résumé (éditeur)

Maxime Stern prépare un plan d'abordage pour monter sur le bateau d’Hassan. C’est ici qu’est détenu Djad, le pêcheur somalien envers qui Max a une dette. Pour libérer son ami, le français a besoin du soutien de Churchill, ancien lieutenant d'Hassan. Pour le convaincre, il lui propose un marché : s’il l’aide, Max le débarrasse définitivement du pirate somalien qui, derrière ses atours de défenseur du peuple de Baravawee, cache des motivations beaucoup moins nobles...

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollution



 

Deuxième tome de cette fiction réaliste âpre et violente. Les frères Dorison nous plongent dans les eaux troubles de la piraterie moderne où rien n'est simple. Ce second volume fait la part belle à l'action et aux révélations. Les masques tombent et la vraie nature des personnages se révèle. Ainsi, si Max est capable d'échafauder un plan d'attaque un peu tordu pour récupérer ses passagers, c'est qu'il n'a pas toujours été qu'un simple marin. Il accomplira son devoir de capitaine en récupérant coute que coute ses passagers, puis mettra ses talents au service de la cause des pêcheurs Somaliens. Quant à Churchill et Hassan, leur rupture est irréversible, tant leurs motivations sont divergentes.



Ajoutant une histoire de trafic de déchets toxiques à l'intrigue principale, les auteurs donnent une nouvelle dimension et un nouveau point de vue de ce système économique qu'est la piraterie sur les côtes Somaliennes. Si certains pêcheurs se sont transformés contraints et forcés en pirates pour pouvoir survivre, (voir le tome 1), une poignée de mercenaires met à profit cette situation pour s'enrichir encore davantage en traficotant avec des Européens peu scrupuleux et prêts à tout pour se débarrasser d'un tas de merdes toxiques dans les eaux africaines.

Des deux côtés, l'appât du gain rend définitivement con, et l'on peut comprendre alors certains agissement des pirates, qui y voient là une œuvre sociale. C'est le cas de Max, qui a radicalement changé depuis le début du tome 1, et se pose à présent en véritable héros. C'est le Black Lord.

 

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollution

Ce tome ne manque pas de rythme, d'action, et ne lésine pas sur l'hémoglobine. La violence est presque omniprésente.

Le dessin hyper réaliste de Ponzio apporte du crédit à ce récit du quel il est difficile de faire la part entre réalité et fiction. Néanmoins, le regard sur la piraterie moderne est ici porté par une intrigue intéressante et bien menée, quoique parfois un peu confuse.

Au delà de l'aventure et de l'action, la lecture de ce diptyque invite aussi à réfléchir sur la façon qu'ont les pays du nord à considérer les pays du sud.

 

Ma Note a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

Commentaires

Je n'ai absolument pas du tout accroché ni à l'histoire ( très violente) ni au dessin .

Écrit par : samba | 26/11/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire