17/12/2014

Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B -Tome 2: Mon retour en France.

Moi René Tardi, Tardi, Casterman, 8/10, 2e guerre mondiale, Histoire, 11/2014Moi René Tardi, Tardi, Casterman, 8/10, 2e guerre mondiale, Histoire, 11/2014Dessin & scénario : Jacques Tardi

Editions Casterman

Sortie : 26/11/2014

150 pages – cartonné

Histoire, 2e guerre mondiale.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Le second volume de ce grand récit de guerre reprend là où le premier s’était arrêté, toujours sous le regard attentif de l’alter ego enfantin de Tardi : la longue marche des prisonniers dans un dénuement total et sous des températures extrêmes, la violence des garde-chiourme, la peur que suscitent les troupes russes toutes proches, les expédients pour s’assurer les meilleures chances de survie, les velléités d’évasion et ici et là quelques rares moments de récupération, comme la miraculeuse douche chaude négociée dans les locaux d’une ancienne brasserie…Autant de péripéties authentiques directement inspirées du carnet tenu au fil des jours à la mine de plomb sur « un cahier d’écolier coupé en quatre » par René Tardi, que l’on suit avec ses compagnons d’infortune tout au long de leur marche harassante à travers l’Europe dévastée, en direction de la France et de leurs foyers si longtemps espérés.

Moi René Tardi, Tardi, Casterman, 8/10, 2e guerre mondiale, Histoire, 11/2014

 

« Depuis le départ du Stalag, nous avancions avec difficulté, mettant péniblement un pied devant l’autre dans le vent violent, la neige et la nuit, le tout par -30°. »

 

Mon avis : Deux après la sortie du tome 1 qui nous racontait la captivité de René Tardi, père de Jacques, dans un camp de Poméranie en Pologne, voici la suite de ce témoignage exceptionnel, hors norme. Beaucoup de prisonniers ont dû subir cette épreuve. Peu ont survécu.

Moi René Tardi, Tardi, Casterman, 8/10, 2e guerre mondiale, Histoire, 11/2014

René Tardi avait noté en quelques mots son périple qui s’est déroulé dans des conditions démentielles : Les coups, la fatigue, le froid, la faim, la peur, la mort qui rode, l’avancée des troupes russes,… Jacques Tardi a essayé de combler les informations parcellaires, de recouper celles-ci sur le terrain pour vérifier si elles étaient correctes. Un travail complexe et de grande ampleur pour raconter l’histoire de son père avec le regret de ne pas lui avoir posé plus de questions, le temps des regrets…Heureusement, il reste un espoir qui fait avancer le père Tardi : aller vers l’Ouest, revoir un jour sa maison, sa femme, sa famille, son pays.

Moi René Tardi, Tardi, Casterman, 8/10, 2e guerre mondiale, Histoire, 11/2014

Jacques Tardi nous livre à nouveau un dessin de la même trempe que le premier tome. De grandes cases, un récit didactique, des longs monologues ou dialogues (père-fils) qui expliquent non seulement le déroulement de l’action, mais qui remet aussi l’histoire dans le contexte historique, jour après jour.

Les couleurs sont à nouveau minimalistes, dans la retenue, et instaure plutôt un climat, une ambiance pesante. C’est sombre et de temps en temps un peu de couleur rouge, celle du sang versé. Dans les dernières planches, des petites touches de couleurs apparaissent, le ciel devient bleu, et enfin la dernière planche est remplie de couleurs : René Tardi est rentré chez lui en France et a retrouvé sa famille.

Moi René Tardi, Tardi, Casterman, 8/10, 2e guerre mondiale, Histoire, 11/2014

A noter que dans cet album qui fait 150 pages, le lecteur trouvera les reproductions des notes de René Tardi, ainsi qu’un dossier expliquant les recherches sur le terrain effectués par Jacques Tardi et ses amis.

Moi René Tardi, Tardi, Casterman, 8/10, 2e guerre mondiale, Histoire, 11/2014

Encore une fois, cet album est un événement éditorial. Tardi y raconte l’histoire de son père mais y met aussi beaucoup de lui-même. Le travail est remarquable tant au niveau du récit que du dessin. En plus, c’est un extraordinaire travail de mémoire qui est très important pour les générations qui n’ont pas connu cette époque troublée. On attend maintenant le troisième tome et la suite du récit qui parlera probablement du retour à la vie « normale » après la guerre. Qui a eu l’idée de sortir autant de bons albums en fin d’année ? Ce serait dommage de passer à côté d’une œuvre pareille !

 

a08-3e78906.gifScénario

 

a08-3e78906.gifDessin 

 

a08-3e78906.gifMoyenne 

 

Lien vers le site de l’éditeur Casterman et la fiche technique de l’album: ICI.

Lien vers la chronique du tome 1 de « Moi René Tardi » sur Samba BD : ICI.

 

Capitol.

 

Moi René Tardi, Tardi, Casterman, 8/10, 2e guerre mondiale, Histoire, 11/2014

 

Écrire un commentaire