22/12/2014

La Tour Fantôme T5

9782344000793-G.jpg942257006.jpg

Dessin & Scénario   : Taro Nogizaka

Edition :Glénat

Sortie prévue le 19 novembre 2014

224 pages. Format   : 13 x 18 cm.

 Genre : Thriller

 

Résumé de l'éditeur : L’écrivain Fuhenboku Sakai semble en savoir long sur la tour fantôme : son roman “Le Labyrinthe gris” décrit en effet les pièges qui s’y cachent avec nombre de précisions. Pour en avoir le cœur net, Taïchi et Tetsuo retournent à Tokyo, dans l’espoir de le rencontrer. Malheureusement, c’est également le cas du procureur Marube et ce jeu du chat et de la souris pourrait bien se retrouver plus surprenant encore qu’il n’y paraît…

 

Mon avis : La Tour Fantôme de Taro Nogizaka s'inspire directement du roman "Yurei-tô" d'Edogawa Rampo, lui même adapté du roman "Une femme dans le gris" d'Alice Muriel Williamson. Chacun propose une thématique personnalisée et l'adapte en fonction de son fil conducteur. Le récit de Nogizaka se déroule au Japon durant les années 50, le pays est en pleine effervescence économique et culturelle. Après avoir déjoué les tentatives de l'horloge de la mort à la tour fantôme, Taichi et Tetsuo accusés à tort de plusieurs meurtres fuient vers de nouveaux horizons et tentent de d'élucider les mécanismes secrets que renferme la tour fantôme.

 

La marque de fabrique du mangaka repose sur trois grands axes: Tout d'abord, une mise en scène progressive, qui informe le lecteur sur les différents protagonistes: Taichi, le héros qui n'en est pas vraiment un... plutôt renfermé, introverti, au physique assez banal, timide particulièrement vis à vis des femmes; il n'en mène pas large au début de ses mésaventures. Ce n'est que via la providence de sa rencontre avec Tetsuo, qui lui propose un challenge de mise ( élucider le mystère de la Tour Fantôme) que notre aspirant héros s'ouvrira lentement au monde extérieur. Contrairement à Taichi, Tetsuo lui affiche un éventail d'attitudes positives ( enthousiaste, beau parleur, sûr de lui) et qui plus est, attire de par son physique de bellâtre. Les deux semblent formés une paire complémentaire même si dans un premier temps, le personnage de Taichi demeure davantage dans l'ombre. La tour fantôme dissimule bien des mystères, du sang a coulé, des meurtres glauques et des rumeurs circulent. Le corps d'une femme a été retrouvé suspendue aux aiguilles de l'horloge, et à chaque heure passée, le corps de cette malheureuse pivotait simultanément avec le mécanisme des aiguilles... crime odieux d'un pervers ou vengeance justifiée?

 

Second élément mis en valeur par l'auteur consiste à créer une ambiance démesurément large, à savoir un  dédale d'informations qui à chaque fois assimilées aboutissent vers un nouveau rivage d'éléments. Autrement dit, la surprise est de mise, car nous apprenons en fait au fil du scénario, que Tetsuo, sous son apparence gracieuse, aux traits fins et précis, n'est en autre ...qu' une femme aux traits harmonieux et au corps idyllique. L'auteur joue au chat et à la souris, par une atmosphère à glacer le sang. Le duo formé par Taichi et Tetsuo accumulent graduellement les pièces du puzzle, et tentent de définir et démasquer qui se dissimule derrière l'horloge de la mort, ce scélérat coupable de nombreux crimes odieux. D'ailleurs, Tetsuo, semble étroitement lié au destin de cet homme, qui un instant tente de le trucider, puis l'instant d'après lui venir en aide.

 

Enfin, dernier point mis en évidence mais non des moindres se manifeste au niveau du dessin, de son découpage et de son encrage hors-pair. Un trait sensible qui affiche la beauté au travers de la laideur de certains personnages, un style personnalisé qui soit envoute soit dérange, car faut-il l'admettre, l'auteur s'amuse à confondre les sexes, à déjouer le lecteur, à le placer dans un état intrigué ou confus, bref, la tour fantôme, ne laisse pas indifférent... Son découpage, quant à lui, offre un éventail de structures architecturales, dont pour ainsi dire, aucune planche ne présente deux fois les mêmes caractéristiques. Ce qui s'harmonise parfaitement avec son contexte lugubre à souhait.

 

Un 5ème tome d'une richesse scénaristique inouïe doublé d'un graphisme à couper le souffle. Lorsqu'on sait, qu'il ne reste que 4 tomes pour clôturer la série, la tension est de mise. Un polar plus qu'efficace qui semble emporter tout sur son passage...

 

a09-3e78912.gifDessin   

 

a09-3e78912.gifScénario

 

a09-3e78912.gifMoyenne

 

Lien vers le site de Glénat : ICI.

 

Coq de combat

 

La tour fantôme,Nogizaka, Glenat, 9/10, Glénat, Thriller, 11/2014.

 

 

Écrire un commentaire