26/02/2015

L'ombre des Shinobis 1. Premier rouleau

l'ombre des shinobis,premier rouleau,sylvain runberg,zhifeng xu,japon médiéval,aventures,fantastiquel'ombre des shinobis,premier rouleau,sylvain runberg,zhifeng xu,japon médiéval,aventures,fantastiqueScénario : Runberg, Sylvain
Dessin : Zhifeng, Xu
Dépot légal : 08/2014
Editeur : Glénat
Collection : Grafica
Pages : 46

Pour une fois, je ne vais pas vous faire de résumé. Non pas que je n’en ai pas envie mais bien par ce que ce « Premier rouleau » est complexe. Je risque donc de vous perdre entre les noms japonais à la prononciation indéfinissable, les différents clans et intrigues.

 

l'ombre des shinobis,premier rouleau,sylvain runberg,zhifeng xu,japon médiéval,aventures,fantastique

 

Sachez qu’il est question de folklore japonais médiéval avec une touche de fantastique et un fond de scénario policier.

Le folklore japonais inspire beaucoup la BD franco-belge. Cette fascination des traditions et de la beauté violente du Japon ancestral est sans doute due à la proximité des codes régissant les sociétés moyenâgeuses de l’occident et en extrême orient, l’exotisme en plus. Les premiers récits d’aussi loin que me souvienne étaient édités chez Glénat avec le très bon « Vent des dieux » (avec, excusez du peu, 17 tomes). De « Okko » en passant par « Isabella », « Kwaïdan » et autre « Samurai », tous évoquent le code d’honneur des bushis avec des pointes de fantastique.

 

l'ombre des shinobis,premier rouleau,sylvain runberg,zhifeng xu,japon médiéval,aventures,fantastique

 

Dans cette nouvelle série, les projecteurs du fantastique éclairent les shinobis (alias ninjas) doublés de rokurokubis. Pour votre gouverne se sont des « démons à l’apparence humaine s’abreuvant de l’énergie vitale de leurs victimes en s’accouplant avec elles ». Tout un programme ! C’est d’ailleurs l’originalité de cette BD. Sylvain Runberg surfe allégrement sur cette aspect des légendes nippones peu connu en Occident (sauf peut-être pour les initiés !?).

 

l'ombre des shinobis,premier rouleau,sylvain runberg,zhifeng xu,japon médiéval,aventures,fantastique

 

Coté scénario Sylvain Runberg utilise la technique du puzzle : des informations parcellaires sont distillées au fil des pages pour se rejoindre et livrer une conclusion. Autant vous prévenir, vous ne saurez pas tout à l’issue des 46 pages car « L'ombre des Shinobis » a été conçu en trois rouleaux. C’est donc une BD introductive mais avec une bonne partie de réponse. Cela a le mérite de ne (pas trop) laisser le lecteur sur un bâton de sucette.

Tout ceci est plutôt plaisant.

l'ombre des shinobis,premier rouleau,sylvain runberg,zhifeng xu,japon médiéval,aventures,fantastique

 

Le dessin est, en revanche, ambivalent. Xu Zhifeng est un auteur chinois dont c’est la première incursion dans la BD franco-belge. Ses planches sont dynamiques. Les scènes d’actions  sont une vraie réussite de rendue de mouvement. Sa connaissance de l’orient est un atout dans l’écriture de cette trilogie. Cependant, une gêne persiste, notamment au niveau de la maitrise des perspectives ou des proportions entres protagonistes (voire la couverture, par exemple) pas toujours respectées. Par ailleurs, les visages un tant soient peu figés n’aident pas à la compréhension du scénario. Cela fait un tout assez inégal.

 

l'ombre des shinobis,premier rouleau,sylvain runberg,zhifeng xu,japon médiéval,aventures,fantastique

 

Cet album laisse une sensation de salée-sucrée dans la bouche. D’un côté une originalité indéniable dans l’importante production sur la thématique nippone et une maitrise des scènes d’action époustouflante ; de l’autre une difficulté d’accès au filigrane de l’histoire desservi par des dessins et un découpage de par trop statique.

Une confirmation dans les tomes suivants ?

Dessin : a04-3e788e4.gif
Scénario : a06-3e788fc.gif
Global : a05-3e788c9.gif
Tigrevolant

Les commentaires sont fermés.