28/02/2015

VAINCUS MAIS VIVANTS

Couv_237032.jpgVAINCUS MAIS VIVANTS

LE LOMBARD - 30 JANVIER 2015

Scénario: MAXIMILIEN LE ROY

Dessin: LOÏC LOCATELLI KOURNWSKY

Prix: 17,95 €

128 pages couleur

 

11 septembre 1973, un coup d'état mené par Augusto Pinochet met fin à la république socialiste marxiste dirigée par Salvador Allende au CHILI. Allende avait été le premier président marxiste à avoir obtenu le pouvoir par des élections libres; il va se suicider dans le Palais de la Moneda, assiégé par les putschistes, après avoir fait un dernier discours à la radio.

 

                            HASTA LA VICTORIA, SIEMPRE!

 

BrhrGSxI2ZoH6tziHOvGDOcoKwgMLkdM-page7-1200.jpgDe son coté MIGUEL ENRIQUEZ ESPINOSA, secrétaire général du MIR ( Mouvement de la Gauche Révolutionnaire en espagnol ), appuyait Allende mais avait refusé de participer au gouvernement! partisan de la lutte armée, il va entrer dans la clandestinité avec tout le mouvement et son épouse Carmen.

Carmen Castillo est issue d'une famille bourgeoise de Santiago elle a commencé à travailler comme professeur d'Histoire; très tôt elle s'est engagée dans les réseaux clandestins d'aide à la guérilla bolivienne - son idole est Ernesto "Che" Guevara! Elle a ensuite rejoint le MIR. Elle a travaillé un certain temps pour Allende avec la fille de ce dernier dont elle est amie.

Au début de l'album Carmen revient au Chili, à Santiago, des années après le putsch; elle veut se souvenir de ces moments où sa vie a changé. Elle retourne à la dernière maison où elle a vécu; là, le 5 octobre 1974, elle et son mari Miguel sont assiégés par la police ( les deux filles du couple ont été évacuées en sûreté  depuis longtemps! ), Miguel va se sacrifier et mourir pour permettre à Carmen, enceinte, de s'échapper.

 

CCF24022015_00011.jpg

Carmen se remémore les semaines de clandestinité qui ont suivi la chute d'Allende, les déménagements incessants pour tromper les recherches, les amis qui tombent dans les griffes des tortionnaires.

CCF25022015_00000.jpgUne des membres du réseau, Marcia, ne résistera pas à la torture et balancera tous ceux du parti; parcourant la ville dans une voiture de la DINA ( police politique ) elle désigne du doigt ses anciens camarades. Plusieurs seront ainsi arrêtés, torturés et exécutés  par la junte.

Carmen sera elle aussi arrêté mais grâce, à l'action internationale et, principalement celle de REGIS DEBRAY son ami,( qu'elle connaissait depuis sa venue au Chili afin de connaître le nouveau régime cher à son coeur) la junte sera obligée de la libérer et laisser quitter le pays. Malheureusement les sévices subis pendant son incarcération lui feront perdre le fils à naître.

Carmen vit aujourd'hui à Paris et continue à se battre pour ses idées de liberté pour tous les peuples. 

 

CCF24022015_00012.jpg

Cet album est un hommage à CARMEN CASTILLO  que les auteurs ont rencontré et relate donc la chute du régime démocratique de Salvador Allende et la lutte, perdue d'avance, des clandestins du MIR et autres.

La dictature militaire des généraux fut l'une des plus dures du vingtième siècle; les assassinats, sévices tels que viols, tortures, humiliations étaient monnaie courante. Des milliers de personnes ont péri ou "simplement" disparu. La plupart des tortionnaires n'ont même pas été poursuivis après la chute du régime. Il est bon qu'un livre raconte ainsi en bandes dessinées ce que beaucoup ne connaissent pas ou ont oublié. Le scénario de MAXIMILIEN LE ROY est très juste et relate les événements avec des alternances entre le présent et le passé qui rendent le récit captivant. Le dessin grave, pour ne pas dire "triste", de LOÏC LOCATELLI KOURNWSKY apporte la tension dramatique nécessaire, ses couleurs pastel sombre donnent une authenticité à l'ensemble.

MA NOTE:

scénario : 

 

dessin :     

JR

 

photo(1).jpg

 

Le SUMOUPS du samedi

calendrier, calendrier sumoups, sumoups

Écrit par DePa dans Sumoups | Commentaires (1) |  Facebook | |

27/02/2015

Nude

nude.jpgnude j.jpgAuteurs : Makoto Ojiro et Mihiro

Editeur :Glénat Manga

Sortie :01/2015.

Genre : Erotique de 391 pages.

Le résumé

Depuis toute petite, Hiromi Yamase rêve d’être sous les feux des projecteurs. Lorsqu’un dénicheur de talent lui propose un travail de mannequin dans la photo érotique, elle y voit une chance inespérée d’accomplir son rêve et se lance dans cette nouvelle voie où elle rencontre un succès inattendu la menant à des jobs de plus en plus osés. Cependant, sa carrière naissante se heurte bientôt à l’incompréhension de ses proches et met en péril sa vie tranquille. Hiromi est bien déterminée à suivre sa propre voie, mais à quel prix ?

 

« Tu te joins à nous »

Mon avis.

Lors de la sélection des services de presse, tous mes chroniqueurs masculins avaient émis l’envie de chroniquer ce titre. Allez savoir pourquoi ;-)

Mais comme je suis pour la paix des ménages, je me suis dévoué corps et âme pour réaliser cette chronique. Je m’imaginais déjà utiliser des termes du style » cette histoire n’a ni queue ni tête »   ou ce manga ne manque pas de «  sex-appeal »  mais je dois bien avouer que je n’ai pas eu grand-chose à dire après lecture. Une grande sensation de vide s’installa devant mon écran PC.

J’ai eu l’impression de regarder une sorte de télé-réalité d’une porno star. C’est joliment dessiné, l’héroïne est quasiment plus mignonne qu’en vrai, le cadrage est assez adroit pour éviter le scabreux (sinon, la censure règle l’affaire)  et on arrive vite à bout des 391 pages.

Mais mon dieu que c’est creux par moment, j’ai eu l’impression d’une histoire trop édulcorée. La fille veux devenir une star, elle pose nue, elle n’ose pas le dire à son petit ami, des grosses larmes et on continue crescendo. Je n’ai vraiment pas senti les motivations de cette jeune japonaise. A chaque drame après quelques hésitations, on remet ça en doublant la mise. C’est bizarre qu’on ne parle quasiment jamais de la vraie motivation : l’argent !

Un récit qui donne quand même le bon rôle à l’héroïne. En plus, ajoutez-y la pudeur toute japonaise et on a à la fin une série de dessin de baise avec  peu de chose à raconter en dehors.

Une BD érotique dans les standards du genre en somme !

a07-3e78901.gifDessin 

a04-3e788e4.gifScénario 

a06-3e788fc.gif global.

Samba.

nude x.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (4) | Tags : nude, ojiro, mihiro, glénat, manga, 012015, 610, erotique |  Facebook | |

Le magicien de whitechapel - tome 1 - Jerrold Piccobello

le magicien de whitechapel,dargaud,benn,spectacle,fantastique,diable,610,022015le magicien de whitechapel,dargaud,benn,spectacle,fantastique,diable,610,022015Scénario et dessin : Benn

Éditeur : Dargaud

62 pages

date de sortie : février 2015

genre : aventure fantastique

 

 

 

Jerrold Piccobello est un des magiciens les plus prestigieux de Grande Bretagne. Malheureusement il ne cesse de se faire recalé des multiples auditions qu'il passe. Désespéré, il erre dans les rues de Londres et revient sur les lieux de son enfance dans un vieux théâtre, ou tout a commencé. Fils d'un tricheur qui a fini au fond de la Tamise, le jeune Jerrold est poursuivi par les assassins de son père. Il trouvera refuge auprès de la concierge du théâtre qui l'élèvera. C'est aux premières loges du music hall qu'il grandi et que sa vocation nait de la rencontre du magicien Virgil Webb dont il devient l'assistant. Ce dernier, joueur et séducteur invétéré, disparait mystérieusement et laisse Jerrold seul. La perte de son mentor le désespère et l'empêche de mener à bien sa carrière. Ses souvenirs le mène jusque dans la vieille salle du théâtre ou il fera une bien étrange rencontre.

 

le magicien de whitechapel,dargaud,benn,spectacle,fantastique,diable,610,022015

Voilà une drôle d'histoire qui se déroule dans un quartier du Londres de la fin du XIX ème siècle ou l'on a plus l'habitude d'y voir évoluer un certain Jack, éventreur de son état ... D'une construction classique (le flashback racontant l'enfance du personnage) , ce récit réussit à nous surprendre en prenant sur la fin une tournure fantastique des plus réjouissante. La rencontre inattendue que fait Jerrold nous vaut 8 pages de dialogues croustillants et plein d'humour. On regrette presque que cette situation cocasse n'ait pas eu lieu plus tôt dans le récit.

 

Avec un graphisme fin au style crayonné, Benn (Mic Mac Adam) crée des ambiances simples mais élégantes qui donnent au récit une teinte nostalgique.

 

Benn nous laisse un peu sur notre faim mais pique habilement notre curiosité pour nous donner envie de suivre dans les deux prochains volumes les aventures de ce magicien particulier. En espérant que l'effet de surprise ne retombe pas comme un soufflé...

 

 

a06-3e788fc.gif

 

 

 

Loubrun