24/03/2015

Retour à zéro

retour à zéro,smolderen,bourlaud,wul,ankama,univers de stéphane wul,science-fiction,anticipation,space opera,710,032015retour à zéro,smolderen,bourlaud,wul,ankama,univers de stéphane wul,science-fiction,anticipation,space opera,710,032015Scénario : Thierry Smolderen

Dessin : Laurent Bourlaud

Éditeur : Ankama

60 pages + dossier de 11 pages

date de sortie : janvier 2015

genre : science-fiction, anticipation

 

 

"Les plus faibles y restent, les autres passent au travers ...

C'est ainsi que se forme l'élite qui triomphera de la Terre ..."

 

Résumé

Condamné à l’exil lunaire comme tous les criminels condamnés depuis deux cents ans, Jâ Benal est en réalité un atomiste de génie envoyé par la Haute Cour terrestre pour infiltrer les hautes sphères d'une colonie soupçonnée de projets de rébellion. Au cours d'une aventure tenant à la fois du roman d'espionnage et de la SF pulp la plus débridée, Jâ Benal et sa complice vont déjouer les pièges de la Lune, et provoquer, bien malgré eux, une catastrophe d'ampleur cosmique qui remettra tous les compteurs à zéro...

 

 retour à zéro,smolderen,bourlaud,wul,ankama,univers de stéphane wul,science-fiction,anticipation,space opera,710,032015

 

 

Voici le 11ème volume de la très belle collection dirigée par Olivier Vatine, consacrée à l'adaptation des romans SF de Stefan Wul. Écrit en 1956, Retour à zéro est le premier roman de Wul, et se pose aujourd'hui comme l’œuvre fondatrice des univers créés dans ses autres ouvrages. Les thématiques de l'environnement et des bouleversements climatiques, des colonisations de planètes, de la technologie avancée, des relations humaines, de la différence, que l'on trouve dans le reste de son œuvre, son déjà présentes ici.

Cette histoire à pourtant été écrite sans plan et de manière quasi impulsive. Son épouse ayant été déçue par la lecture d'un roman de SF, Stefan Wul qui était alors chirurgien dentiste, s'est lancé pour défi de lui écrire une meilleure histoire.

 

Plus que l'histoire du roman en elle-même, c'est ce côté écriture improvisée qui fascine Thierry Smolderen (Souvenirs de l'empire de l'atome) et l'a motivé pour adapter ce roman. C'est certainement là une des clés de la réussite de cet album. Le côté feuilletonnesque de l'histoire est assez plaisant et Smolderen se plait à retranscrire une narration originale un peu brouillon. Néanmoins, si les scènes donnent l'impression de se suivre un peu à la va vite, l'ensemble est très cohérent, bien rythmé, et se lit sans ennui.

Qu'en est-il de l'histoire ? Elle est assez simple et comme souvent dans les bons romans d'anticipation et de SF, les thématiques abordées sont sérieuses et mettent l'humanité face à son propre reflet lui permettant d'observer ses travers ou ses éclats de génie. Sur des questions sociétales ou scientifiques, les plus grands auteurs de SF sont souvent des visionnaires hors pair !

 

retour à zéro,smolderen,bourlaud,wul,ankama,univers de stéphane wul,science-fiction,anticipation,space opera,710,032015

 

Ainsi, dans les années 50, Stefan Wul pose la question de la place de la femme dans la société, en créant une colonie lunaire où elle est interdite d'instruction, et considérée comme un bien ou une esclave. Une critique à peine déguisée de la société très machiste de l'époque.

Et puis côté sciences, bien avant l'erre des nanotechnologies, il miniaturise une armée de scientifiques pour aller combattre de l'intérieur un virus mortel. Ceci vaut d'ailleurs une des plus belles scènes de la BD et n'est pas sans rappeler le film de Richard Fleischer "le voyage fantastique" sorti en 1966, soit 10 ans après le livre !

 

retour à zéro,smolderen,bourlaud,wul,ankama,univers de stéphane wul,science-fiction,anticipation,space opera,710,032015

 

La science au service de l'humanité mais aussi parfois source de sa destruction quand elle est employée pour assouvir l'orgueil et la soif de puissance de certains. Stefan Wul préfigure dans son roman la puissance créatrice et destructrice de l'Homme, et Thierry Smolderen restitue fidèlement cette vision dans un space opéra au graphisme déroutant et osé.

 

Laurent Bourlaud qui assure le dessin de cette adaptation, est aussi graphiste, et ça se voit ! Le dessin de cette BD est loin d'être conventionnel, il suffit pour s'en rendre compte de la feuilleter rapidement. Mais, comme pour le scénario, les auteurs ont cherché à respecter l’œuvre originale à travers le dessin en s'inspirant de l'imagerie SF des années 30 et 40. Puisant son inspiration dans d'obscures BD oubliées de cette période comme "Les exploits de Radar", Laurent Bourlaud crée une ambiance SF un peu désuète et kitsch à l'esthétique rétro assumée. Combinant formes géométriques et explosions de couleurs traitées au crayon épais, sans encrage, habillées de couleurs chaudes et vives, Laurent Bourlaud créé un style très particulier qui se démarque du reste de la collection.

C'est de prime abord assez déroutant, mais ça colle tellement bien au récit que l'on adopte sans peine ce graphisme audacieux.

 

retour à zéro,smolderen,bourlaud,wul,ankama,univers de stéphane wul,science-fiction,anticipation,space opera,710,032015

 

 

Seule adaptation en one-shot, Retour à zéro est un bel album, incontournable pour les fans de la collection des univers de Stefan Wul et pour les adeptes de la littérature pulp des années 50.

 

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

à lire dans la même collection : Niourk ; Piège sur Zarkass ; OMS en série

 

 

Commentaires

Je suis un fan : du tres bon album. Merci Ankama pour cette tres belle collection
et merci Loubrun pour cette tres belle chronique

Écrit par : tigrevolant | 24/03/2015

Répondre à ce commentaire

'tain ! Tout ce que je déteste !... je trouve ce graphisme rebutant ... de toute façon, je n'aime pas tout ce qui est kitch ou ancien ! ☺
Bref, ce ne sera pas pour moi ... ça tombe bien j'ai une grosse PAL !

Écrit par : dgege | 25/03/2015

Répondre à ce commentaire

Dgege , on a les mêmes goûts !!!
SVP, ne pas en prendre ombrage ;-))))

Écrit par : samba | 25/03/2015

Bah voilà, dès qu'on vous mets autre chose que du Grenson ou du Francq, vous trouvez ça moche ... ou trop élitiste ? ;-))

bon je comprends que ça puisse rebuter, c'est ce que je sous-entend quand je parle de graphisme audacieux, mais ça colle tellement bien à l'esprit du scénario que c'est franchement pas dérangeant.

Écrit par : Loubrun | 25/03/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire