14/04/2015

Rosa - tome 1/2 - le pari

rosa tome 1.jpgrosa tome 1 pl.jpgScénario et dessin :  François Dermaut

d'après un texte de Bernard Ollivier

Éditeur : Glénat

56 pages

date de sortie : mars 2015

genre : chronique sociale

 

 

Résumé (éditeur)

Dans un hameau Normand au début du XXe siècle, Rosa, mariée par ses parents à Mathieu, veuf et alcoolique de 25 ans son aîné, bientôt atteint de la tuberculose, tient dans la ferme conjugale un bistrot fréquenté par les rustauds du village. Alors que seule la lecture lui permet de s’évader, elle est mêlée à un pari absurde aux enjeux énormes initié par des « hommes » vantards, braillards, émouvants dont certains influents dans la commune. En en édictant les règles, la femme insignifiante qu’elle était hier à leurs yeux éprouvera le plaisir indicible que procure le pouvoir. Rosa découvrira les « hommes », leurs ambitions, leurs faiblesses, leur ignorance, leurs peurs, leurs tares cachées, leur cupidité, leur soif de domination… Elle s’émancipera de sa condition de femme de la fin du XIXe siècle, et s’affranchira du joug de la religion, omniprésente à cette époque.

 

" Et ... vous comptez l'organiser comment, votre concours, si c'est une histoire entre homme ?"

 

"Le chef d’œuvre de François Dermaut". Ni plus ni moins, voilà ce que nous annonce l'accroche du dossier de presse de cet album. François Dermaut quant à lui, nous affirme que "Rosa, c'est le scénario [qu'il] cherche depuis 30 ans".

François Dermaut est de ces grands auteurs – avec Juillard et Bourgeon – qui ont su renouveler la bande dessinée historique au sein des fameuses collections Circus et Vécu, lancées dans les années 80 par les éditions Glénat. Les 12 tomes des Chemins de Malefosse que Dermaut a dessiné font maintenant partie des classiques de la bd historique. Après avoir abandonné la série principale pour ce consacrer aux deux tomes de Malefosse en 2007 et 2009, François Dermaut se faisait plus discret sur la scène BD.

Et pour cause. Il planchait avec acharnement et détermination sur ce diptyque dont ce premier tome est le fruit d'un accouchement dans la douleur. Une faillite d'éditeur en cours de projet et une maladie grave forçant l'auteur à l'arrêt pendant un long moment, ont failli avoir eu raison de Rosa.

Cet album revient de loin, et cette histoire vient de très loin. Alors que son ami écrivain Bernard Ollivier faisait une marche de 12 000 km séparant Istanbul de Pékin, il imaginait, pour supporter la solitude, une histoire avec un personnage central. Rosa était née.

rosa, dermaut, ollivier, glénat, chronique sociale, campagne, XIXe,

En s'emparant de ce scénario, François Dermaut rompt définitivement avec les grandes épopées historiques pour faire une magnifique chronique sociale intimiste.

Il met de la lumière et de la tendresse dans une histoire ou l'on pourrait s'attendre à n'y voir que vice, orgueil et vanité. La lumière, c'est Rosa. Femme fidèle, dévote et surtout courageuse qui est prête à s'offrir à une bande de rustres pour sauver son mari de la maladie. Difficile à comprendre de la part d'une femme qui était bien peu considérée par son homme. Mais la force du pardon et la puissance de l'amour mèneront Rosa vers l'émancipation la poussant au réveil et à la réaction. D'un être transparent prête au sacrifice, elle se révèlera femme de tempérament et déterminée à prendre en main son destin.

rosa, dermaut, ollivier, glénat, chronique sociale, campagne, XIXe,

Elle mènera par le bout du nez tous ces hommes violents, vaniteux, cupides, cruels, orgueilleux, ambitieux et nous offre à nous lecteur, un panorama de la situation de la femme dans la société rurale de la fin du XIXe siècle.

La galerie de personnages est à la fois truculente et effrayante. Ils ont tous la gueule de l'emploi et Rosa doit aimer vraiment très très fort son mari pour jouer les arbitres de ce pari idiot !

rosa, dermaut, ollivier, glénat, chronique sociale, campagne, XIXe,

Le dessin réaliste, parfois à la limite de la caricature, est à ce titre très expressif. Les gros plans et cadrages serrés sont nombreux, renforçant le caractère intimiste et l'ambiance huis-clos de l'histoire. Priorité est donnée aux acteurs, à leur caractère et à leurs échanges plutôt qu'aux décors ou même à l'action. C'est d'ailleurs ce qui permet au récit de ne pas sombrer dans le scabreux et de sonner juste, avec humanité et parfois tendresse.

 

J'attends avec impatience le dénouement de ce pari dans le tome 2, non pas pour savoir qui est l'homme le plus vigoureux du village, mais plutôt pour savoir jusqu’où ira Rosa pour sauver son mari et ce qui l'a réellement motivée à animer ce jeu sordide.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

rosa, dermaut, ollivier, glénat, chronique sociale, campagne, XIXe,

Commentaires

Ca sonne bien comme histoire : je prends

Écrit par : tigrevolant | 14/04/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire