30/04/2015

Folle cuisine

folle cuisine.jpgfolle cuisine planche.jpgAuteur : Alexis Laumaillé

Éditeur : Bamboo

90 pages

date de sortie : février 2015

genre : thriller

 

 

 

 

Mathilde est atteinte d’une maladie rare qui l’empêche de reconnaître les visages et risque de lui faire perdre son emploi de serveuse dans un luxueux hôtel-restaurant parisien.

Barbara ne peut s’empêcher de satisfaire les désirs de son entourage, quitte à enfreindre la loi.

Elles font connaissance dans la salle d’attente de leur neuropsychiatre. Leur amitié est immédiate. Mathilde fait embaucher Barbara dans les cuisines du restaurant :

Barbara sera les yeux de Mathilde et Mathilde la conscience de Barbara.

Un équilibre audacieux et périlleux dont la mise en œuvre les amène à découvrir ce qui, la nuit, se trame dans les coulisses du palace…

 

Après avoir goûté les petits plats préparés clandestinement la nuit dans les cuisines de l'Eden Saint Lazare, Mathilde est en proie à des délires hallucinatoires pendant lesquels elle peut à nouveau voir les visages… Barbara se donne dès lors pour mission d’imaginer des recettes à base de psychotropes pour tenter de remédier à la maladie de Mathilde.

En parallèle, elles déjoueront les intrigues qui souillent la respectabilité de façade du prestigieux établissement.

 

Histoire complète originale que ce polar nourri de substances illicites servant de prétexte (à moins que ce ne soit l’inverse) à l’illustration d’une amitié scellée par l’heureuse complémentarité de deux pathologies : prosopagnosie et hypomanie altruiste.

 

Que les personnages manquent d’épaisseur et la narration de relief, que les promesses de la couverture laissent le lecteur sur sa faim, que l’auteur ait voulu mélanger trop d’ingrédients à une sauce qui n’a pas pris, d’autres l’ont déjà exprimé.

Je confesse avoir trouvé également le space cake un peu fade.

 

Mais c’est trop facile.

Je préfère écrire qu’il m’a ouvert l’appétit.

J’y ai regoûté, et j’ai fouillé dans le garde-manger :

« Les rêves de Mathilde sont une libération graphique, l'occasion de dessiner des poissons qui parlent, une avalanche de fleurs ou des hommes en frac à tête d'oiseau… », y avoue l’auteur en personne.

 

Bon sang mais c’est bien sûr ! C’est le dessin qui pêche, dans sa narration. Il cuit à l’étouffée. Trop sage, trop cadré, même – et surtout - dans les phases hallucinatoires.
Moi, je prétends qu’Alexis Laumaillé est prêt à créer des histoires fantastiques fantasmagoriques complètement désancrées de la réalité, et qu’il en meurt d’envie.

Qu’il enlève donc le couvercle, et je gage que le fumet ainsi libéré nous emmènera  au Pays des Merveilles !

Voyez : http://alexislaumaille.com/index.htm

 

Et en attendant, j’ai envie de lire La Main du Singe et Melissa, ses autres polars psychologiques au dessin sage type comic…

Allez comprendre…

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Virgule

Commentaires

Jolie prose Virgule . Mais j'ai du mal avec les histoire hallucinatoires point .

Écrit par : samba | 30/04/2015

Répondre à ce commentaire

même note. l'histoire est sympa mais l'ensemble manque un peu d'envergure et le dessin donne l'impression d'avoir été fait avec précipitation.

Écrit par : loubrun | 30/04/2015

Répondre à ce commentaire

Dommage que la BD ne soit pas à la hauteur de la chronique !... pas compris tous les mots ... t'es sûre de l'avoir écrite sans substances illicites ? ☺

Écrit par : dgege | 30/04/2015

Répondre à ce commentaire

Ah les herbes de Provence !!! Que du bio

Écrit par : tigrevolant | 30/04/2015

Répondre à ce commentaire

Pour ma part, j'ai bien envie d'essayer, rien que par la chronique !
Merci Virgule pour cet alléchante entrée !

Écrit par : planante | 01/05/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire