15/06/2015

Un certain Cervantès

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015Auteur : Lax

Éditeur : Futuropolis

208 pages

date de sortie : avril 2015

genre : comédie dramatique, chronique sociale

 

 

 

Résumé

Pour fuir la police après avoir fait quelques bêtises, Mike Cervantès s'engage dans l'armée et part combattre en Afghanistan. Prisonnier des Talibans, il réussit à s'échapper mais est vite repris par ses bourreaux. Il est alors torturé et perdra la main gauche.

De retour au pays, Mike est déboussolé et sombre dans la dépression et la violence. Révolté contre la société ultralibérale qui broie les plus pauvres, il décide de lutter contre les injustices, ce qui le mènera en prison. Il y découvrira le roman d'un homonyme, un certain Miguel Cervantès dont la vie présente de curieuses similitudes avec la sienne, et dont le Don Quichotte sera pour lui une véritable révélation. Se sentant investit d'une mission, il s'identifiera pleinement au héros et partira en lutte contre toutes les formes d'injustices et dérives de la société contemporaine, qu'elles soient politiques, sociales, religieuses, économiques ou intellectuelles... Idéaliste jusqu'au paroxysme, c'est à bord de sa Ford Mustang qu'il accomplira sa mission et partira en guerre contre la société.

 

"- Oh ! c'est vous Miguel, quel bon vent ?

- Le vent de la révolte, Amigo. Celui qui vous porte. Le même qui m'a poussé à écrire Don Quichotte de la Mancha. L'Histoire bégaye"

 

On ne présente plus Christian Lacroix, plus connu sous le pseudo de Lax, tantôt dessinateur, tantôt scénariste, parfois les deux et dans tous les cas toujours pour le meilleur. Sa production n'est pas pléthorique mais tous ces albums sont d'une grande qualité. Aussi à l'aise dans le polar avec le Choucas que dans des romans graphiques sur fond historique comme les oubliés d'Annam et Azrayen scénarisés par Giroud, Lax a le don de sortir des albums toujours captivants. Sa dernière production, l'écureuil du vel d'hiv, date de 2012 et clôturait une trilogie consacrée à l'univers du cyclisme.

 

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

 

Avec ce nouvel album, il change complètement de registre et s'attaque à un monument de la littérature. Pas besoin d'être une pointure en ce domaine pour que le nom de Cervantès nous évoque quelque chose. Qui n'a jamais entendu parler de ce Don Quichotte se battant contre les moulins à vent ? L'expression est devenue populaire et ce héros, un symbole des justiciers autoproclamés et autres doux idéalistes, combattants acharnés des injustices de ce bas monde.

Lax nous propose une vue originale de cette œuvre maintes et maintes fois adaptée au cinéma, théâtre, et même en BD. Mais plutôt que de mettre simplement le texte original en image, il le transpose à notre époque et fait un parallèle entre la propre histoire de Miguel Cervantès et le personnage de Mike dont la vie est très similaire à celle de l'auteur Espagnol : vétéran d'une guerre, pris en otage et libéré contre rançon, perte de la main gauche, désillusion et révolte contre la société.

 

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

 

Le parallèle et la mise en abyme de l’œuvre est très habilement mené. Comme une vision hallucinatoire et servant de guide au héros, Lax fait intervenir dans sa narration le vrai Miguel du 16è siècle. Petites pauses amenant quelques pistes de réflexions sur la censure, l'injustice sociale et le contrôle de plus en plus oppressant de la société par les instances politiques et financières, cette trouvaille scénaristique donne une dimension de satire sociale et d'analyse politique à ce road movie animé. Elle permet en plus, pour qui comme moi n'aurait jamais lu le roman, d'y mettre un orteil et de bien saisir tous les parallèles entre l'histoire imaginée par Lax et le roman chevaleresque satirique de Miguel Cervantès. Les rapprochements avec le roman sont subtiles et parfois drôles ou pathétiques, comme la monture attribuée à Mike : une Ford Mustang dont l'emblème est un cheval galopant.

 

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

 

Graphiquement, Lax nous livre un album flamboyant et des planches majestueuses reflétant une Amérique profonde, crasse et poussiéreuse. Son trait délicat, rehaussé de lavis dans les tons gris/ocres/noirs crée des ambiances très suggestives dans toutes les situations.

Dans des décors de road movie américain, le Don Quichotte de Lax évoque des sujets graves et contemporains en les abordant sous un angle tragi-comique où douceur, violence, bêtise et bon sens se côtoient à chaque page.

 

 un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

un certain cervantès,lax,futuropolis,don quichotte,littérature,adaptation,chronique sociale,road movie,injustice sociale,910,042015

 

Commentaires

Toujours de bonne facture les albums de Lax. Je mettrai une petite reserve sur les dessins avec des aquarelles trop diluées donnant une impression d'impalpable. Mais c'est sans doute l'effet recherché

Écrit par : tigrevolant | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

En fait, ce n'est pas de l'aquarelle.
Lax a utilisé des encres noires de différentes marques. Son souhait était de faire au départ du noir et blanc, avec plusieurs nuances de noirs. Lorsqu'il a dilué ces différentes encres avec de l'eau il s'est aperçu que le mélange de certaines encres créait une pigmentation colorée. il a finalement utilisé cet effet, que je trouve vraiment réussi.

Écrit par : Loubrun | 15/06/2015

LAX : Los Angeles international Airport .

Écrit par : samba | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

J'avoue ne l'avoir pas encore lu ce roman; j'ai tellement adoré la trilogie sur le cyclisme que je ne me suis même pas posé la question: je prends !!!!
L'analyse de Loubrun me conforte pleinement .

Écrit par : Dominique LE DIVENAC'H | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

J'avoue ne l'avoir pas encore lu ce roman; j'ai tellement adoré la trilogie sur le cyclisme que je ne me suis même pas posé la question: je prends !!!!
L'analyse de Loubrun me conforte pleinement .

Écrit par : Dominique LE DIVENAC'H | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

Excellent album de LAX, mais je suis une inconditionnelle ♥☻☻☻

Écrit par : Laure-Line | 15/07/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.