27/06/2015

Sherlock Hommes Society T1 : L'affaire Keelodge.

album-cover-large-26368.jpgsherlokholmessocietypl02.jpgScénario : Sylvain Cordurié

Dessin   : Stéphane Bervas

Éditeur  : Soleil

Sortie : le 6 mai 2015

56 pages - cartonné

Genre : Détective

 

 

 

Avis de l'éditeur : De 1891 à 1894, Sherlock Holmes s'est fait passer pour mort. Peu de personnes savaient quil avait survécu à son affrontement avec James Moriarty aux chutes de Reichenbach. Pas même le docteur Watson. Puis, après bien des épreuves, Holmes a mis fin à cette duperie et repris son activité de détective-conseil. Il travaille aux côtés de Scotland Yard pour arrêter un copycat de Jack l'Éventreur quand son frère Mycroft vient solliciter son aide. Keelodge, un village enclavé entre la mer et la côte a été isolé. Personne ne peut en sortir. Mycroft explique que les gens du village sont tous devenus fous, sanguinaires et cannibales. Il a besoin de lui sur le terrain car ce drame découle vraisemblablement d'un acte criminel. Commence alors l'enquête la plus sombre que Sherlock Holmes ait connue.

 

 

 

Mon avis : Sherlock Holmes, ce détective charismatique légendaire affiche de multiples visages. Personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle en 1887, il élucide les enquêtes les plus complexes en domaine criminels. Accompagné par son fidèle Docteur Watson, ils forment la paire gagnante grâce à leur flair hors-norme. 

De nombreuses adaptations ont vu le jour en fonction de l'époque et de l'auteur. Notons qu'il existe plus de 260 films dont les principaux demeurent : la version muette de 1900 d'Arthur Marvin; le chien des Baskerville de 1939 avec Richard Greene, la panoplie réalisée par Roy William Neill ainsi que la version plus récente avec Robert Downey Junior. Différentes époques ,exhibant des crimes passionnels avec à chaque fois, une prestation du célèbre détective British qui marque ou non les esprits par rapport à son prédécesseur, comme le ferait en quelque sorte James Bond avec sa panoplie d'acteurs.

 

De nouveau à Scotland Yard, le détective le plus investi dans ses enquêtes reprend le flambeau pour des nouvelles affaires sordides...

 

Et que dire des éditions Soleil, qui proposent une gamme enrichissante qui comblera certainement les plus difficiles des lecteurs. L'univers Sherlock Holmes 1800 parcours le mythe, l'ajuste à sa sauce personnelle, la modernise par un dessin sombre, qui rappelle sans contexte, les grands moments enfouis dans les méandres de l'esprit des lecteurs de la première heure. Scénarisé par Sylvain Cordurié, les tomes se lisent par arcs ou époques : Crimes Alleys, Les vampires de Londres, Le necronomicon... apparait dorénavant le versant Society, programmé en 4 tomes. La série adopte un rythme de parution plus soutenu, à savoir d'un tome par trimestre. Face à des énigmes toujours de plus en plus astreignantes, le détective devra se reposer sur des alliés fiables et durables.

 

Concernant les auteurs, nous ne présentons plus Sylvain Cordurié, déjà scénariste sur les anciennes œuvres parues chez Soleil et précitées plus haut. Ayant bossé avec Stéphane Créty chez Delcourt, il intègre par la suite les éditions Soleil par Jean-Luc Istin, pour laquelle, il écrit trois minis-séries de Sherlock Holmes ainsi que Ravermoon, une saga d'héroic-fantasy.

 

Au Dessin, Stéphane Bervas a excellé dans le domaine du jeu vidéo. Provenant de Madagascar, le dessinateur signe le diptyque avant gardiste 2021 avant de se lancer pour ce tome de Sherlock Holmes. Son trait brutal montre à la fois la froideur de ses protagonistes, leurs tendances immorales mais marque également les esprits par une finesse du détail rappelant par moments le style d'Eric Stalner. Chaque nouvel album se verra mis en dessins par un auteur différent, de quoi, ainsi satisfaire un public plus varié. Quant au coloriste, Jean Bastide, ses couleurs claires et grisâtres, s'adaptent au récit, et donnent un sacré coup de fouet, de quoi immortaliser des planches très réalistes.

 

Après lecture de ce volume, de nombreuses questions demeurent sans réelles réponses, est-ce là le désir profond de Sylvain Cordurié de nous faire languir, espérons le. Le fait d'y insérer des zombies justifie un sacré risque, mais au final, suivant la trame riche en rebondissements, ce coup de joker est réussi, du moins pour le moment.

 

Ce premier tome convainc par sa teneur et sa cadence. La suite devrait être du même acabit.

 

 

a08-3e78906.gifMa côte

 

 

 

Coq de combat.

 

sherlokholmessocietypl05.jpg

Commentaires

Le suspense est bien rendu malgré un sujet et un personnage plus qu’utilisé .

Écrit par : samba | 07/08/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.