10/07/2015

Kokkoku T1 - Seita Horio - Glénat

kokkoku-1-glenat.jpga45d5464ee802325f40631070b41f436.jpgAuteur : Seita Horio

Sortie le 18 mars 2015

Éditeur : Glénat

224 pages

Science-Fiction

 

 

 

Résumé de l'éditeur :   Juri Yukawa tente de recoller les morceaux entre un grand-père bougon, un frère cloitré chez lui, un père dépressif et son neveu. Mais la journée ordinaire vire au cauchemar : deux membres de la famille ont été kidnappés. Les ravisseurs exigent cinq millions de yens en liquide, à payer dans la demi-heure, sinon les otages seront exécutés ! Malheureusement, ils n’ont aucun moyen de se rendre à l’heure au lieu-dit. À moins d’utiliser une magie occulte transmise de génération en génération et capable de figer le temps. Mais dans ce monde inerte, régi par des règles dangereuses, les Yukawa vont découvrir qu’ils ne sont pas les seuls à pouvoir se déplacer librement…
Nominé aux Taisho manga awards 2011, ce titre mélange polar et SF dans une intrigue qui nous rappelle Umezz (auteur de Baptism, L’École emportée…). Alors que l’on suit le rapt de deux membres d’une même famille, le scénario bascule dans le fantastique par l’entremise du temps arrêté. Mais l’auteur ne se contente pas d’un pitch rocambolesque, il adjoint à cette possibilité d’arrêter le temps une réflexion sur le monde existant entre les secondes, qui réfère aux théories des mondes parallèles. Le scénario se nourrit parfaitement des nombreux rebondissements de situation pour livrer une œuvre dense et complète en 8 volumes.

 

 

 

Mon avis:Un album peu conventionnel. Qu'il s'agisse de sa trame ou de son style graphique, difficile de le classer dans un genre spécifique. L'histoire présente une famille banale, Tsubasa, 28 ans sans emploi, accro aux jeux vidéos, un paternel qui semble du même calibre, Makoto le petit neveux et Juri, jeune femme qui travaille comme quatre pour subvenir à la famille. Voulant bien agir, Tsubasa se rend à l'école de Makoto, le récupérer et le ramener au foyer familial mais sur le chemin du retour, ils vont se faire kidnapper. Le décor présente une traditionnelle demande de rançon mais le scénario emprunte subitement un virage inattendu : suite à l'appel téléphonique, en demande d'argent, le grand-père présente une pierre artisanale qui renferme des pouvoirs magiques, celui d'arrêter le temps! On nage en pleine confusion, et c'est peu dire...

 

Ce 1er tome affiche certes des qualités graphiques spectaculaires ( un papillon coupé en deux parties grâce à cet étrange pouvoir, quelques prises aériennes qui valent le détour...), néanmoins, de par une trame fortement découpée, le lecteur termine cette lecture sans réellement en comprendre son sens majeur. Donc, on se retrouve avec un brouillon incompréhensible. L'apparition d'insectes gigantesques, d'êtres qui voyagent dans un monde parallèle, n'arrangent rien au récit. Si le but de l'auteur enquérait à se poser une multitude de questions sans réponses, le résultat est alors réussi. Bref, pas réellement convaincant, mais  peut-être que les suivants tomes risquent d'éclairer la lanterne des lecteurs.

 

 

a05-3e788c9.gifMa cote générale

 

 

Lien vers la fiche technique de l'album sur le site de Glénat: ICI.

 

 

 

Coq de Combat

 

kokkoku_1-01.jpg

 

Écrire un commentaire