15/07/2015

Le procès Carlton

Couv_248240.jpgPlancheA_248240.jpgAuteurs : François Boucq et Pascale Robert-Diard

Éditeur : le Lombard

Sortie : 3 juillet 2015

Genre : chronique judiciaire de 136 pages.

 

Vous souvenez-vous du procès Carlton ?

C'était en février dernier, à Lille.

Pour "Le Monde", la journaliste Pascale Robert-Diard et François Boucq assistaient au procès. La première a tout noté, le second tout dessiné... ou presque.

 

« Cette affaire a transformé 60 millions de Français en voyeurs. »

 

Extrait du dossier de presse.

C’est un procès presque surréaliste aux airs de téléfilm américain, qui se tenait à Lille au début de cette année 2015. La conclusion de trois ans d’enquête, d’acharnement médiatique, de révélations scabreuses.

Les croquis de François Boucq décrivent, en quelques traits, l’apathie d’un DSK épuisé par le déluge de scandales qui déferle depuis quelques temps sur ses épaules …Ou bien la lèvre pleine de Dodo la Saumure, maquignon sûr de son droit qui bavarde avec insouciance avec le juge, en homme habitué des tribunaux. Des dessins réalistes, mais qui se permettent aussi d’outrer certains traits .Comme le dit François Boucq »rendre excessifs certains aspects des personnages permet d’affirmer son point de vue, de dire : moi, je choisis cet angle parce que je vois les personnages ainsi. Je ne suis pas neutre .j’assume ma position. »

 

Observatrice silencieuse mais à la plume efficace, la journaliste Pascale Robert-Diard, chroniqueuse au journal le Monde, fut témoin privilégié de cette sage judiciaire aux allures de huis clos .Elle livre ici, sans jugement, mais sans concession non plus, un compte rendu presque clinique du procès.

 

Au final, on peut réellement se demander si le juge d’instruction n’a pas été instrumentalisé car au final, l’évidence apparaît, la justice ne se rend pas avec le code moral mais bien avec le code pénal.

Le premier a enfanté un monstre médiatique, le second a révélé un néant juridique.

 

a07-3e78901.gif

 

archives-afp-francois-lo-presti.jpg



Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrire un commentaire