18/07/2015

Furious

img_comics_8657_furious-tome-1-star-dechue.jpgP2_zpszaizojbu.jpgScénariste   : Bryan Jason Lee Glass

Dessinateur : Victor Santos

Éditeur       : Glénat

144 pages

Sortie le 9 juin 2015

Genre : Super Héros

 

 

Résumé de l'éditeur :

Comment gère-t-on son image quand on est super-héros ?

Première super-héroïne de la création, Furious décide de purger ses péchés passés en exerçant une justice expéditive à la force rageuse de ses points. Elle fait face à un paradoxe : bien qu elle essaie désespérément de faire le bien, ses méthodes musclées ne passent pas auprès du grand public qui a du mal à admettre que ses motivations sont pures. Pour tout dire, la quête de sensationnel de notre héroïne couplée au feu des médias nuit quelque peu à la crédibilité de sa rédemption, sans parler de son identité secrète... Et les autorités commencent à en avoir un peu marre de ses actes incontrôlés.
Bryan J. L. Glass et Victor Santos signent un récit d action/aventure sans temps mort où célébrité, médias et super-héros se mélangent dans un cocktail parfaitement dosé, mais totalement explosif !

 

 

Mon avis :

Comme son nom l'indique, Furious est une ascension effrénée mettant en scène une super-héroïne peu commode. D'allure plantureuse, flottant dans les airs comme Batman, elle tente d'incarner au mieux la justice, une justice irréprochable qui malgré elle va la conduire vers les méandres de la folie. Car la belle, sous ses apparences de bimbo a un sacré grain dans le ciboulot. Entêtée et radicale, elle cogne dur et sec, jusqu'à ce que le sang de ses victimes éclabousse à souhait. Voulant venir en aide à son prochain, elle se met autant la flicaille que la majeure partie de la populace à dos... ce qui l'a pousse à se déchainer de plus belle.

De l'action à gogo, vous en trouverez avec ce titre décalé, brutal et chaotique. Cependant par son trait enfantin et coloré à l’extrême, le sang et la violence apparaissent comme un banquet nuptial, presque ironique par moments.


Un album difficilement classable, j'imagine que la plupart des adultes n'y verront que peu d'intérêt et ce malgré l'implication des auteurs à vouloir faire de leur mieux. Certains monologues méritent le détour et une mélancolie bien marquée ressort de l’héroïne, au pseudonyme de la La Vigie, dont le commun peuple la nomme sans cesse la Furie. L'autre protagoniste aux entités de la super-héroïne au costume bleu, incarne une super-vilaine du nom de Cadence Lark, vicieuse jusqu'au bout des ongles, prête à tout pour obtenir des médias la premières place.

 

Notons qu'en fin d'album, un cahier graphique gratifiant est proposé. Un titre à prendre au second degré, original mais qui au final laisse un arrière-goût.

 

a05-3e788c9.gifMa cote

 

 

Lien vers la fiche technique de l'album chez Glénat: ICI

 

 

 

Coq de Combat.

 

P3_zpsmhwghppr.jpg

Écrire un commentaire