19/07/2015

Vacances.

Depuis la naissance de SambaBD en 2007, jamais nous avons interrompu  les chroniques.

Comme le burn-out menace, j’ai proclamé pour mes fidèles sujets 3 semaines de repos absolu.

Plage -1100-Fotolia_8769750_L.jpg

Il faut dire que les circonstances ne me donnaient pas trop le choix.

 

Capitol parti en voilier  à Washington interviewer un certain XIII.

 

Loubrun cherchant une certaine fée Virgule dans la forêt de Brocéliande.

 

 Tigrevolant  en Inde pour se réapprovisionner en médicaments génériques, enfin c’est sa version officielle.

 

Revedefer toujours porté disparu après le Hell fest , aux dernières nouvelles, il serait parti en tournée avec Faith No more .

 

Sophie servant de cible pour sa fille biathlète quand elle ne milite pas comme Femen.

Coq de combat luttant au Japon comme sumo.

Isabelle séquestrée par ses nouveaux voisins pour tapage nocturne.

Julien ensevelit sous une chape de béton. 

 

Et Samba dans tout ça, et bien il court après des chimères.

J’ai donc donné les clefs du blog à notre doyen, Dgege  pour arroser les fleurs et les anciennes chroniques.

Allez bonnes vacances  à tous et rendez vous pour la rentrée littéraire.

 

Samba.

 

edit Dgege ... Merci pour la confiance, mais ... j'ai délégué pour l'arrosage !Rigolant

 

 

 

Écrit par Samba dans Actualité | Commentaires (3) | Tags : vacances |  Facebook | |

18/07/2015

Furious

img_comics_8657_furious-tome-1-star-dechue.jpgP2_zpszaizojbu.jpgScénariste   : Bryan Jason Lee Glass

Dessinateur : Victor Santos

Éditeur       : Glénat

144 pages

Sortie le 9 juin 2015

Genre : Super Héros

 

 

Résumé de l'éditeur :

Comment gère-t-on son image quand on est super-héros ?

Première super-héroïne de la création, Furious décide de purger ses péchés passés en exerçant une justice expéditive à la force rageuse de ses points. Elle fait face à un paradoxe : bien qu elle essaie désespérément de faire le bien, ses méthodes musclées ne passent pas auprès du grand public qui a du mal à admettre que ses motivations sont pures. Pour tout dire, la quête de sensationnel de notre héroïne couplée au feu des médias nuit quelque peu à la crédibilité de sa rédemption, sans parler de son identité secrète... Et les autorités commencent à en avoir un peu marre de ses actes incontrôlés.
Bryan J. L. Glass et Victor Santos signent un récit d action/aventure sans temps mort où célébrité, médias et super-héros se mélangent dans un cocktail parfaitement dosé, mais totalement explosif !

 

 

Mon avis :

Comme son nom l'indique, Furious est une ascension effrénée mettant en scène une super-héroïne peu commode. D'allure plantureuse, flottant dans les airs comme Batman, elle tente d'incarner au mieux la justice, une justice irréprochable qui malgré elle va la conduire vers les méandres de la folie. Car la belle, sous ses apparences de bimbo a un sacré grain dans le ciboulot. Entêtée et radicale, elle cogne dur et sec, jusqu'à ce que le sang de ses victimes éclabousse à souhait. Voulant venir en aide à son prochain, elle se met autant la flicaille que la majeure partie de la populace à dos... ce qui l'a pousse à se déchainer de plus belle.

De l'action à gogo, vous en trouverez avec ce titre décalé, brutal et chaotique. Cependant par son trait enfantin et coloré à l’extrême, le sang et la violence apparaissent comme un banquet nuptial, presque ironique par moments.


Un album difficilement classable, j'imagine que la plupart des adultes n'y verront que peu d'intérêt et ce malgré l'implication des auteurs à vouloir faire de leur mieux. Certains monologues méritent le détour et une mélancolie bien marquée ressort de l’héroïne, au pseudonyme de la La Vigie, dont le commun peuple la nomme sans cesse la Furie. L'autre protagoniste aux entités de la super-héroïne au costume bleu, incarne une super-vilaine du nom de Cadence Lark, vicieuse jusqu'au bout des ongles, prête à tout pour obtenir des médias la premières place.

 

Notons qu'en fin d'album, un cahier graphique gratifiant est proposé. Un titre à prendre au second degré, original mais qui au final laisse un arrière-goût.

 

a05-3e788c9.gifMa cote

 

 

Lien vers la fiche technique de l'album chez Glénat: ICI

 

 

 

Coq de Combat.

 

P3_zpsmhwghppr.jpg

Le SUMOUPS du samedi

0054.jpg

Écrit par DePa dans Sumoups | Commentaires (0) |  Facebook | |

17/07/2015

LA PARODIE

la parodie,rodrigue,le lombard,humour,10 juillet 2015la parodie,rodrigue,le lombard,humour,10 juillet 2015La Parodie

Scénario et dessin : Michel Rodrigue

Sortie : 10 juillet 2015

Le Lombard

48 pages – cartonné

Humour

 

Présentation de l'éditeur :

 

Grandafte-le-Fou est fatigué. Il règne sur un clan de Vikings aussi peu dégourdis que vaillants. De vrais tire-au-flanc ! Et puis il y a ce Thoraxe, l’enfant des étoiles qu’ils ont recueilli, élevé, initié à leurs us et coutumes, et qui se révèle plus apte à pincer les cordes d’une lyre qu’à tendre

celle d’un arc. La seule cible qu’il vise est le coeur de la belle Aarissa, hélas peu réceptive à ses chants d’amour. Et voilà que débarque un étranger, un dur, un vrai, un tatoué, un quidam se disant amnésique. Sa présence chamboule à ce point le quotidien du village que le mieux

s’avère de le reconduire chez lui. Mais où ? Ce pari-drakkar ne manquera pas de surprises…

 

la parodie,rodrigue,le lombard,humour,10 juillet 2015

 

Mon avis :

Si dans"Astérix et les Vikings" ces derniers étaient à la recherche de la peur, ici avec "La Parodie" ils sont à la recherche de la civilisation. L’action n’est plus située à l’époque romaine, mais à la fin du XIe siècle. Les personnages iront même dans la Palestine des Croisés après avoir auparavant  visité la Scandinavie et deux villes du nord du Royaume des Francs, Étaples et Montreuil-sur-Mer.

 

la parodie,rodrigue,le lombard,humour,10 juillet 2015

 

Le dessin de l’éclectique Rodrigue, animateur actuel de la série Cubitus, est parfaitement adapté à son projet délirant de mélanger les univers de Thorgal, Astérix et XIII. La couverture de fait clairement allusion à Astérix et la Zizanie, la 4ème est dérivée d’un cow-boy qui tire plus vite que son ombre… Et pendant une quarantaine de pages, c’est un cocktail jubilatoire truffé de clins d’œil aux héros de la BD, du dessin animé et même du cinéma. Les deux personnages principaux renvoient dans un cas à Thorgal et dans l’autre à XIII. Un grand nombre de personnage sont introduits dans l’histoire et le lecteur averti s’amusera à les retrouver sous les traits de Blacksad, Sybilline, Cubitus, Kriss de Valnor, Djinn, Lucky Luke, les nains de Blanche-Neige, le professeur Tournesol, sœur Marie-Thérèse des Batignolles, Philémon, les Schtroumpfs, Corto Maltesse, Hébus et les Trolls de Troy, Niklos Koda, Dark Vador, le major Gruber, Michel Vaillant, Blake et Mortimer,Johan, Pirlouit et le Seigneur des anneaux. Plus ceux que j’ai sans doute oubliés ou que je n’ai pas encore repérés. On a même droit à une magnifique case qui est un hommage à un tableau de Brueghel.

 

la parodie,rodrigue,le lombard,humour,10 juillet 2015

 

 

Le scénario n’est qu’un prétexte. Les situations comiques, les jeux de mots et les gags visuels se succèdent à un rythme vertigineux dans ce qu’il faut considérer comme un brillant exercice de style.

 

Le lecteur a devant les yeux un album très amusant et un excellent moyen de revoir ses classiques. Cette parodie s’avère être aussi un véritable hommage au 9ème art et un délassant cadeau de vacances pour bédéphiles.

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a08-3e78906.gifMoyenne

 

 Le site internet des Editions Le Lombard : ICI

  

 SKIPPY