21/08/2015

Jaco the galactic patrolman

9782344006603-G.jpgPlancheA_250918.jpgAuteur : Akira Toriyama

Éditeur : Glénat

256 pages

Sortie le 15 juillet 2015

Genre : action - fantastique, humour

 

 

Avis de l'éditeur :

Alors qu'Akira Toriyama avait disparu des radars pendant une grosse décennie, le maître surprend ses lecteurs en 2013 en sortant de ses crayons cette nouvelle aventure complète qu'il publie dans le Shônen Jump de Shueisha.Et le public se ravit de retrouver les caractéristiques initiales du talent de Toriyama. On revient ainsi aux origines du mythe, dans le sillage de Dragon Ball bien entendu (le récit se déroule 10 ans avant le début de Dragon Ball), mais aussi de Nekomajin ou de Sandland. Jaco est ainsi placé dans The World, le monde fictif recréé par l'auteur, avec l'aventure placée au cœur du récit par le truchement de personnages croquignolets, le tout enrobé d'un humour potache et libératoire. Point besoin ici de placer du guerrier surpuissant au charisme étalonné sur le tour de biceps, on revient dans le burlesque rigolard d'antan, et cela fait du bien, tant ce style est aujourd'hui rare dans les mangas. Le dessin du maître ne souffre comme d'habitude aucun commentaire. Précis, exact et efficace, il fait mouche à tous les coups. Un plaisir retrouvé !Jaco est un Galactic Patrolman, un officier de police galactique, qui revient sur Terre pour la protéger d'une invasion d'aliens. Mais son vaisseau s'écrase sur l'île d'Omori, un vieux scientifique travaillant sur le déplacement temporel. Les deux étranges compères vont s'aider mutuellement afin de contrer un destin a priori funeste, mais dont on connaît l'issue, sujet donc de Dragon Ball.Suivant ainsi cette idée d'explorer les origines de Dragon Ball, le manga présente également une histoire courte focalisée sur la planète Vegeta et l'envoi du bébé Son Goku vers la Terre.

 

Mon avis :

Jaco le patrouilleur de l'espace heurte la lune et atterrit par le plus grand des hasards sur une île minuscule où Omori, un vieux scientifique séjourne. Sa mission consiste à repousser un envahisseur, malintentionné. Se liant rapidement d'amitié avec Omori, les deux vont former une paire des plus intrépides.

 

Quel bonheur de pouvoir tenir entre nos mains une nouvelle pépite du maitre du manga. Le sublissime Akira Toriyama revient après une période où il se montrait discret. Avouons tout de même que Monsieur Toriyama pouvait s'octroyer de prendre le large après sa saga de Dragon Ball et compagnie. L'univers qu'il a créé, véritable référence interplanétaire se savoure encore aujourd’hui comme si ses œuvres venaient de paraitre.

Pour les nombreux fans, ceux et celles, désireux de connaitre davantage Dragon Ball et Dragon Z, veuillez lire, l'une de mes précédentes chroniques, "Battle of the Gods". Revenons, désormais sur ce one shot "Jaco the galactic patrolman" et son contenu. Deux éléments sont à souligner : Bien que chronologiquement se déroulant avant l'ère de Songoku, l'auteur s'est penché sur son concept en 2013, et d'après ses dires, serait peut-être son dernier manga (maintenant avec Toriyama tout est possible...) Toriyama crée une histoire parmi un schéma déjà existant : il réutilise les mêmes ingrédients du début de la saga de Dragon Ball : d'ailleurs, on note de nombreuses références frappantes, que tout amateur de Toriyama observe d'entrée de jeu : Omori, le scientifique vivant sur une île, à l'écart de la société rappelle forcément Tortue géniale, Jaco, le patrouilleur galactique possède un don pour le combat tout comme Songoku; il affirme à plusieurs reprises désirer détruire la terre...synonyme des guerriers de l'espace en quête de destruction totale. Il s'avère être très puissant, orgueilleux dans l'âme, directement issu de l'univers de DBZ. (Freezer, Vegeta..) L'humour décalé est transmis de manière sinéquanone, en corrélation directe avec Docteur Slump ou Dragon Ball. Bref, les fans du maitre se retrouveront allègrement surpris, bénéficiant de la même configuration, alliant à la fois scènes burlesques et action dynamitée.

 

Mais au fil de cette lecture, nous découvrons qu'il n'existe pas uniquement des points communs entre Jaco et Dragon Ball, mais également des points divergents. Par exemple, la monnaie utilisée dans Dragon Ball, est le zeni, ici passe au yen, et autre point marquant, l'auteur brosse un portrait de l'extra-terrestre peu conventionnel. De suite, il est repéré, considéré comme n'ayant pas sa place parmi les autres, tandis que dans Dragon Ball, hormis Satan,Cell et Boo, les autres créatures passent incognito. Le dessin, quant à lui comporte peu d'éléments arrière-champ, sinon, on reconnait le trait de Toriyama à cent lieues.

 

Composé de 11 chapitres, ce récit propose une lecture emballante, créant par moments un suspense travaillé sur mesure. Toriyma s'est fait plaisir et il nous fait plaisir.

 

jaco1.jpg

a08-3e78906.gif 


 Coq de Combat

 

 

 

Écrire un commentaire