26/10/2015

La dernière Targa Florio

targa florio.jpgPlancheA_255170.jpgDessinateur : Jean-Marc Krings.

Scénariste : Vincent Dugomier.

Editeur : Glénat.

Sortie : 2 septembre 2015.

48 pages.

Genre : Aventure.

 

Résumé :

 

En 1973, la Targa Florio, course automobile organisée en Sicile, vit ses dernières heures. Huit ans plus tôt Angelo et Rosalia avaient promis de se marier si leur idole, Nino Vaccarella, gagnait la Targa Florio. Enfin, jusqu'à ce que Rosalia ait une autre idée.

 

 

Mon avis :

 Compte tenu de mes origines siciliennes (de par ma mère), il était impensable pour moi de ne pas chroniquer cet album (même si j'ai été un peu déçu mais j'y reviendrai plus tard). Tout d'abord, un peu de culture. Pour ceux et celles qui ne le savent pas, qu'était cette Targa Florio? Eh bien, je m'en vais vous l'expliquer brièvement.

   

alfatarga.jpg

Il s'agissait d'une course automobile crée au début du siècle passé par Vincenzo Florio, inconditionnel de cette discipline, dont le succès était mitigé. Elle se courrait sur un circuit long de 70 kilomètres et qui comprenait 6000 virages! Une boucle de folie, presque impossible à mémoriser (il aurait fallu des années, pour ça) et qui reflétait, en partie, le peuple sicilien. Le vainqueur avait droit à un trophée gravé par le grand maître verrier et bijoutier de l'époque :  René Lalique. De 1955 jusqu'en 1973, cette course a même pu s'inclure dans le calendrier officiel du Championnat du Monde, au même titre que les 24 h du Mans ou les 1 000 km de Monza! Seulement voilà, certaines routes non conformes, abîmées, déplorables voire dangereuses étaient empruntées. Sans oublier les accidents qui ont coûté la vie non seulement à des pilotes mais aussi, à des tifos! Ce qui a amené, en 1977, à clôturer cette course.

 

Maintenant, revenons-en à ma petite déception. Il est clair que l'auteur est bien renseigné, bien informé sur cette compétition qui a fait la fierté des siciliens pendant 3/4 de siècle. Il a d'ailleurs introduit des flashbacks sur des moments marquants qui portaient sur des épreuves bien précises. Néanmoins, l'intrigue, le suspens et les dialogues sont sans plus. C'est le genre d'histoire dont on devine facilement la fin.

 

Ce qui est également dommage, c'est qu'un lecteur d'origine sicilienne ne peut pas vraiment s'identifier aux personnages chez qui les traits de caractères ne sont pas tout à fait à l'image de la mentalité sicilienne. Par exemple, la représentation de la "Mamma" n'est pas celle attendue, même si c'est un détail. Vincent Dugomier aurait pu jouer là-dessus sans pour autant tomber dans une mauvaise caricature, ni dans l'exagération, ni dans la méchanceté. Peut-être craignait-il de se retrouver dans des clichés ou bien craignait-il les représailles de la Mafia (rire). Par contre, si l'on en croit la page 29, le lecteur pourra constater que l'auteur ne s'est pas gêné à propos de la Belgique (rire). Or, connaissant la nationalité du scénariste, ce n'est pas étonnant.

 

ECO_Targa_Florio_02pop.jpg

Au sujet du dessin, c'est pas mal. Même si le dessinateur a opté pour le style "gros pif" et a eu du mal à bien faire vieillir ses personnages, la BD, de ce point de vue-là, n'est pas désagréable à feuilleter. Mais surtout, le point fort de celui-ci, c'est qu'il arrive à nous faire ressentir l'action et la vitesse des bolides avec brio. 

 

Pour terminer, j'ajouterai aussi que, malgré le fait que les dialogues mériteraient de faire une petite visite chez le garagiste, le scénario est quand même bien pensé, avec une pointe d'originalité et une romance qui donne un certain équilibre à ce one shot. Sinon, pour les amoureux d'automobile, ça reste un ouvrage intéressant à lire mais pour les amoureux de la Sicile, mieux vaut s'abstenir.

 

a07-3e78901.gifGénéral 

  

Mister Med.

Commentaires

ça me fait penser au Tourist Trophy pour les motos, sur l'île de Man..

Écrit par : loubrun | 26/10/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire