05/11/2015

Claymore T27 : les guerrières aux yeux d'argent

claymore-27-glenat.jpgclaymore01.jpgAuteur  : Norihiro Yagi

Éditeur : Glénat

192 pages

Sortie le 14 octobre 2015

Genre : fantastique

 

 

Avis de l'éditeur :

Après avoir été décimée par Raki et Claire, Priscilla est parvenu à ressusciter en absorbant les abyssaux. Ayant atteint ses limites, aussi bien physiques qu énergétiques, Claire se résout à s exalter. Mais son corps ne réagit pas comme elle l entendait... La longue et périlleuse bataille des guerrières s achève enfin !

 

Mon avis :

Le concept sur lequel repose Claymore met en évidence des protagonistes majoritairement féminins. Des guerrières qui n'ont franchement rien à envier aux hommes, armées ou à mains nues, elles manient différentes techniques qui font d'elles de redoutables adversaires. Car ces félines du combat, excellent dans l'art de l'épée avec une aisance à couper le souffle. Les entrailles des monstres giclent, boyaux et viscères sont systématiquement aux rendez-vous.

Norihiro Yagi ne fournit pas uniquement une distraction de nanas qui combattent en tenue angélique. Il raffine son récit, montrant l'humanité de ces femmes et leur côté bestial. Chacune détient en elle, une réserve vitale, qui peut les faire briller ou leur administrer un tel dérangement qu'elles en perdent tout acte moral. Devenant de véritables machines à tuer, elles font face à leurs propres démons intérieurs, et luttent quelque part, pour ne pas tomber vers le côté obscur, car leurs pire ennemis... c'est en fait elles-mêmes!

 

La hiérarchie prédomine au travers de cette saga : une claymore qui perd son potentiel démoniaque devient une exaltée, à la recherche d'entrailles, affamée et démesurément puissance. Les grimaces et les modifications de comportement des claymore sont expressives, réalistes et finement réussies. Le trait se veut correct, sans toutefois atteindre des sommets. Les néophytes risquent de s'y mêler les pinceaux, entre autres par cette foule de protagonistes, qui pour la plupart sont dessinées sur la même constante graphique.

On ne peut reprocher certains dialogues qui manquent de maturité, dénotant la série, par une naïveté consternante. Mais, ne gâchons pas ce final qui mérite de s'y attarder...

 

 a06-3e788fc.gif

 

Coq de Combat

 

claymore27-02.jpg

 

Écrire un commentaire