19/11/2015

Metronom’ T5 Habeas Mentem.

metronom.jpgmetronom t5.jpgDessinateur :Grun
Scénariste : Corbeyran.
Editeur : Glénat.
Sortie : 12 novembre 2015.
Genre : Anticipation.

Le résumé.
Une nouvelle fois libéré grâce à l’aide de Loess, Floréal décide de contacter un groupuscule de rebelles et de leur communiquer les failles du palais des ministères pour renverser le gouvernement. Son véritable but : sauver Lauren, prisonnière de l’enfer de la reprogrammation. Pendant ce temps, le célèbre biologiste Warnier, revenu d’entre les morts, est recruté par Ternett Industry afin de maîtriser la mystérieuse entité découverte dans l’espace... Il s’agirait d’un virus psychique capable de véhiculer non pas des maladies, mais des idées ! Une formidable capacité dont le pouvoir aimerait profiter afin de contrôler de façon encore plus efficace la population...
« Le système est sur le point de vaciller. Je le sens..Certains signes ne trompent pas..La tempête se prépare.. »

Mon avis.

Voici donc l’ultime tome du Metronom’ concocté par Grun et Corbeyran. Dernier tome avec Corbeyran , ça peut faire peur car (c’est mon avis) le scénariste bordelais a souvent de bonnes idées mais ne sait pas toujours quoi en faire pour clore le chapitre.
Avant de donner mon verdict (salaud de Samba, ça vaut la suite après la pub), félicitons Grun pour avoir su donner à cette série un univers assez unique. Une ambiance futuriste dans une ville crasseuse, malade et gangrénée .On sent que Grun s’est vraiment appliqué car tous les petits détails sont soignés .Et puis il y a cette coloration bleue métallique en couleur directe qui caresse nos pupilles dans le bon sens. Il parait qu’on va passer au rouge pour sa prochaine réalisation, on prendra en effet la direction de la planète rouge, Mars.
Venons-en au scénario. L’air de rien c’est une belle étude sur ce que pourrait devenir notre « civilisation ». : Le contrôle des données personnelles et de la pensée universelle, la propagande médiatique etc. On devient en somme nos propres bourreaux comme énoncé dans ce tome.
On y retrouve des phrases d’ailleurs très bien senties comme « ils ne supportent plus rien, ni les sans papier, ni les sans logis, ni les sans travail, ni les sans famille ».
J’espère que ces « évidences « feront un peu réfléchir.
Voilà, le contenu est donc costaud, reste la fin (je fais durer le plaisir) !
Je ne vous cache pas que j’aurais aimé en savoir plus sur le destin de quelques personnages mais l’essentiel n’était pas dans l’individualisme, mais dans le destin collectif de cette société et là je pense que c’est clair…le virus est lâché.

Une série que tout bon amateur d’anticipation se doit de posséder.

a07-3e78901.gifScénario

a09-3e78912.gifDessin


a08-3e78906.gifGlobal

metronom'.jpg


SAMBA

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (1) | Tags : metronom, corbeyran, grun, glénat, 810, 112015, anticipation |  Facebook | |

Commentaires

C'est vrai qu'en lisant ce dernier tome, on a l'impression que, contrairement à son habitude de faire traîner les choses, Corbeyran survole les évènements et le destin des différents protagonistes afin d'arriver dans les clous pour la conclusion.
Heureusement, le sort de la société nous est révélé ... et puis, la porte reste ouverte pour nous raconter ce que seront devenus nos héros ! ☺
Restent aussi les magnifiques dessins et couleurs de Grun qui auront participé à la qualité ce cette série.

Écrit par : dgege | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire