21/12/2015

Flora et les étoiles filantes

flora-et-etoiles-filantes_C.jpgFlora et etoiles filantes_Pl.jpgScénario : Chantal Van Den Heuven
Dessin : Daphné Collignon
Editeur : Le Lombard
64 pages
Date de sortie : 16 octobre 2015
Genre : Comédie romantique

 

 


Présentation de l’éditeur :

Flora, la quarantaine, vient de divorcer avec pertes et fracas après vingt ans de mariage. Heureusement, pour remonter la pente, elle peut compter sur le soutien de ses copines, Roxane (baba cool fan de jardinage), Léa (carreer woman infatigable) et aussi de son vieux voisin, Vénérable.
Comme ses amies, Flora est en quête de l’âme sœur, mais ce n’est pas si simple. Elle fait quelques rencontres, mais une fois les premiers moments idylliques passés, ses amoureux disparaissent dans la nature. De quoi semer le doute dans son esprit : n’est-elle plus assez séduisante ? Est-elle devenue insupportable ? Ou alors est-ce une manœuvre d’un proche ?
Cet album raconte le blues des quadras divorcées et des « célibattantes » qui aimeraient bien poser leurs valises. C’est la crise du milieu de vie vue à travers la lunette drolatique de Flora et sa tribu.

Mon avis :

Cette histoire qui se revendique comme une comédie romantique en est bien une, qui peut paraître tout ce qu’il y a de plus actuelle et convenue dans son scénario et son issue.

Elle met en scène des femmes modernes, Amazones de façade qui rêvent d’un prince charmant sans défaut et croient qu’elles vont le trouver, non pas sous le sabot d’un cheval, mais sous le clic d’une souris. Amies, mais qui se lancent d’impitoyables piques quant à leur physique (laquelle fait le plus son âge ?) ou à leur façon de gérer leur vie sentimentale, leur situation matérielle…

Pour autant, la chose est traitée avec une indulgente dérision, une tendresse intimiste, une poésie magnifiée par le graphisme, qui pour le coup, fait sortir cette chronique sentimentale du lot.

Le dessin de Daphné Collignon m’a séduite. Ses portraits de femmes sont magnifiques, avec leurs grands yeux sombres, un trait épais qui souligne des courbes douces, des formes épanouies... Si le style m’a fait penser à Gaughin ou Matisse, les couleurs n’ont quant à elles rien du fauvisme éclatant, elles sont au contraire puisées dans une palette majoritairement sépia réhaussée de quelques menues pointes de cerise ou de figue…

Une alchimie réussie entre la scénariste et la dessinatrice, font de cet album une très belle étoile filante !

a08-3e78906.gif

 Virgule

 

Écrire un commentaire