07/01/2016

La fille des cendres - Tome 1 - Enfants des abysses

fille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastiquefille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastiqueScénario / dessin / couleurs : Hélène V.
Editeur : Le Lombard
Date de sortie : 25/09/2015
Planches : 70

 

 

 

Harriet Ashtray est fille de pirate. Elle possède le pouvoir extraordinaire de faire brûler ce qui l’entoure d’un seul regard. Mais quelle est cette mystérieuse malédiction ? Pourquoi son père la retient-il captive ? Harriet n’est pas au bout de ses surprises....

 

La délicieuse Hélène Vandenbussche ou Hélène V tout court, est une artiste comblée. Elle a gagné, avec son scénario original, le prix de la jeune création 2015 de la fondation Raymond Leblanc (fondateur, entre autres, des Éditions du Lombard, du journal «Tintin», de l’agence de publicité Publiart et des studios de dessins animés Belvision – rien que ça ! -). Elle gagne ainsi le droit de publier cette première BD.

fille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastique

Le conte de fée ne s’arrête pas là. Le meilleur pour le lecteur est à l’intérieur de l’œuvre. « La fille des cendres » est une vraie production onirique.

La première impression est une sensation de douceur : le choix des couleurs soyeuses et le style crayonné du dessin rendent l’atmosphère agréable. Un peu comme une source de chaleur lors de grands froids. Sa ligne claire peut surprendre mais elle s’agrémente très bien de cette trame. Le regret viendra des scènes d’actions. Elles manquent de sensations de mouvements et de vitesse.

fille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastique

Vient ensuite la douce morsure du scénario. Il est tout en opposition avec le trait épuré. Le monde d’Harriet est un monde dangereux. L’auteure s’amuse à inventer tout un bestiaire de monstres marins empruntés à de nombreuses mythologies en passant par l’imaginaire de l’enfance et les contes de marins. Ainsi, l’équipage du Sirius, « un des plus grands clippers de ce siècle », rencontre, affronte des krakens, des sirènes monstrueuses, des sermacs féroces. Jouant sur les ressorts de l’enfant maltraité, de l’amour naissant, et une pointe de compassion, Hélène fait monter tout doucement la pression. Elle lève le voile petit à petit sur le terrible secret de l’héroïne. L’auteure a le bon goût de nous en apprendre suffisamment sur le monde des cendres d’Harriet pour ne pas être déçu par la fin. Cela est savamment distillé.

 

fille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastique

Cette bande dessinée se lit comme un conte de noël. Cela démarre (trop ?) lentement puis s’accélère progressivement jusqu’à vous laisser (comme de bien entendu) sur votre faim. La suite et la fin dans un tome deux. Si vous n’êtes pas convaincu par le talent d’Hélène V, je vous conseille de regarder en détail la couverture de cet album : tout y est !

Scenario a06-3e788fc.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a06-3e788fc.gif

Tigrevolant

Écrire un commentaire