15/02/2016

Golem

Golem.jpgGolem_pl.jpgAuteur : LRNZ
Éditeur : Glénat Comics
288 pages
Sortie : janvier 2016
Genre : anticipation

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Steno ne peut pas s'arrêter de rêver. Pour une raison quelconque, dans un monde où le moindre besoin est déjà satisfait par le «système», Steno sent qu'il devra, tôt ou tard, réaliser son rêve par lui-même. Il n'imagine alors pas que le monde entier a besoin de lui, de cette capacité à rêver...

 

"Aujourd'hui les chiffres sont formels : tout citoyen Italien a les moyens de s'acheter cette voiture, et posséder un Desmophone est désormais un droit inaliénable"

 

Mon avis

L'histoire se passe en Italie en 2030. La société est prospère et en paix, les gens ont tout ce qu'ils veulent grâce à la technologie qui leur est entièrement dévouée. Un peu trop même ! La société est ultra connectée, le port de l'oreillette est permanent et les gens sont sans cesse sollicités pour consommer ou pour se préserver de risques potentiels. Tout ce qui sort du contrôle de la technologie est dangereux. Un groupuscule, les Shoraï, refuse cette société du bien-être apathique, du confort imposé et du risque aboli qui bloque inexorablement l'accès à un bonheur simple.

golem,lrnz,lorenzo ceccotti,glénat comics,anticipation,dystopie,technologie,510,012016

 

LRNZ, de son vrai nom Lorenzo Ceccotti, est un artiste illustrateur et designer Italien et a ce projet en tête depuis environ 20 ans. Golem est son premier roman graphique. Dans un récit d'anticipation ambitieux, surprenant et déroutant, il dépeint une société où la dictature des multinationales se cache derrière une démocratie de façade, prétextant apporter bonheur et bien-être aux populations tout en exerçant insidieusement un contrôle toujours plus prégnant sur elles.

 

Dystopie* par excellence, ce livre a ceci d'effrayant qu'il nous renvoie un reflet pas si déformé que ça de la société actuelle. Surconsommation, matérialisme galopant, société ultra connectée (regardez le nombre d'objets connectés qui fleurissent un peu partout et supposés améliorer notre quotidien) et paradoxalement de plus en plus individualiste, populations consentantes soumises malgré elles à cet autoritarisme grandissant et à une ingérence de leur vie privée. Le monde aseptisé et étouffant dépeint dans ce récit d'anticipation me fait froid dans le dos tant j'ai parfois l'impression d'en voir les prémices dans la vraie vie...

Sur le fond, Golem est assez réussi et LRNZ nous sert une excellente satire sociale dans une étonnante parabole politique sur la fin de l'économie mondiale.

 

golem,lrnz,lorenzo ceccotti,glénat comics,anticipation,dystopie,technologie,510,012016Je suis en revanche beaucoup plus réservé sur la forme. Non pas parce que ce livre est inclassable et à la croisée d'inspirations diverses, mais parce que je trouve que le propos n'est pas assez clairement mis en scène. Il y a beaucoup de scènes d'action, presque trop, où gros plans et surenchère d'effets nuisent à la lisibilité. De nombreuses planches sont difficiles à lire à cause sans doute d'un découpage qui se veut trop dynamique pour servir un scénario à la fois  dense et abscons. Du coup, la lecture devient vite pénible et l'on décroche du sujet parce qu'on ne peut rentrer dans les planches. Pour ne rien arranger, le graphisme est déroutant. Mélange de styles et d'influences manga, comics et Franco Belge, le dessin très coloré ou alors dans des teintes plus pastelles, est, d'une planche à l'autre très détaillé ou très épuré, avec entre chaque chapitre des peintures réalistes assez sombres. On se noie un peu dans cette abondance de styles qui s'entremêlent sans cesse.

Au final, le travail énorme qu'a fourni l'auteur pour boucler ce livre se voit, mais à la fin de la lecture j'ai ressenti comme une frustration et j'ai eu le sentiment d'un énorme ratage.

Cette histoire, qui prend pourtant 280 pages, aurait mérité un développement plus lent et une narration plus posée, ce qui aurait permis d'exposer plus clairement le propos et de rendre le tout beaucoup plus accessible.

Dommage, parce que le sujet vaut le coup d'être abordé.

 

 

a04-3e788e4.gif

 

 

Loubrun

 

 

* Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie. (src- wikipédia)

Beaucoup de séries BD d'anticipation peuvent entrer dans ce style de récit : SOS Bonheur, Ikigami, L'incal, Golden City, Lazarus ....

 

 

golem,lrnz,lorenzo ceccotti,glénat comics,anticipation,dystopie,technologie,510,012016

 

Le site de l'auteur : http://www.lrnz.it/

Commentaires

On a peut-être affaire à un auteur visionnaire :-|.

Écrit par : Mister Med | 15/02/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire