25/02/2016

L'apocalypse selon Magda

l'apocalypse selon madga,vollmer lo,maurel,delcourt,apocalypse,adolescence,fin du monde,fureur de vivrel'apocalypse selon madga,vollmer lo,maurel,delcourt,apocalypse,adolescence,fin du monde,fureur de vivreScénario : Chloé Vollmer-Lo
Dessin : Carole Maurel
Editeur : Delcourt
192 pages
Sortie : 27 janvier 2016
Genre : Fable philosophique et sociale, chronique adolescente

 

Présentation de l'éditeur :

L'apocalypse annoncée n'aura finalement pas lieu. Tandis que l'humanité tout entière célèbre la nouvelle, Magda, elle, est dévastée. Pourquoi ?

Pour le comprendre, il faut revenir un an en arrière :

Quand on annonce à Magda, à la veille de ses 14 ans, que le monde disparaitra dans un an, la fureur de vivre l'envahit. Un récit bouleversant sur les tourments de l'adolescence exacerbés par une fin du monde proche. D'amours maladroites en paradis artificiels, sous le compte à rebours des saisons, la jeune fille se découvre à elle-même, dans un monde d'adultes dépassés par les événements.

 

Mon avis :

Un scénario étonnant, dans la mesure où dès le début, lecteur, tu es rassuré : les scientifiques se sont trompés (ça fait comme pour 2012 avec le calendrier Maya), et on va pouvoir tous continuer à vivre normalement.

Le sujet, ce n'est donc pas l'apocalypse, mais bien l'apocalypse selon Magda. L'auteure ne la quitte pas d'une semelle, et c'est à travers ses grands yeux bruns et son corps bouillonnant de jeunes hormones que nous allons traverser quatre saisons au cours desquelles elle choisit de se tourner, résolument,  vers la vie.

La fin du monde, pour les ados, c'est la fin du monde de l'enfance, la désillusion (les adultes descendent de leur piédestal et on n'a surtout pas envie de leur ressembler), et en même temps on a tellement envie de se brûler la langue et tout le reste pour goûter l'interdit et passer outre toutes les limites... Et quand les règles en vigueur sont maintenues artificiellement par quelques adultes désabusés, anéantis, et qu'on croit n'avoir que quelques mois pour vivre toute une vie, il y en a qui déconnent grave (pas tellement plus qu'en l'absence d'une fin du monde annoncée, en vérité, à bien y regarder...) A tel point que quand ils sauront que l'humanité va survivre, certains ne s'en remettront pas...

Je reste perplexe en fermant l'album.

Je suis passée à côté de l'aspect "bouleversant" du récit annoncé par l'éditeur et reçu par de nombreux lecteurs, et ne saurais trop dire pourquoi.

J'ai en revanche apprécié l'atmosphère intimiste créée par le dessin semi-réaliste, moderne, au trait vif, et les couleurs étouffées par cette lumière jaune caractéristique des minutes qui précèdent l'orage.

 

a05-3e788c9.gif

 

 

Virgule

 

 

Commentaires

J'aime bcp le pitchet perplexe devant ta perplexité .... J'ai bien envie de le lire pour me faire une idée

Écrit par : tigrevolant | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

C'est simple, j'ai pas compris sa logique à cette fille si logique il y a .
Elle veut vivre sa vie, ok pas de soucis mais pourquoi cette fin vers le néant ? Même cote que Virgule, une histoire intimiste sur le monde des ado mais je suis trop cartésien pour y adhérer.

Écrit par : samba | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire