26/02/2016

En compagnie de la 7ème

en comapgnie de la 7e.jpgScénario : Philippe Chanoinat.
Illustrations : Charles Da Costa.
Editeur : Glénat.

48 pages.
Sortie : 28 octobre 2015.
Genre : Humour.

 


Résumé :

En temps de guerre, la vie n'est pas facile ! Surtout quand le teuton est tatillon, l'occupant encombrant, le résistant impliqué dans son réseau et le bidasse enclin à s'évader dès que l'occasion se présente. Tout ceci, Robert Lamoureux l'a joyeusement mis en scène dans sa fameuse trilogie de la 7ème compagnie, fleuron du cinéma populaire français qui a réjoui des générations de spectateurs. Alors, amis lecteurs, restez groupir afin de savourer ici un florilège de répliques cultes et de situations cocasses issues de ces films inoubliables !


Mon avis :

Ma foi, je ne vais pas y aller par quatre chemin tellement ma déception fut grande. A vrai dire, cette oeuvre n'a rien d'une BD à proprement parler. Il s'agit plutôt d'un ouvrage mi-littéral, mi-caricatural mais là n'est pas le problème. Le gros bémol est que, sur les 48 pages que comporte ce qui est censé être un hommage à une saga cultissime, moins de cinq pages parlent du film en lui-même ! Les autres pages sont, encore une fois, soit des caricatures (hélas, en noir et blanc. Contrairement à la couverture de l'album), soit les filmographies tant des acteurs importants qu'indispensables ayant contribué au succès de cette trilogie.

Bien entendu, il est plus qu'admirable de vouloir faire l'éloge, d'une certaine façon, de cette palette d'excellents comédiens et, pour en revenir aux caricatures, mêmes si elles sont très bien dessinées, elles manquent quand même de couleurs. Mais, je trouve que le plus gros du travail, étant donc lié à la filmographie, aurait pu être fait par un individu lambda. Surtout lorsque l'on sait à quel point il est facile, grâce à internet, de rédiger les meilleures filmographies qui soient. J'ai vraiment l'impression que, de ce point de vue-là, on n'a pas affaire à du boulot sérieux. Particulièrement pour la mémoire des acteurs décédés.

Malgré tout, je dois quand même reconnaître un point positif supplémentaire : une page sur deux met en évidence toutes les grandes répliques de ces trois films et je pense qu'aucune trilogie fictive n'en a autant dont on se souvient encore aujourd'hui ! Or, cela ne suffit pas pour faire de cet album une référence. Pourtant, il y a tellement d'anecdotes croustillantes autour de ces longs métrages qui valaient la peine d'être intégrées et qui, de toute évidence, auraient été ultra enrichissantes.

A déconseiller aux cinéphiles et aux fans de ce qui a marqué le cinéma comique français, sauf s'il y a une volonté absolue de compléter une collection quelconque. Il ne fait aucun doute que, alors qu'elle illustre bien les situations critiques dans lesquelles se retrouvent souvent les personnages de la septième compagnie, on peine à avoir envie de pousser cette chansonnette qu'on doit aux trio "les Inconnus" : ça ne fait pas de mal, ma foi, de marcher au pas de lʼoie ; pas comme ces abrutis, qui se planquent dans le maquis.

 

203674469.jpg

a06-3e788fc.gifGénéral 


Mister Med.

 

 

Les commentaires sont fermés.