15/03/2016

La peur géante - Tome 3 - La guerre des abysses

la peur géante,lapierre,arnaiz,ankama,stefan wul,science-fiction,écologie,mer,710,022016la peur géante,lapierre,arnaiz,ankama,stefan wul,science-fiction,écologie,mer,710,022016Scénario : Denis Lapierre
Dessin : Raul Arnaiz
Éditeur : Ankama
50 pages
date de sortie : 26 février 2016
genre  : science-fiction

 

 

présentation de l'éditeur

L’heure de l’ultime confrontation a sonné : en décryptant le langage Torpède et en créant les Méduses, des submersibles capables de résister aux attaques électriques, l’équipe militaire de Bruno pense pouvoir atteindre le point d’émission du flux qui brouille la structure moléculaire de l’eau et qui menace l’humanité d’une extinction finale. Cette dernière frappe contre les Torpèdes sera décisive, mais c’est une mission-suicide dont la plupart ne reviendront sans doute pas…

 

 

"Cet affrontement est notre dernier espoir, Bruno. Si nous ne gagnons pas , il restera de la vie sur terre, mais elle ne sera plus humaine."

 

Mon avis

Suite et fin de ce triptyque aquatique, adaptation du quatrième roman de Stefan Wul. La fable écologique du début de l'histoire se transforme ici en combat ultime entre l'espèce humaine et les créatures super intelligentes des fonds marins. L'espèce humaine menacée a finalement su trouver les ressources pour survivre mais au prix de nombreux sacrifices. Si l'humanité est sauvée, l'histoire ne se termine pas pour autant en happy-end. Les combattants ne reviendront pas tous, les Torpèdes payeront un lourd tribut et pour certains, la victoire sera bien amère.

La narration de ce troisième volume est menée tambour battant et Denis Lapierre ne donne pas beaucoup de temps au lecteur pour reprendre son souffle entre deux plongées. L'action est au cœur du récit avec une mise en scène cinématographique qui nous en jette plein la vue. C'est très efficace même si ce dernier tome ne déborde pas franchement d'originalité, tant sur le fond que sur la forme. La narration est linéaire et les situations sont toutes assez prévisibles. Mais on ne s'ennuie pas un instant, et on se laisse volontiers engloutir dans la bataille, happé par les belles planches de Raul Arnaiz qui a pris la suite de Mathieu Reynès. Avec un style un peu moins fin que celui de Reynès, Arnaiz s'en sort assez bien et réussit à conserver l'esprit du design initié dans les premiers albums.

La peur géante reste une bonne œuvre de SF, offrant à la fois un bon moment de divertissement et quelques pistes de réflexion sur l'humanité.

 

A noter que 4 autres romans de Stefan Wul sont en cours d'adaptation : La mort vivante par Olivier Vatine et Alberto Varanda ; Odyssée sous contrôle par Dobbs et Stéphane Perger ; Terminus 1 par Serge Le Tendre et Jean-Michel Ponzio ; et L'orphelin de Perdide. Ce dernier a fait l'objet d'une adaptation en dessin animé sous le titre Les maitres du temps au début des années 80, par René Laloux sur des dessins de Moebius.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

voir les tomes 1 et 2 : ICI

Commentaires

Des scénario de malade ce Stefan Wul !!! Tres bonne adaptation en BD (et chronique :-))

Écrit par : tigrevolant | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire