25/03/2016

Pornhollywood - Tome 1 - Engrenages

Noël Simsolo, Dominique Hé, Pornhollywood, polar noir, glénatNoël Simsolo, Dominique Hé, Pornhollywood, polar noir, glénatScénario : Noël Simsolo
Dessin / couleurs : Dominique Hé
Editeur : Glénat
Pages : 46
Sortie : 13/01/2016
Genre : polar noir

 

Hollywood, 1934. Jim Jewsky est un metteur en scène talentueux. Mis au ban des Majors du cinéma, il en est réduit à tourner des films pornographiques. Sa marque de fabrique est le l’utilisation de « sosies » de stars : Mae West, Gary Cooper. Ce genre cinématographique n’est pas sans risque. La mafia, les flics véreux, les trafics en tout genre, la violence sont le quotidien de ce type de film.

 

Point de méprise, si le titre est évidemment évocateur et si le cinéma pornographique est bien le fil conducteur de ce roman graphique, aucune scène obscène ou vulgarité ne sont mises en avant. Ici, ce n’est qu’un prétexte pour plonger dans les bas-fonds de la cité des anges. Cela permet à Noel Simolo de mettre en scène tout un panel de protagonistes plus au moins glauques, plus au moins réels. Jim Jewsky rencontre de vraies stars (Josef Von Sternberg ou Erich Von Stroheim) mais aussi un vrai parrain de la mafia flanqué de tueurs professionnels. Tous les éléments d’un véritable polar sont sur la table : les travers des stars du cinéma, les caprices de bourgeoises richissimes en mal de sensations fortes, la paranoïa des mafieux, du sexe (avec un titre pareil !) et bien sûr la corruption et le chantage à tous les étages. Mais tout ça ne fait pas une histoire. L’ensemble fait un peu plat, comme un air mille fois chanté. Heureusement, en dehors de la fiction pure et dure Noel Simonolo a la bonne idée d’introduire des notions politiques. « J’ai voulu parler des minorités aux USA. Jim est juif. Il va tomber amoureux d’une Noire, le Klu Klux Klan va intervenir dans le tome 2 qui conclut l’histoire mais laisse une porte ouverte pour la suite, au cas où ». Cela donne du corps, de l’épaisseur au scénario....

Noël Simsolo, Dominique Hé, Pornhollywood, polar noir, glénat

La mise en image est tout à fait cinématographique. Il faut dire que « Noël Simsolo, le scénariste de ce Pornhollywood, connaît parfaitement le cinéma, il a été réalisateur, scénariste, comédien ». Cela se ressent bien dans l’agencement des cases et des angles de prises de vues. Afin de coller au mieux avec le scénario, Dominique Hé a choisi une ligne claire comme approche. Cela est pertinent. Malheureusement, la mise en couleurs ne suit pas. C’est bien terne avec des aplats bien pales. Mais peut être est-ce pour donner une touche finale au sordide ?

Noël Simsolo, Dominique Hé, Pornhollywood, polar noir, glénat

« Pornhollywood » est donc une BD en demi-teinte. D’un côté les standards du polar noir sont respectés. La touche politique et le fil conducteur dans le cinéma pornographique des années 30 sont de très bonnes idées. Mais la narration manque singulièrement de rythme. De l’autre le dessin est certes bien adapté aux années de l’entre deux guerre, certes bien cadré mais finalement peu expressif et un peu trop figé. Cela est sans doute dû aux choix des couleurs. La suite et la fin en mars 2016. La pellicule n’a pas fini de tuer …

 

Scénario a06-3e788fc.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a06-3e788fc.gif

 

Tigrevolant

Commentaires

exactement le même ressenti. j'ai eu l'impression que l'auteur était passé à côté de son sujet. La colorisation aurait gagnée à être moins terne aussi. A voir quand même si le tome 2 peut relever le niveau.
même note pour moi.

Écrit par : Loubrun | 25/03/2016

Répondre à ce commentaire

oui effectivement , ce genre de colorisation n'attire vraiment pas !

Écrit par : samba | 25/03/2016

Les commentaires sont fermés.