05/04/2016

Chaos debout à Kinshasa

12543262_525899264246602_2009006547_n.jpgPAGE 5 - PLANCHE 1.jpgScénario : Thierry Bellefroid
Dessin : Barli Baruti
Éditeur : Glénat

112 pages
Sortie : 17 février 2016
Genre : Roman graphique - Histoire

 

 

 Les dessous d'un combat de légende, où tous les coups sont permis...

1974. Ernest, petit voyou de Harlem, navigue de combine en combine pour rembourser une dette à de dangereux malfaiteurs. Grâce à un concours organisé sur une radio privée, il gagne un voyage pour assister au "combat du siècle" entre Mohammed Ali et George Foreman, à Kinshasa ! Une aubaine pour Ernest qui va pouvoir se mettre au vert et renouer avec ses racines auprès de ses "frères africains". Mais il est loin d'imaginer dans quel état se trouve le Zaïre au plus fort de la guerre froide... Dirigé d'une main de fer par le président-dictateur Mobutu, gangréné par la corruption, le pays est devenu un véritable nid d'espions et de politiciens véreux. Des individus sans scrupule qui n'ont rien à envier aux pires truands de Harlem..


Mettons tout de suite les choses au clair : je n'aime pas la boxe, je ne m'intéresse pas à la politique, j'ai de grosses lacunes en Histoire et je ne comprends habituellement rien aux histoires d'espionnage.

chaos debout à kinshasa,baruti,bellefroid,glénat,zaïre,mobutu,rdc,kinshasa,mohammed ali,george foreman,boxe,combat du siècle,guerre froide,espionnage,congo belge,corruption,dictature

Mais, me direz-vous, pourquoi as-tu souhaité chroniquer cet ouvrage notoirement constitué de tous ces ingrédients, ma pauvre Virgule ?

Eh bien, j'aime me lancer des défis en élargissant mon spectre dans le cadre de ma mission de chroniqueuse chez Samba BD, et j'essaie de combler mes diverses lacunes en me divertissant, ce pour quoi la BD est une ressource précieuse.

chaos debout à kinshasa,baruti,bellefroid,glénat,zaïre,mobutu,rdc,kinshasa,mohammed ali,george foreman,boxe,combat du siècle,guerre froide,espionnage,congo belge,corruption,dictature


Dans celle-ci, j'ai été attirée par le dessin. Je suis plutôt admirative de cette technique aquarelliste de Baruti, déjà rencontrée dans Mme Livingstone.

chaos debout à kinshasa,baruti,bellefroid,glénat,zaïre,mobutu,rdc,kinshasa,mohammed ali,george foreman,boxe,combat du siècle,guerre froide,espionnage,congo belge,corruption,dictature


Exactement comme je le fais quand je regarde une série ou un film dont je "décroche" ou auquel je ne comprends rien dès le début (parfois, Loubrun m'explique, s'il est patient), j'ai donc dévoré du regard les paysages, les décors, les ambiances, les personnages et leurs attitudes.
Comme cette BD est très cinématographique dans son montage, et que le dessin est réaliste, ça a bien marché.
Et quand même, histoire de ne pas paraître plus bête que je ne le suis, je précise que j'ai aussi lu les textes et réussi à suivre la fiction (enfin, je crois.)

chaos debout à kinshasa,baruti,bellefroid,glénat,zaïre,mobutu,rdc,kinshasa,mohammed ali,george foreman,boxe,combat du siècle,guerre froide,espionnage,congo belge,corruption,dictature

Je me suis même intéressée au match de boxe, et à la tactique de Mohammed Ali qui a essoufflé son adversaire pendant plusieurs rounds avant de le foudroyer (c'est alors que j'ai compris le titre de l'album).

J'ai bien noté le parallélisme entre le boxeur et le dictateur : leur ego démesuré, et leur combat pour rendre au peuple africain ses racines et sa fierté, son "authenticité" comme disait Mobutu. Pour les méthodes du second, il y aurait à dire, mais des dictateurs fous aux motivations diverses et variées, on en a un certain nombre sur la planète, dans le passé, dans le présent, et, je le crains, dans le futur. Enfin, quand on n'est pas directement sous leur coupe ou dans le rayon de leurs dommages collatéraux, ça a quelque chose de fascinant à observer...

Et à propos de racines, j'ai été touchée par la naïveté de deux personnages : Ernest d'Harlem, qui idéalise le Zaïre, son Eldorado, où il croit que tous les noirs sont frères inconditionnellement, et Blanche de Kinshasa, qui ne rêve que de l'Amérique, où elle imagine que "les noirs sont libres", et que" les familles sont gentilles", et que "tout est tellement plus intéressant qu'ici"...
L'herbe est toujours plus verte ailleurs ? Le noir est toujours plus ou moins noir ailleurs, les camaïeux sont à l'intérieur, pas sur la peau... Et ça vaut pour toutes les couleurs...

"Viens avec moi, petit blanc chocolat..."


Bilan : j'ai vraiment aimé cet album.
Et maintenant, je ne confonds plus Mobutu et Amin Dada.
Encore une lacune de comblée.

a08-3e78906.gif


Virgule



 

 

Commentaires

Virgule va finir par apprécier le noble art ! Vite, il faut que je trouve une BD sur les grands prix moto ;-)
A lire également l'histoire de Mohammed Ali. http://www.sambabd.be/archive/2016/01/08/muhammad-ali-8550695.html

Écrit par : Loubrun | 05/04/2016

Répondre à ce commentaire

Belle chronique Virgule ...j'adore ton coté "personnelle ", on devrait presque en faire une BD .

Écrit par : samba | 05/04/2016

Répondre à ce commentaire

Merci ! Et qui la chroniquerait ? :-D

Écrit par : Virgule | 05/04/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.