19/04/2016

K-Shock

k-shock.jpgk-shock_pl.jpgAuteure : Christelle PECOUT

Éditeur : Glénat

112 pages

date de sortie : mars 2016

genre : chronique sociale, musique

 

 

 

Séoul, de nos jours. Alice, une jeune étudiante française, est venue vivre ici par passion pour la K-Pop - la fameuse musique pop sud-coréenne qui fait fureur sur internet. Un peu désabusée, elle se rend vite compte que ce pays et sa culture ne se livrent pas facilement. Elle fréquente surtout des expatriés, comme elle, ou des anglophones. Mais sa rencontre avec Jae Sun, jeune coréen issu d'un milieu populaire, rappeur amateur et sur le point de devenir le prochain idol d'un groupe de K-Pop, pourrait changer la donne...

 

k-shock,pécout,glénat,musique,k-pop,corée du sud

 

Il parait qu'en matière de high-tech et de cosmétiques la Corée du Sud à 9 ans d'avance sur la vieille Europe. Je veux bien l'admettre, bien que ça me paraisse un peu exagéré, mais toujours est-il qu'en matière de musique je ne suis pas certain de la K-pop marque autant de générations comme le firent certains groupes anglais ...

Bien entendu je n'y entend strictement rien à la K-pop, j'ai trop peur de m'abimer les oreilles, et j'avais même jusqu'à aujourd'hui réussi à échapper au vidéo clip de l’insupportable et entêtant Gangnam style, ce qui, considérant les plus de 2 Milliards de vues sur Youtube constitue un véritable exploit ... Vous admirerez au passage le sens de l'abnégation et les risques que prennent parfois les chroniqueurs de Samba BD !

Mais comme je suis curieux, je laisse mes gouts musicaux de côté et compte bien sur cette BD pour en savoir plus sur cette tendance. Ses codes, ses us et coutumes, son industrie, car oui, s'en est une. Derrière le terme exotique de "Hallyu", se cache un raz de marée culturel composé de série TV, de groupes de variété pop et de produits high-tech hyper connectés, le tout répondant à une imagerie où l'esthétique fait la part belle à la chirurgie plastique, offrant là une cible de choix et très convoitée pour l'industrie cosmétique. Cette vague culturelle se répand en grande partie via le web. Ça va donc très vite. On peut être une star un jour et complètement oublié le lendemain. L'artiste ne compte pas beaucoup aussi. Seuls comptent l'image, le produit et les profits des agences. Car là bas, il n'y a pas de maisons de disques ou de boites de prod comme en Europe ou aux États-Unis, mais des agences qui créent des groupes de toutes pièces.

Attirée comme des papillons de nuit par les lumières du show-biz, la jeunesse plonge sans retenue dans ce phénomène qui balaye toute l'Asie et trouve même un large public en France. Certains s'y brûlent les ailes, d'autres tutoient fébrilement la célébrité pendant que les agences, rompues aux techniques marketing de création de marques et de produits, s'en mettent pleins les poches.

 

k-shock,pécout,glénat,musique,k-pop,corée du sud

Christelle Pécout est franco-Coréenne et nous fait visiter les coulisses de cette industrie. Elle tente de nous en expliquer les rouages en suivant une jeune française expatriée, attirée par le phénomène mais qui a du mal a s'intégrer à cette société où traditions et modernité se côtoient difficilement, et un jeune Coréen musicien amateur dont le talent à été repéré par une des plus importantes agences de K-pop. On vit de l'intérieur et de A à Z la création d'un boys band où l'on verra le cynisme marketing dans toute sa splendeur et les désillusions d'un artiste pris dans le tourbillon du business.

Avec un dessin élégant et épuré, elle nous propose une histoire originale aux personnages attachants permettant de découvrir une société assez complexe qui semble avoir besoin d'un contrepoids aussi énorme que futile à ses pesantes traditions.

Elle nous donne aussi envie d'en savoir plus sur toute l'industrie musicale Coréenne puisqu'à travers son personnage principal rebelle dans l'âme, elle nous dit à demi mots que la scène hip-hop, électro et pop-rock est très active et qu'il y a vraiment autre chose à écouter que la K-pop.

Ouf ! Me voilà rassuré ! Parce que moi, en matière de pop, je suis beaucoup plus Brit que K.

 

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

 et comme il en faut pour tous les goûts :

 

         K-Pop                             VS             Brit Pop

 

  

 

 

 

 

 

Commentaires

une BD qui a 9 ans d'avance alors ....on dirait le show de l'eurovison la K pop song , c'est marrant une fois par année ...ensuite écoutons de la vraie musique .
Là, belle dévotion de Loubrun.

Écrit par : samba | 19/04/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire