20/05/2016

Bitch Planet

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipationbitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipationTome 1, Extraordinary machine

Scénario : Kelly Sue Deconnick

Dessin : Valentine De Landro

Glénat Comics

176 pages – cartonné

Parution : 04 mai 2016

Anticipation

 

Présentation de l’éditeur :

Seule une vraie femme peut survivre à... Bitch Planet !

Le futur. Le monde est gouverné par le diktat des hommes. Les femmes qui ne se plient pas aveuglément à leur volonté doivent être « rééduquées ». À l’issue d’un discours évangélisateur psalmodié en boucle dans leur sommeil, elles sont expédiées dans l’établissement auxiliaire de conformité, une prison pour femmes en orbite au-dessus de la Terre. Ces rebelles qui rejettent les règles masculines vont ainsi découvrir les joies de la vie carcérale dans cette boîte de métal que l’on appelle « Bitch Planet. »

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

En bonus à cette édition Glénat Comics : une couverture inédite, un appareil critique sur le féminisme et la culture populaire rédigé par Pia-Victoria Jacqmart, des interviews exclusives des auteurs, des fausses-pubs, et plein d’autres surprises !

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

Mon avis :

Présenté comme un pamphlet social et féministe, phénomène éditorial aux États-Unis, Bitch Planet vaut la peine d’une lecture attentive.

Dans un monde dystopique, être trop grosse ou trop noire par exemple, est un crime. Les femmes « non conformes », qui ne correspondent pas aux canons de la société, sont envoyées dans une prison dans l'espace, à l'Établissement Autoritaire de Conformité (EAC) ou plutôt sur Bitch Planet.

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

Le scénario de Kelly Sue Deconnick allie les ingrédients du huis-clos carcéral et violent avec ceux du discours social et politique engagé, le tout baignant dans une atmosphère SF très particulière. D’une galerie de personnages émergent les personnalités de Kamau Kogo, immédiatement identifiable à sa coupe afro, et de Penelope, une femme au caractère irréductible, super-héroïne noire et obèse (impossible de ne pas penser à la série Orange is the new black ou aux films Grindhouse). Ces détenues sont bien décidées à bousculer les règles d’un sport extrêmement violent, le Megaton, sorte de Rollerball, auquel elles vont participer. Les dialogues sont tirés au cordeau et habilement répartis dans les cases, les qualités d’écriture évidentes.

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

Le dessin de Valentine De Landro (qui est un garçon) a la particularité de se focaliser sur les visages et les corps en laissant les fonds des cases souvent sans décors et monochromes. L’encrage est gras et l’usage de points de trame colorés rappelle curieusement le travail de Hergé et de Roy Lichtenstein. L’effet est intriguant, mais pas toujours facile à décoder.

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

Avec l’espoir que le projet tienne ses promesses, la lecture de ce premier opus, récemment nommé aux Eisner Awards 2016 dans la catégorie "meilleure nouvelle série", offre un excellent moment de divertissement combiné à un intéressante réflexion féministe. Le récit s’avère passionnant et la suite est attendue avec impatience.

 

bitch planet,extraordinary machine,kelly sue deconnick,valentine de landro,glénat comics,04 mai 2016,anticipation

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

Le site internet de Glénat comics : ICI

 

Skippy.

 

 

Commentaires

ah la colorisation made in USA ....

Écrit par : samba | 20/05/2016

Répondre à ce commentaire

C'est une des caractéristiques qui me rebute le plus dans les comics ... ce parti pris d'utiliser des couleurs horribles qui gâchent tout ! ☻

Écrit par : dgege | 23/05/2016

Sans ta chronique et sambabd, je serais totalement passé à coté ....de cette tres moche couverture, n’appelant pas du tout à la lecture

Écrit par : tigrevolant | 21/05/2016

Répondre à ce commentaire

Pour la couverture, c'est surement un hommage aux films "black" des années 70.

Écrit par : samba | 21/05/2016

Lu et ...mitigé : Les dessins avec cette colorisation particulière en point de trame est de lisibilité tres discutable. Quand au scénario, c'est difficile à digérer : dialogue chaotique et scénarisation non moins linéaire.
5/10 pour moi.

Écrit par : tigrevolant | 10/06/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.