22/07/2016

Pyraths

pyraths.jpgpyraths t1.jpgScénario : Katia Even.
Dessin : Licinia Tozzi.
Couleurs : Francesca Pesci.
Couleurs de la couverture : Christophe Lacroix.
Editeur : Sandawe.com.
48 pages.
Sortie : 4 mai 2016.
Genre : Humour, aventure.

Résumé :

Une carte aux trésors ne mène pas toujours à la fortune. En compagnie de ces marins totalement déjantés que sont les Pyraths, elle peut vous entraîner dans un voyage pour le moins hilarant où flibusterie rime avec conner... Euh, drôlerie.

Mon avis :

Les Pyraths vivaient dans la prospérité grâce à leur figure de proue qui constituait, pour eux, un générateur de richesse indispensable jusqu'à ce qu'elle arrive à usure. Depuis, au menu, c'est poulpe matin, midi et soir (bonjour l'indigestion). De plus, comme si ça ne suffisait pas, le temps d'une escale permettant de vendre tout l'or qu'il leur restait, voilà que la fameuse figure de proue est dérobée! Heureusement (ou pas), ils ont pu se procurer une carte aux trésors. Ce qui va les pousser à parer à l'abordage alors qu'ils n'en ont plus du tout l'habitude, alors qu'ils ont oublié le goût du courage et de la bravoure. C'est telle une bande d'incompétents qu'ils vont partir à l'aventure. Fatalement, ce sera tout sauf une partie de plaisir lorsqu'ils verront ce qui les attend mais ils tiendront bon, peut-être jusqu'au bout. Quand j'ai vu la couverture de cette album, je l'ai beaucoup sous-estimé. Mais, après l'avoir parcouru, j'ai été frappé par la galéjade, l'intensité, l'effervescence et la vigueur du dessin qui est presque bluffant avec des personnages assez loufoques et barjots! Seule une demoiselle sort un peu du lot. J'ai bien aimé, en outre, les clins d'œil un peu brodequins à des œuvres classiques comme "Pirate des Caraïbes" ou encore "la Petite sirène". Par contre, les points négatifs sont l'aspect classique de l'histoire, la lésinerie des lettres, dans les bulles, mêmes si l'écriture est en majuscule, caractères imprimés, et le "trop plein" de calembours et de jeux de mots, déjà qu'au détriment de l'histoire, l'humour "part en live". Ce one-shot m'a fait penser à "de Caps et de crocs" mais, bien sûr, avec moins de poésie et d'éloquence étant donné qu'ici, le langage est plus contemporain (donc, moins théâtral) et qu'on n'échappe pas non plus à quelques anachronismes. On se plaignait de l'inexistence de récompense féminine, à Angoulême. Néanmoins, ce concentré de planches en aurait bien mérité une, si le contexte l'avait permis. Car, effectivement, 90 % de cet opus a été réalisé par trois femmes. Une BD sympathoche, recommandable. Surtout pour les plus jeunes. Un bon travail accompli par un quatuor qui pourrait vous donner envie de virer à bâbord ou à tribord. Enfin, de mettre toutes voiles dehors.

pyraths e.jpg


a08-3e78906.gifGénéral 


Mister Med.

Les commentaires sont fermés.