15/09/2016

Confessions d'un enragé

9782344010655-L.jpg1520-4.jpgAuteur : Nicolas Otero

Éditeur : Glénat Comics

128 pages

Sortie prévue le 31 août 2016

Genre : Roman graphique

 

 

Avis de l'éditeur :

Fin des années 1970. Dans les rues de Rabat au Maroc, Liam, un petit garçon, est attaqué par un chat errant. Transporté d’urgence à l’hôpital, le diagnostic est sans appel : il a attrapé la rage. Gravement contaminé mais soigné à temps, Liam a frôlé la mort, mais sa vie s’en retrouvera changée à jamais. Hanté par le fantôme de ce chat, le jeune garçon va développer des capacités hors-norme, et une sauvagerie quasi animale...

Mon avis :

J'ai froid, j'ai mal, j'ai les yeux qui brûlent par cette luminosité aveuglante... cela ne peut se terminer ainsi ! Propos de Liam, petit garçon, qui affronte l'existence et qui métaphorise comme un adulte... car pas plus haut que trois pommes, avec le mal qui le ronge pourtant déjà à la racine.

Pourtant, quelques temps plus tôt, c'est un gosse adorable qui adore l'existence. Liam Kaleb n'a que quatre ans, issu d'une famille aisée, avec un père bossant dans une banque, et une mère à l'usine. Deux salaires, deux garçons, car Liam a un frère, et même si il aime ses parents, il déteste son frère, depuis son plus jeune âge. Mais sa véritable douleur commença lorsqu'il se fit attaquer par un chat errant. Résultat : lèvre et joue recousues, du sang giclant à profusion. Car même si Liam est déjà un dur à cuire, et que les quelques cicatrices et douleurs endurées lui semblent bénignes, le sort en est pourtant jeté, lorsque médecins et spécialistes affirment sans hésitation que le petit aurait chopé la rage !

Le mal se porte et se transmet tel un virus, vagabondant dans ses chairs, s'agglutinant sur des émetteurs sensoriels du système nerveux, détruisant l'authenticité et créant la folie.

Commence pour Liam une longue thérapie, un traitement radical où chaque injection d'un produit dans ses veines le pousse un peu plus dans ses retranchements, le menant vers une frontière de plus en plus distante de la normalité.

Le garçon lumineux et éblouissant devient un être terrifié, malsain, moqueur, violent. Dans les limbes de son esprit torturé, le chat hanté le traque et lui propose un marché : 7 chances pour se racheter. Dans le cas contraire, son âme lui sera dérobée.

Nicolas Otero nous relate une œuvre atypique, surprenante et dérangeante. Utilisant un gamin et non un adulte comme protagoniste principal accentue l'intonation. Au fil des pages, on ressent de la compassion, du dégoût puis de la haine pour cet être... puis de la magie ! Et pourtant le doute demeure. Est-il pleinement conscient de ses actes ? Mérite-t-il notre compassion ou un intérêt quelconque?

Otero relate avec un trait à la fois agressif et tendre, qui pousse à la réflexion. Amerikkka, l'une des ses précédentes séries, troublait déjà le lecteur par ses arguments. Il revient en force et catapulte au visage des lecteurs un constat noirâtre, qui s'adoucit vers un final rayonnant : la différence, décrite ici, plonge le héros vers une spirale de souffrance et de questionnements, mais le prix en vaut la chandelle, car plus la souffrance endurée est vécue avec passion, plus le personnage progresse et se délivre de ses démons intérieurs.

Amitié, amour, liens de parentés, fusion corporelles, délivrance, autant d'éléments qui contribuent pour Liam à son ascension vers sa liberté.

Peint comme une biographie, sans en être une, Confessions d'un enragé téléporte notre inconscient vers les profondeurs abyssales. Un petit bijou dans son genre !

a08-3e78906.gif

Coq de Combat

confessions d'un enragé,nicolas otero,glénat,810,roman graphique,082016

 

Commentaires

Un album surprenant en effet et dérangeant pour ma part.
Je serai nettement moins généreux ( 2.5 cœurs) car on a pas mal de longueurs avec les explications médicales et peu d'empathie pour l'enragé .
L'avis de Bodoi est nettement plus critique .
http://www.bodoi.info/confessions-dun-enrage/

Écrit par : samba | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

Belle chronique. J’adore Otero. Je vais y jeter un oeil

Écrit par : tigrevolant | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire