13/10/2016

The Long and Winding Road

The Long and Winding Road, Christopher, Pellejero, Kennes Editions, rock, rock'n roll, hippies, beat génération, combi volkswagen, seventies, 70', île de wight, wight, concert, road movie, road trip, chronique sociale, roman graphique, 10/2016,9/10The Long and Winding Road, Christopher, Pellejero, Kennes Editions, rock, rock'n roll, hippies, beat génération, combi volkswagen, seventies, 70', île de wight, wight, concert, road movie, road trip, chronique sociale, roman graphique, 10/2016,9/10Scénario : Christopher

Dessin : Ruben Pellejero

Éditeur :  Kennes Editions

184 pages

date de sortie : 6 octobre 2016

genre : roman graphique, chronique sociale, Rock'n Roll

 

 

"Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage " disait le poète. C'est pourtant sans joie que notre Ulysse entreprend le voyage posthume que lui propose son père, Lucien. En guise de dernière volonté, celui-ci l'invite à répandre ses cendres sur l'île de Wight, en Angleterre, en suivant le même périple que lui lorsqu'il s'était rendu au mythique concert de 1970. Une odyssée rock qui avait changé le cours de sa vie. Et qui pourrait bien changer la sienne... Sur une bande-son d'époque, au volant d'un combi Volkswagen hors d'âge et flanqué des trois compagnons de jeunesse de son père, tous plus barges les uns que les autres, Ulysse empruntera donc la route longue et sinueuse qu'ils avaient suivie quelques années plus tôt. Au-delà de la ligne blanche, Ulysse découvrira que son père n'était pas ce petit bourgeois étriqué pour qui il n'avait jamais eu grande estime. Et à travers lui, il comprendra mieux d'où il vient et qui il est vraiment. Un voyage intérieur d'une rare intensité !

 

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

 

 

Quel drôle de titre improbable, à rallonge et aussi difficile à retenir qu'à prononcer pour nous pauvres français nuls dans la langue de Shakespeare ! Si le grand William ne vous inspire pas, qu'a cela ne tienne, tournez-vous plutôt vers d'autres sources d'inspiration, musicales et so British par exemple, ou bien vers un autre William, américain lui, S. Burrough de son nom et chantre de la Beat Generation. Quant à ce titre qui claque comme une douce mélopée Rock, ça tombe bien, il sort tout droit du dernier album qu'ont produit les Beatles, Let it Be, en mai 1970.

1970, année du deuxième plus grand concert Rock de tous les temps, le Woodstock Européen, qui eut lieu au mois d'août sur l'île de Wight en Angleterre et qui rassembla entre 600.000 et 700.000 spectateurs.

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

Christopher (Love Song, Les Filles, Les colocataires) nous fait vivre ce concert par procuration en nous plongeant au cœur d'un road trip intimiste, bercé par une anthologie de la musique rock de l'âge d'or des années hippies. En accomplissant les dernières volontés de son père, Ulysse vit une odyssée qui le mène face à sa propre histoire et se transforme en voyage initiatique et introspectif. Durant ce long périple, il ira à sa propre rencontre et découvrira un père radicalement différent de celui qu'il a connu, levant le voile sur la face cachée de sa personnalité.

Flanqué de Alain, Jacques et William, les trois anciens compagnons de route de Lucien toujours animés par la rock attitude, le voyage devient une véritable aventure teintée de nostalgie pour les uns, de découvertes et d'expérimentations pour les autres. C'est un vrai régal que de suivre ce voyage aux accents psychédéliques et on a qu'une envie c'est de prendre place à bord du Commodore, le combi Volkswagen personnage à part entière de l'histoire, aux côtés de ces trois papys du rock, roublards et irrévérencieux, mais vachement sympathiques et ayant le cœur sur la main.

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

D'ailleurs, Christopher nous fait quasiment monter à bord grâce à une narration découpée en chapitres courts arborant chacun un titre emblématique des années 70. 180 pages divisées en 45 chapitres, et autant de titres composant la playlist. Et quelle Play list ! Les K7 audio défilent les unes après les autres dans le vieil autoradio du Combi. Que des grands noms de l'époque, The Rolling Stones, Procol Harum, Jethro Tull, Ten years after, Grateful Dead, Neil Young, Bowie, et j'en passe ... Une playlist composée avec minutie et précision (excepté Hotel California toutes les musiques sont antérieures au concert de Wight de 1970) où chaque titre fait écho à l'action et au nouveau regard sur le monde que porte Ulysse. On commence avec You Can't Always Get What You Want des Stones quand Ulysse part à l’enterrement de son père en maugréant contre lui et ses dernières volontés ; puis The Dead Man's Dream de Procol Harum pendant les obsèques ; ou encore Lay Lady Lay de Bob Dylan, quand on fait la connaissance de l'amour de jeunesse de Lucien ... chaque morceau est en symbiose parfaite avec l'histoire.

 

"- Putain, c'est les Deads ! Vous ne connaissez pas les Deads, petits merdeux ?

- les Deads ?

- Les Grateful Deads !

- Alain, monte le son et fait passer les buvards ! "

 

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

Mais revenons sur les trois personnages truculents qui donnent cette dimension très Rock'n roll au récit. Évidemment, le lecteur averti aura vite fait la comparaison avec les trois vieux anar de la série Les Vieux Fourneaux de Wilfried Lupano. N'y voyez pas là de plagiat ou d'influence pour surfer sur le succès – mérité – de cette série. Comme me l'a révélé Christopher, The Long and Winding Road est l'aboutissement de 4 ans de travail et les planches étaient en cours de réalisation quand les Vieux Fourneaux sont sortis.

Ces trois papys du rock, piliers du récit et guides spirituel d'Ulysse, font référence aux trois piliers de la Beat Generation que furent Allen Ginsgerg, Jack Kerouac et William S. Burrough. Petit clin d’œil invisible parmi d'autres que l'auteur a glissé dans son histoire.

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

La mise en image de cette folle équipée, on la doit au renommé Ruben Pellejero. Connu du grand public depuis sa reprise de Corto Maltese en 2015, Ruben noircit des planches de Bd depuis le début de années 80. Dessinateur accompli au style reconnaissable avec un trait souple et expressif, marqué par un encrage prononcé, il n'a collaboré qu'avec peu de scénaristes dont le principal est l'argentin Jorge Zentner. C'est donc un immense privilège pour Christopher que d'avoir pu bénéficier du talent de Ruben Pellejero pour animer cette histoire. Car Christopher dessine aussi, et il aurait très bien pu mettre lui-même son histoire en image, ce qui était d'ailleurs son intention première. Mais, comme il le dit lui-même : " on ne peut pas refuser les services de Ruben s'il est disponible et s'il dit oui au projet". Évidemment ...

Pellejero nous livre une mise en scène classique et ne cède pas à la tentation d'une surenchère d'imagerie psychédélique qui aurait pu rendre les planches indigestes, ou trop caricaturales. Là, c'est simple, expressif, aéré ou détaillé quand il le faut et redoutablement efficace. Comme le Rock'n Roll !

Sans tomber dans la démesure, dans l'outrance ou la caricature, on retrouve l'ambiance sex, drugs and Rock'n roll propre à cette époque musicale et un vent de liberté et d'insouciance qui font un bien fou en ce début de 21ème siècle tourmenté.

Avec The Long and Winding Road, jamais le terme d'album, désignant aussi bien une BD qu'un disque, n'aura été aussi bien porté.

Voilà donc un album à lire et a écouter, à relire et ré-écouter, sans limites et sans modération, et c'est un sacré coup de cœur !

 

 

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

the long and winding road,christopher,pellejero,kennes editions,rock,rock'n roll,hippies,beat génération,combi volkswagen,seventies,70',île de wight,wight,concert,road movie,road trip,chronique sociale,roman graphique,102016,910

La BO de la BD sur Spotify ou sur Deezer

    

Commentaires

Ruben Pellejero a travaillé avec peu de scénariste dont le plus connu .....Jean Dufaux , saint milliard pour loup de pluie.Une BD pour RDF j'ai l'impression .

Écrit par : samba | 13/10/2016

Répondre à ce commentaire

Pas sur! le genre de musique dont on parle ici (très belle chronique d'ailleurs) est plutôt du rock'n roll! RdF c'est du métal (beurk! rien à voir)

Écrit par : JR | 13/10/2016

Bonne idée la BOF sur spotify ! Ce qui aurais été super de la part de l'editeur, c'est de mettre un CD ou code à telecharger dans l'album.
Eh oui les Grateful Dead etaient à Woodstock, total cramé et quel son. respect à la BO de cet album

Écrit par : tigrevolant | 13/10/2016

Répondre à ce commentaire

eh oui ! une bande son vraiment super grâce à laquelle je redécouvre plein de bons vieux morceaux.

Écrit par : Loubrun | 13/10/2016

La BO me rappelle plein de (bons) souvenirs de "Venus" ou le Mungo Jerry, la Janis ou le Jimi en passant par le Clapton et le Led Zep sans oublier la plus belle de toutes ... le sublime "Bridge over ..." de Simon & Garfunkel (que c'est bôô !)
... et pour finir, celle qui m'est la plus familière ... la sonnerie énergique de mon iPhone "Up Around The Bend" des Creedence qui fait aboyer ma chienne !
...'tain, ça réveille ! ☺
Bon, ben ça fera partie de nos prochains achats !

Écrit par : dgege | 14/10/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire