10/10/2016

Le linge sale.

le linge sale.jpglinge sale.jpgScénario : Pascal Rabaté
Dessin : Sébastien Gnaedig.
Editeur : Vents d’ouest.
Dépôt légal : 08/2014
Pages : 124
Genre : polar rural.

Le résumé.

Dans la campagne angevine, près de Cholet, Pierre Martino découvre qu’'il est cocu. Armé d’'un fusil, il se rend au motel où sa femme et son amant ont l’'habitude de se retrouver, bien décidé à les répudier sauvagement. Mais, dans sa précipitation, il se trompe de chambre et tue le mauvais couple ! Après vingt années passées derrière les barreaux, Martino a purgé sa peine mais il a toujours la rage au ventre. 

« Tu forces le trait ».

Mon avis.

Tiré d’un vieux tiroir de Pascal Rabaté, ce linge sale sent bon le polar rural avec option baraki de kermesse comme on dit chez moi. Le langage est fatalement fleuri et les répliques fusent comme dans un bon film d’Audiard. On savoure les petites combines ou la folie meurtrière du mari cocu. Malheureusement, la fin, un peu trop éludée, aurait dû continuer et surtout assumer sur cette veine un peu folle. Autant oser l’amoralité et éviter le happy end classique non ? On termine autour d’un bon gueuleton, on attache le barde et vive la fête ! Dommage ! Quoique le ver est certainement dans le fruit !
Sinon, je pense que beaucoup d’entre vous auront du mal avec le trait besogneux de Sébastien Gnaedig (directeur éditorial chez Futuropolis) qui souffre souvent d’un manque d’expression pour ses personnages. Etonnamment, la lecture se fait très facilement grâce à une bonne dynamique de la mise en page. On est vite transporté par cette histoire de vengeance tantôt tragique tantôt humoristique. On est clairement dans le style Rabaté.
Personnellement j’ai préféré ce titre au denier "Mort aux vaches" qui vient de sortir chez Futuropolis.

ls.PNG


a08-3e78906.gifScénario

a05-3e788c9.gifDessin 

a06-3e788fc.gif Global.

Samba.

Commentaires

Tout à fait d'accord ... j'aurais aussi préféré que cette histoire soit illustrée par F Ravard qui met en valeur "Mort aux vaches" malgré un scénario un poil plus faible.

Écrit par : dgege | 10/10/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.