26/10/2016

Bad Ass T4 : Very Bad Trip

sans-titre.pngbad-ass-04-very-bad-team_2.jpgScénariste : Herik Hanna

Dessinateur : Bruno Bessadi

Éditeur : Delcourt Comics

112 pages - Super-Héros

Sortie : le 14 septembre 2016

 

 

Avis de l'éditeur :

Dead End fait face à la domination globale de la planète par la F.J.A. Les anciens super-héros, ivres de vengeance et de pouvoir, ont pris la planète en otage… et seuls les pires salopards de l’univers pourront la sauver. Accompagné de The Voice, de Master Of Pain, de la fidèle Dead Mobile et des super-vilains les plus surpuissants et les plus instables… Jack sauve le monde !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mon avis :

Voici un Comics remplit d'originalité et de créativité! Un Comics à la française, truffé de clins d’œil au cinéma hollywoodien, en totale démesure pour lequel, il faut l'admettre on retrouve un décalage sur certaines vannes.

 C'est pourquoi, afin de saisir toute la profondeur de ce récit d'une part incohérent (totalement volontaire de la part des auteurs), et d'autre part sur dynamité en termes de testostérones à-tout-va, le lecteur affuté souhaitera décortiquer cet ouvrage sous tous ses angles.



Car même si certains aspects peuvent paraitre redondants par une mise en scène qui privilégie l'action brute, l'hémoglobine et des héros complètement barrés, une fois ces détails mis en retraits, on obtient un Comics qui contient de nombreux points positifs!

Une kyrielle de persos aussi dévastateurs que provocants, un fil conducteur sans queue ni tête, mais qui ne se prend au grand jamais au sérieux, des couleurs parfaitement adaptées au trait dynamique (félicitons le travail de Bruno Bessadi), un déluge de fous rires(des bovins en combinaisons spatiales prêts à en découdre)...

Georges, un géant massif à la corpulence d'Hulk, qui s'introduit une multitude de sabres pointus tout le long de son corps et grimace par la sensation que cela lui provoque; Golden Ronin, ancien membre de triades; The Voice, Master of Pain, le gratin des super héros les plus délirants qui existent font de Bad Ass un excellent moment de lecture.

 

A l'opposé, du récent Secret Identities, totalement surfait et indigeste, Bad Ass tourne la dérision en burlesque, et au final apporte au public un moment de partage.



Un régal dans son genre!

bad-ass-04-very-bad-team_4.jpg

Coq de Combat

 

Les commentaires sont fermés.